Connectez-vous
EDITORIAL
Propos de Sonko sur la presse : diversion et réalités

Les propos d’Ousmane Sonko à l’endroit de la presse, tenus le 9 janvier sur l’esplanade du Grand Théâtre lors d’un meeting de son parti, ont soulevé l’ire de beaucoup de journalistes… Pour certains d’entre eux, le chef du Pastef (et Premier ministre) est coupable d’avoir proféré des menaces et mises en garde contre les professionnels des médias dans l’exercice de leurs fonctions. D’autres l’accusent - sans avoir tort - de tirer sur cette corde « populiste » qui semble lui avoir bien réussi dans sa déjà fulgurante carrière politique. Pourquoi changerait-il de méthode, se disent-ils ? Des ‘’Unes’’ de la presse quotidienne de ce lundi 10 juin renseignent sur l’impact d’un discours sur le personnel du « 4e Pouvoir », sans langue de bois, direct mais pourtant précisément…ciblé sur une catégorie identifiée de patrons de presse. Un point crucial qui n’a pas semblé digne d’intérêt pour tout le monde. Cela, c’est sur la forme. 

 

Dans le fond, que retenir d’essentiel du discours véhément d’Ousmane Sonko ? 

 

Primo : que les journalistes ont l’obligation professionnelle, éthique et morale de respecter les principes sacro-saints qui fondent et légitiment l’exercice de leur profession, qui plus est dans un environnement démocratique où ils ne sont clairement pas les seuls acteurs. Nous publions et diffusons chaque jour des centaines d’articles qui touchent à tous les secteurs de notre vivre-ensemble quotidien et sur tous les supports disponibles. Prenons-nous toujours le temps de le faire comme nous devons le faire? La perfection n’existant nulle part, la réponse est non. Le faisons-nous en toute bonne foi ? La déontologie est une matière variable, à chacun sa conscience. Prenons-nous le temps de rectifier ce qu’il y a à rectifier ? Sans doute mais il reste du travail. 

 

Il nous faut le reconnaître : nous avons - bien malgré nous - fourni des munitions à des gens extérieurs à notre profession pour qu’ils viennent nous rappeler le ba.ba de notre métier en brandissant des pièces à conviction qui nous envoient au tapis. La présumée « affaire Kandé » qui vient de défrayer la chronique est un désastre monumental en termes de crédibilité qui nous frappe tous. Elle montre ce que peut être un journalisme ombrageux dont la mécanique éditoriale carbure aux racolages, rapiéçages et ajustages aux fins de fournir des produits livrables à d’obscures officines en embuscade dans une arrière-scène en Antarctique. On ne le dira jamais assez : « l’indépendance du journalisme est la première garantie d’une information loyale. Pas de quêtes de vérités  sans autonomie de leurs chercheurs » (Edwy Plenel).

 

Deuxio : que les entreprises de presse ont le devoir d’être en règle avec la loi, notamment au plan fiscal. Personne ne le conteste. Les difficultés que vivent les patrons de presse, le stress des fin de mois et des autres périodes ‘’sociales’’ qui appellent des dépenses, les sacrifices immenses que certains d’entre eux consentent jusque sur leurs propres biens pour faire vivre leurs médias et leurs personnels sont des réalités incontestables. Il faut leur en rendre hommage. Mais c’est leur choix d’avoir investi dans un secteur impitoyable, concurrentiel, budgétivore et sans garantie de retour sur investissement. La réalité est têtue mais incompressible. Des patrons de presse acceptent les règles du jeu, déroulent leurs stratégies, font preuve d’inventivité et d’innovations en tenant compte de leurs moyens et limites. D’autres, par contre, font semblant de jouer le jeu, rusent, transforment une présumé capacité de nuisance en une institution permanente de lobbying qui finit par discréditer la véritable institution que doit être le média. C’est ce vagabondage égoïste avec des « bailleurs de fonds » non philanthropes qui ramène au ‘’Primo’’ ci-dessus. Dans un post en date du 27 mai 2024, Hamadou Tidiane Sy, fondateur du site « Ouestafnews » et directeur de l’école de journalisme E-jicom, écrit: « l’indépendance du journaliste n’a pas de prix mais a un coût. Celui de n’être souvent « l’ami » de personne : ni pouvoir, ni opposition, ni opérateurs économiques, ni chefs coutumiers ou religieux…»

