Connectez-vous

ENQUETE OCCRP - Une société d'investissement sud-africaine a pillé un fonds de pension avec des informations privilégiées

Mercredi 15 Mai 2019

Le licenciement surprise du ministre des Finances sud-africain par le président Jacob Zuma à la fin de l'année 2015 a déclenché la panique économique : le rand a plongé à un plus bas niveau record contre le dollar et même le marché obligataire normalement stable s'est effondré.
 
Mais une société d'investissement, une boutique peu connue, a encaissé au moins 133 millions de rands (9,2 millions de dollars É.-U.) en négociant sur le marché en pleine tourmente. Les opérations connexes en cours d'examen pourraient avoir porté le bénéfice total à 500 millions de rands (32 millions de dollars É.-U.), puisque le pays est passé par trois ministres des Finances en quatre jours seulement.
 
Les preuves découvertes par l'OCCRP montrent que l'entreprise en question, Regiments Capital, savait très probablement depuis des semaines que le ministre des Finances Nhlanhla Nene (photo) serait licencié en décembre 2015.
 
Les tirs paraissent brusques au reste du monde, mais pas à Eric Wood, alors l'un des trois directeurs des régiments. Des semaines auparavant, Wood avait convoqué une réunion avec un cadre supérieur des régiments.
 
"Nene va se faire virer ", a-t-il déclaré à Mosilo Mothepu, selon un affidavit soumis à la Commission judiciaire sud-africaine d'enquête sur les allégations de capture d'Etat. Par la suite, Wood a envoyé un courriel de suivi expliquant comment les régiments pourraient tirer profit du congédiement imminent.
 
Ces connaissances, qui se chiffrent en millions pour les régiments, ont été acquises en partie aux dépens d'un groupe vulnérable de Sud-Africains : les retraités de la compagnie publique de chemin de fer et de transport Transnet. Les régiments ont géré l'un de ses fonds de retraite et ont mis à profit cette position pour gagner de l'argent grâce au licenciement de Nene tout en mettant sur pied les 50 000 retraités de Transnet pour subir une perte correspondante.
 
Bien que le fonds de pension de Transnet soit censé être un régime à prestations définies avec des paiements mensuels garantis, l'obligation n'a pas toujours été remplie. Certains de ses retraités, qui se situent en moyenne entre 500 rands (environ 35 $) et 1 800 rands (environ 125 $) par mois, estiment qu'ils ont déjà été lésés pendant des années, les primes promises étant souvent versées en retard ou pas du tout.
 
Benita Swart, une retraitée de Transnet âgée de 61 ans, a déclaré que les retraités "n'ont aucune idée de ce qui a été fait de notre argent, comment ils l'ont investi, combien a été volé."
"Nous travaillerons pour des miettes jusqu'à notre mort", dit-elle.
 
L'escroquerie Transnet
 
L'information privilégiée des régiments sur les prochains tirs de Nene a permis à Wood de tirer profit des retombées inévitables, notamment en mettant sur pied une transaction qui serait payante si les prix des obligations chutaient.
 
L'entreprise a investi des milliards de rands sur un pari que la valeur future des obligations chuterait à une date donnée : Le 9 décembre 2015, le jour même où Nene a été licencié. Pour exécuter ce métier, les régiments avaient besoin d'un investisseur de l'autre côté, d'un individu ou d'une institution qui parierait que la valeur des obligations augmenterait. Agissant en tant que gestionnaire de la caisse de retraite de Transnet, les régiments ont placé la caisse du côté des perdants, une position qui a finalement coûté aux retraités 133 millions de rands (9,2 millions de dollars US).
 
Tous les régiments de rand que nous avons créés ont été perdus pour la caisse de retraite. De plus, le fonds a versé aux régiments plus de 220 millions de rands en frais de gestion.
 
Wood s'est particulièrement concentré sur l'augmentation des avoirs des régiments en R186, une débenture à usage général émise en 1998.
 
Au moment du retrait de Nene, les régiments avaient déjà investi de l'argent dans l'obligation R186 provenant du fonds de pension de Transnet et d'un fonds qu'ils géraient pour la ville de Johannesburg. Au total, l'investissement total s'élève à plusieurs milliards de rands.
 
Le fonds de Johannesburg perdra des centaines de millions de rands et, en novembre 2018, la ville coupera ses liens avec les régiments, pour mauvaise gestion. Un représentant a déclaré que la ville est toujours en train d'enquêter et est "incapable de confirmer pour le moment le montant d'argent" en cause.
 
Transnet a également déclaré qu'elle examinait diverses transactions exécutées par les régiments et a refusé de commenter davantage.
 
En 2017, le fonds de pension a déposé une demande légale de remboursement de 230 millions de rands qu'il a déclaré que les régiments avaient payé sans autorisation à une société Wood fondée avec Salim Essa, un associé bien connu de la famille Gupta.
 
Dans un jugement rendu en juillet dernier, le juge sud-africain M. Tsoka a déclaré : "Il semble qu'Eric Wood ait commis une fraude contre le Fonds pour utiliser (ses) actifs pour payer des dettes qui n'ont rien à voir avec le Fonds."
 
Connexion Gupta
 
Les régiments devaient le contrôle du fonds de retraite Transnet à l'étroite relation d'Essa avec la famille Gupta.
 