 

Au delà de la tonalité du discours d’Ousmane Sonko, ce sont les réalités que voila que les organisations et entreprises de presse devraient s’attacher à combattre pour protéger l’honneur d’une profession indispensable au contrôle démocratique du pouvoir politique, de sa gouvernance, des ‘’tromperies d’Etat’’ (Edwy Plenel) et des pratiques oligarchiques autour de l’économie et des secteurs stratégiques lucratifs de la vie nationale. C’est la voie royale pour assurer à la presse cette qualité de contre-pouvoir qui a été détruite par la cupidité manifeste dont font preuve certaines de ses figures. 

 

S’accrocher aux propos d’Ousmane Sonko pour ne pas en voir le fond ne nous avancera en rien. Exigeons par exemple du pouvoir la suppression des peines privatives de liberté pour les journalistes ! C’est le Président Bassirou Diomaye Faye qui en a pris l’engagement. Mais apparemment, une loi de protection pour les lanceurs d’alerte semble plus prête d’être déposée à l’assemblée nationale. Ça, c’est un beau défi et une vraie réalité ! Sus à la diversion.

 


Jean Luc Mélenchon reçoit en cadeau une pirogue offerte par Ousmane Sonko le 16 mai 2024 à l'université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD)
Jean Luc Mélenchon reçoit en cadeau une pirogue offerte par Ousmane Sonko le 16 mai 2024 à l'université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD)

Jean Luc Mélenchon est á Dakar depuis mardi pour une « visite officielle » de quatre jours. Le chef de La France Insoumise (LFI), 3e force politique à l’assemblée nationale française (2e si on prend en compte un ‘’groupe Nupes’’) rend visite au Pastef (Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité) après le renversement démocratique et populaire du régime répressif et corrompu de Macky Sall le 24 mars 2024. L’ancien ministre socialiste est ainsi la première personnalité politique française d’envergure à rencontrer les nouvelles autorités sénégalaises auxquelles il a apporté un formidable soutien politique durant les années de répression sous l’ancien régime. Sa présence au Sénégal aux cotés du Président Diomaye Faye et du Premier ministre Ousmane Sonko révèle le fossé béant qui s’est creusé entre la France officielle et le pouvoir souverainiste qui gouverne désormais le Sénégal. 

 

Si Jean Luc Mélenchon est à Dakar aujourd’hui, c’est sans doute pour avoir été du bon côté de l’histoire tragique qui se déroulait dans notre pays sous les yeux du monde. Sur la base des principes fondamentaux de la démocratie et des droits des citoyens, il a justement critiqué, à travers des postures dénuées d’ambiguïtés, la nature autoritaire, violente et dangereuse du régime de Macky Sall et sa propension naturelle à l’exercer sur ses opposants avec l’appui de séides de l’appareil judiciaire.

 

Durant tout ce cycle qui a vu la mort de plusieurs dizaines de Sénégalais, Emmanuel Macron a implicitement soutenu les dérives de son « ami » avec ce cynisme propre à la personnalité politique des anciennes puissances coloniales. Des communiqués illisibles de 4 ou 5 lignes - si cela arrivait - balancés par d’obscurs fonctionnaires du Quai d’Orsay ont servi de réactions politiques du « partenaire » historique du Sénégal face à l’institutionnalisation de la terreur aux quatre coins du pays. En lieu et place d’une appréhension lucide du drame sénégalais et des ses implications politiques et stratégiques potentielles, Macron a délibérément joué la carte de l’émotion en observant le silence pour ne pas gêner ou affaiblir son poulain. 

 

Cette posture française a été d’autant plus suicidaire - et hypocrite - que dans le même temps, le chef de l’Élysée draguait assidument les jeunesses et sociétés civiles africaines. L’idée était simple : tenter de redorer le blason d’une France en totale perte de vitesse sur le continent africain, peu déterminée à joindre les actes aux paroles, et finalement contrainte de s’agripper aux régimes moribonds classiques avec qui elle a naturellement des atomes crochus. Le substrat de son discours de « renouveau » n’a pas varié : l’Afrique francophone doit rester dans son giron d’influence. Le reste n’est qu’accommodement. 

 

Aujourd’hui, Emmanuel Macron a joué et perdu en n’ayant pas jugé utile de « traverser » la rue de (l’Élysée) pour aller voir ce qu’il se passait sur la rive (sénégalaise) d’en face, comme il le suggérait aux chômeurs français dans le style railleur et arrogant qui peut être le sien. Scotché dans le mantra idéologique d’une France néo-coloniale à laquelle la notion de souveraineté ne dit plus grand chose, l’ex banquier d’affaires a ouvert la voie à Jean Luc Mélenchon. CE n’est pas plu mal pour notre pays.

 

Le leader des Insoumis français tire donc les dividendes d’une alliance politique et stratégique tissée avec un parti politique de type radical, en particulier sur les questions de souveraineté et d’indépendance. Et ce n’est pas seulement une affaire d’intérêts. Jean Luc Mélenchon est un militant acharné de l’émancipation des peuples et des communautés à travers le monde. En Afrique, en Asie, en Amérique Latine et jusque dans les territoires d’Outre Mer restes encore français comme la Nouvelle Calédonie, « Méloche » est une figure de résistance contre les abus et pratiques des puissances coloniales et impérialistes. Sa trajectoire et ses fréquentations politiques dans les pays du Sud Global le démontrent. Sur ce terrain, il semble en parfaite convergence avec Ousmane Sonko, figure de proue du nouveau radicalisme panafricain. 

 

Et c’est la France officielle qui en paie cash la note et les frais. Pour une fois, le Président élu du Sénégal n’est pas allé faire acte d’allégeance à Paris au lendemain de son élection. Le début de quelque chose semble se dessiner. Le tapis rouge de l’Elysée attendra…un peu avant d'être foulé par le Président sénégalais. Entre Mélenchon et Sonko, un discours de Dakar s'annonce sur l'avenir des relations entre l'Afrique et l'Europe !

 




 


Passeports diplomatiques : le brigandage d’un bouffon

Quels sont l’utilité et l’objectif pour un Président de la République, 120 heures avant de quitter ses fonctions après 12 ans de pouvoir, de mettre le bordel partout derrière lui en multipliant les décrets de toutes sortes alors que son successeur est sur le point de prendre le relais ? Les stupidités de l’ancien chef d’Etat sont désormais révélées à intervalles réguliers.

Sa dernière incartade est cette généralisation à grande échelle des passeports diplomatiques au sein d’une clientèle politicienne qu’il voudrait servir jusqu’au bout de l’impossible. Cet acte, comme tous les autres exécutés par effraction avant son départ, fait penser à des gamins qui se disputent les dernières miettes d’un bol de riz ou de pâtes… Toute sa personnalité est dans cette image. Sauf que lui est seul face á sa conscience. Mais quand l’indécence s’impose à lui, c’est toujours citius (plus vite), altius (plus haut), fortius (plus fort).   

 

Le pouvoir n’est jamais éternel et le temps d’en jouir est limité dans le…temps. Ce sont deux principes que Macky Sall aurait dû intégrer dans son logiciel de fonctionnement pour ne pas être la risée publique de ses compatriotes et du monde. En lieu et place, il choisit d’écrire lui-même les tristes dernières pages d’une bouffonnerie de gouvernance qui a failli précipiter le Sénégal dans les abîmes. 

 

Il savait parfaitement que les actes politiques posés dans les ultimes instants de sa fin de règne seraient susceptibles d’être annulés. Mais il se devait de prouver à son ego, d’abord, et à ses obligés, ensuite, qu’il était encore en capacité de faire l’histoire de ce pays. En fin de course, il n’aura réussi qu’à consolider l’image désastreuse laissée aux Sénégalais depuis bien longtemps, celle d’un saltimbanque qui n’aurait jamais dû être plus qu’un secrétaire communal. 


Image

Le régime de Macky Sall est tombé le 24 mars 2024 après douze ans de règne brutal et arrogant et des subterfuges qui ont provoqué le report du scrutin. Le nouveau Président sénégalais s'appelle Bassirou Diomaye Diakhar Faye, 44 ans, polygame avec 2 femmes et considéré comme une tête bien faite et bien pleine. Ce 29 mars, le Conseil constitutionnel l'a définitivement élevé au rang de 5e chef d'Etat pour notre pays.


SENEGAL : le Conseil constitutionnel consacre Bassirou Diomaye Faye 5e Président

Sorti de prison le 15 mars après 11 mois de détention, privé de son temps d’antenne légal sur la radio-télévision publique, et après 9 jours de campagne électorale seulement, Bassirou Diomaye Faye est devenu le 5e Président de la République du Sénégal. Ce 25 mars, il a 44 ans.

Le 29 mars 2024, le Conseil constitutionnel a officiellement proclamé sa victoire écrasante devant le candidat du pouvoir, Amadou Ba. Une page se tourne.

L’inspecteur des impôts et ombre d’Ousmane Sonko sera donc le successeur de Macky Sall pour les cinq prochaines années.

 
 

La détermination des électeurs et électrices, pressentie aux premières heures de cette matinée dominicale du 24 mars, s’est peu à peu transformée en un puissant ras-de-marée électoral en faveur du candidat de la mouvance Pastef.

C’est la souveraineté populaire du peuple sénégalais qui s’est ainsi exprimée en toute transparence, à travers une mobilisation exceptionnelle, et en dépit de l’exclusion du vote de plusieurs milliers de citoyens victimes à la fois des incompétences administratives, des tentatives de magouilles de certains notables politiques du régime et des déplacements de centres de votes et d’électeurs souvent ni expliqués ni justifiés. 

 

En élisant Bassirou Diomaye Faye, le peuple sénégalais sanctionne durement un régime qui a fait de la loi de la force le viatique de sa morale, le soubassement de son arrogance, le carburant de sa violence.

Les électeurs du 24-Mars, toutes catégories d’âge et de sexe confondues, ont voulu dénoncer toute cette panoplie d’injustices infligées sans raison, sans justice ni équité à toutes ces gens qui ont résisté pacifiquement à l’oppression et à la répression d’un pouvoir tyrannique qui ne s’est fixé aucune limite dans la transgression des libertés.

Ceux et celles qui ont voté ce 24-Mars avaient envie de rappeler à toute la classe politique que le pouvoir du peuple reste une réalité intangible avec laquelle il n’est pas possible de ruser éternellement sans retour de bâton.

Le peuple sénégalais voulait son référendum contre un régine corrompu, il l’a eu en usant sans coup férir de ce formidable outil de redressement des torts qu’est le vote universel. 

 

La grosse performance politique réalisée ce 24 mars par Bassirou Diomaye Faye nous sort de douze ans d’une démocratie formelle emmitouflée dans une terreur sanglante qui aura emporté, sans raison, la vie de plusieurs dizaines de Sénégalais et détruit bien d’autres, même en leur épargnant la mort. La réparation de ce cauchemar vécu par des milliers de nos compatriotes et la destruction des causes qui en sont l’origine requièrent une attention particulière des futures nouvelles autorités de l’Etat et de la République.

En attendant, l'exception sénégalaise est de retour ! Et on l'espère durable et plus résilience que jamais.

 

Le Président-scandale !

Tout le monde voyait venir car celui dont il est question dans ce texte est d’une prévisibilité électronique, presqu’enfantine. Son « dialogue national », tout le monde a pressenti, senti et su in fine que c’était un vague truc de pipeau destiné à un sombre projet au coeur, la destruction en miettes d’un processus électoral qui lui a échappé sous le nez. Une chimère crypto-populiste sans contenu autre que le management vital des envies ultimes d’une gouvernance roublarde qui, au crépuscule de sa douce et sanglante démocrature, tient à déminer à la hussarde le gigantesque terrain de ses forfaitures et trahisons. 

 

Pendant douze ans, celui dont il est question a méthodiquement, obstinément tenté de fracasser la vitrine de fer qui protège tant bien que mal nos acquis démocratiques, entretient avec peine l’Etat de droit, maintient en l’état nos libertés fondamentales contre les agresseurs de notre réalité de peuple souverain, de femmes et d’hommes libres. Il est la tête de gondole d’un large spectre de clientèles diverses aux intérêts divergents : politiciens cramés jusqu’à la moelle, affairistes pris au piège de leurs magouilles, truands soucieux de protection, repris de justice recyclés dans l’exécution de sales besognes, trafiquants d’influence survivants de toutes les intempéries depuis plusieurs décennies, déçus d’un « Grand Soir » accrochés à l’arrière du dernier des wagons-subsides de président-fondateur et de la reine Simone… Ceux qui se ressemblent s’assemblent ! 

 

Sonné par l’échec face à une résistance populaire et institutionnelle pourtant de moyenne intensité, il s’en est remis finalement à de vieilles recettes incrustées dans sa mentalité et dans ses méthodes de manipulateur impénitent et introverti. C’est l’une de ces recettes qui a enfanté cette connerie de dialogue national que l’on a du mal à ne pas assimiler à un attentat terroriste dirigé contre la Constitution par un large spectre de politiciens d’hier et d’aujourd’hui désespérément emmitouflés sous diverses couvertures langagières pour donner le change. Qu’espérer de moins scandaleux d’un Président-scandale?  

 
Auto-destruction 
 

L’aventure autoritaire du Président-scandale est naturellement porteuse de sa propre destruction, de son délitement et de son évanescence. Sa militance effrénée et tragique pour le chaos permanent est symétrique au ‘’coup d’Etat permanent’’ dénoncé par François Mitterrand pour fustiger l’extrême pouvoir personnel dont il accusa Charles de Gaulle et la 5e République Française. Nous en avons une version pire au Sénégal, victimes que nous sommes d’un présidentialisme qui peut tourner en bourrique un Conseil constitutionnel dont les Décisions sont pourtant in-susceptibles de recours et, encore moins, de tergiversations. Ramené par 7 juges à son statut de mortel devant être au service exclusif de ses compatriotes et de la stabilité des institutions républicaines, celui dont il est question ici en a pris ombrage et lancé, en représailles, une guérilla monstrueuse pour se convaincre que sa ‘’sainteté’’ reste intouchable! Qu’espérer de moins scandaleux d’un Président-scandale qui s’est forgé une dangereuse (in)culture politique aux soubassements incandescents, avec des capacités opérationnelles et destructrices aussi effrayantes que celles pouvant être permises par des pouvoirs illimités ? 

 

Que dire de plus du Président-scandale qui ne l’ait déjà été sur la place sénégalaise ? Douze ans de pollutions en tous genres déversées de force à tous les étages de la République, disséminées dans toutes les strates de la Nation, stockées dans toutes les interstices de la Société pour asseoir un esclavage démocratisé des populations et des institutions de ce pays ne lui ont pas permis de parvenir à ses fins ténébreuses. Il est en échec. Pour l’instant. 


L'Échec d'une vie 
 

Mais son mépris génocidaire pour les lois, pour l’éthique et la discipline républicaines dans un Etat de droit ne risquent pas de nous quitter si vite. Les stigmates et souvenirs d’une répression sauvage des libertés fondamentales resteront inoubliables pour le Peuple souffrant du Sénégal. L’insurrection judiciaire qu’il a institutionnalisée et instrumentalisée pour bafouer l’exercice démocratique et citoyen des droits et libertés dans ce pays demeurera un marqueur indélébile d’une gouvernance subversive et conspiratrice.

 

En fin de compte, celui dont il est question ici n’aura ouvert aucune perspective politique pour la démocratie sénégalaise après son arrivée au pouvoir en 2012. Ferrailler, se bagarrer, emprisonner, manoeuvrer… Son égoïsme défie l’entendement ! Tous les actes qu’il a posés ont servi ses desseins personnels d’une manière ou d’une autre. Et en 2024, nous en sommes à compter les coups tordus qu’il a infligés à cette architecture d’Etat de droit que bon nombre de pays nous envient en toute fraternité. Ce sera l’Échec de sa vie. Ses pairs de la Cedeao le lui ont d’ailleurs insidieusement signifié entre les lignes du communiqué publié à l’issue du Sommet des chefs d’Etat du bloc ouest-africain tenu le week-end dernier à Abuja. S’en est-il rendu compte ?Ecce homo !

 


 

 

1 2 3 4 5 » ... 32











Inscription à la newsletter