Les Guptas - les frères Atul, Ajay et Rajesh - ont été accusés d'utiliser leur richesse, leur influence et leurs liens avec Zuma pour s'enrichir aux frais des contribuables dans un projet si grand qu'on l'appelle "capture d'État".
 
Les trois frères ont immigré en Afrique du Sud depuis l'Inde dans les années 1990 et sont rapidement devenus des acteurs majeurs dans les affaires sud-africaines. Leur influence s'est considérablement accrue après qu'ils eurent développé une relation avec Zuma, fournissant à la famille du président un soutien financier en échange de l'accès à des appels d'offres lucratifs de l'État et à des fonctionnaires amis.
 
Aujourd'hui, la Commission sud-africaine sur les allégations de capture d'État enquête pour savoir si les Gupta avaient eu connaissance au préalable de nominations publiques ou d'une nomination irrégulière du personnel du ministère des Finances. L'enquête porte notamment sur Mohammed Bobat, un haut gradé des régiments nommé conseiller spécial de Des Van Rooyen au cours de son mandat de trois jours comme ministre des Finances après le licenciement de Nene.
 
Un allié de Gupta qui avait auparavant été administrateur de l'une des sociétés d'Essa, un homme nommé Stanley Shane, a aidé Essa et Wood à consolider leur influence sur Transnet, où Shane était membre du conseil d'administration.
 
Une série de gestionnaires d'actifs hautement cotés ont posé leur candidature pour gérer la caisse de retraite de Transnet selon les documents obtenus par l'OCCRP. Mais Shane s'est assuré que les régiments obtiendraient le contrat, permettant ainsi à la compagnie d'avoir accès à l'information interne.
 
Une fois que les Régiments ont pris le contrôle du fonds de pension Transnet, Wood and Essa a commencé à utiliser ses actifs, y compris sur le pari R186.
 
Les régiments ont utilisé la caisse de retraite de Transet pour comptabiliser sept transactions le 4 décembre 2015. La société a acheté et vendu plus de 7 milliards de rands en contrats à terme sur obligations, selon des données commerciales confidentielles, de la correspondance privée et des portefeuilles d'investissement obtenus par OCCRP. Dans toutes les transactions, Regiments a été désignée comme contrepartie tout en continuant à gérer la caisse de retraite, se plaçant du côté opposé d'une transaction financière impliquant un client. C'était un rôle inhabituel et conflictuel pour un gestionnaire de fonds.
 
Les métiers des régiments ont été réglés le 9 décembre 2015, lorsque le prix des obligations a chuté et que le rendement correspondant est passé de 8,8 % à 10,4 %. Cette augmentation, qui augmente ou diminue habituellement lentement et régulièrement, a permis aux régiments de réaliser plus de 130 millions de rands de profits sur un seul métier.
 
Les échanges ont été enregistrés dans un courriel qui a copié Kennedy Ramosebudi, un employé des régiments.
 
Les actions des régiments à l'égard de Transnet semblent violer les lois qui interdisent les opérations imprudentes, la fraude, la manipulation d'informations privilégiées et l'imposition de structures tarifaires contraires à l'éthique. Ces lois comprennent la Loi sur la gestion des finances publiques.
 
Andrew Feinstein, directeur exécutif de Corruption Watch U.K. et ancien banquier qui a participé à la rédaction de la Public Finance Management Act, a déclaré que les actions des régiments semblent être l'un des exemples les plus clairs de délits d'initiés qu'il a rencontrés.
 
"Le fait qu'il s'agissait d'informations sur la manipulation de la position la plus importante au sein du cabinet au profit des architectes et des bénéficiaires de la capture de l'État ne fait que rendre cette action encore plus flagrante ", a déclaré Feinstein.
 
Ni Wood ni Essa n'ont répondu aux messages demandant des commentaires. Les courriels envoyés à l'adresse officielle des régiments ont été retournés comme étant non livrables, et une personne qui a répondu au téléphone a déclaré que le personnel de la compagnie n'était pas autorisé à parler aux médias.
 
Le directeur du régiment, Niven Pillay, n'a pas répondu aux questions envoyées par courriel ou par texto et téléphone cellulaire. Lorsqu'on l'a joint par téléphone, il a dit qu'il répondrait aux demandes de renseignements, mais il ne l'a jamais fait.
 
L'autorité sud-africaine de réglementation financière, la Financial Sector Conduct Authority, n'a pas répondu aux demandes de commentaires.
 
Phetolo Ramosebudi, l'ancien trésorier de Transnet qui aurait coordonné avec Wood la façon dont les régiments géraient le fonds de pension de la compagnie, a démissionné en octobre après avoir été suspendu pour des activités liées aux Guptas.
 
Mais les personnes qui ont payé le plus lourd tribut à la mauvaise gestion économique de l'Afrique du Sud sont les retraités du pays.
 
Pour les retraités, les primes promises pour compenser l'absence de versement intégral de la pension étaient souvent versées en retard ou n'arrivaient jamais du tout.
 
"Mon mari a travaillé comme conducteur de train pendant 32 ans ", a déclaré une retraitée qui a demandé l'anonymat par crainte de représailles. "Je n'ai même pas sa pension complète."
 
Par Khadija Sharife & Mark Anderson
 
Nombre de lectures : 71 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter