Connectez-vous
EDITORIAL
GMS: Le pouvoir aux prises avec « son ennemi numéro 1 »
Arrêté le 16 juillet dernier et inculpé trois jours plus tard pour « diffusion de fausse alerte au terrorisme », Guy Marius Sagna est l’objet d’une attention particulière, notamment des organisations de la société civile sénégalaise dont il est devenu un moteur essentiel en termes de mobilisation sur plusieurs fronts de lutte. « Son incarcération suscite l’indignation de la société civile qui appelle à une manifestation vendredi 2 août » à la place de la Nation, écrit le site Mediapart. « Le 26 juillet, Amnesty Sénégal, la Ligue sénégalaise des droits de l’homme (LSDH) et la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (Raddho) ont demandé sa libération et dénoncé une atteinte à la liberté d’opinion », poursuit notre confrère.
 
 « Guy Marius Sagna incarne la radicalité la plus profonde au Sénégal »
Pour le ministère de la Justice interrogé par Mediapart, le militant ‘anti-impérialiste’ a été arrêté « suite à une enquête relative à une déclaration du mouvement Frapp France Dégage faisant état
D’un attentat que la France préparerait sur le sol sénégalais. Une telle déclaration peut porter atteinte à la sécurité des citoyens français vivant au Sénégal, mais aussi installer la peur dans le pays. L’Etat, en tant que garant de la sécurité des personnes et des biens, a agi pour tirer cette affaire au clair. » Néanmoins, relève Mediapart, Sagna n’est ni coordonnateur ni porte-parole de Frapp France Dégage. En sus, il « n’était pas présent » à la conférence de presse d’où est sortie la déclaration sur « l’alerte au terrorisme ».
 
En réalité, souligne Me Assane Dioma Ndiaye, président de la Ligue sénégalaise pour les droits humains (LSDH), la procédure enclenchée par les autorités sénégalaise n’est pas « innocente », elle vise à réduire au silence « l’ennemi numéro un du régime », « celui qui incarne aujourd’hui la radicalité la plus profonde au Sénégal. » C’est pourquoi Me Amadou Diallo estime qu’il y a « acharnement » contre son client.
 
Interrogé également par Mediapart, Me Koureyssi Bâ abonde dans le même sens. « C’est une dérive inacceptable qui atteste d’un recul des libertés et droits fondamentaux au Sénégal. Il ne se passe plus de jour sans qu’ils soient menacés : on écroue des lanceurs d’alerte parce que ce qu’ils disent ou écrivent gêne au plus haut niveau. C’est affligeant, triste et révoltant. » Il ajoute : « En toile de fond, il y a le scandale concernant les hydrocarbures, la gestion des minerais et des marchés publics, c’est-à-dire tout ce que dénoncent les lanceurs d’alerte, activistes et blogueurs. Ils défendent les intérêts des Sénégalais, mais c’est un combat qui est mal accepté par les autorités. »
 

OTD : Homme d’Etat, sans doute, mais aussi politicien
Confidence d’un collaborateur et ami de longue date du président de la République : « Macky Sall a tellement confiance en Ousmane Tanor Dieng (OTD) qu’il s’ouvre à lui sur des questions d’une extrême sensibilité, sans crainte. » Sous-entendu : sans craindre que leurs échanges se retrouvent sur la place publique et dans la presse.
 
Ainsi était Ousmane Tanor Dieng, homme fort du Parti socialiste depuis plus de deux décennies. Sa discrétion sur les affaires d’Etat et sur lui-même était légendaire. A la consommation journalistique, il distillait juste l’essentiel, loin des vagues qui charriaient le sensationnel. C’était un Sérère bon teint dont le verbe et la gestuelle semblaient fusionner avec les valeurs de son terroir d’enfance et d’adulte : Nguéniène.
 
En fin de compte, OTD exaspérait même ses interlocuteurs par sa capacité à taire ce qui devait s’extirper de ses entrailles. Lui était dans une autre dimension : il y a des choses qu’un homme qui a été au cœur de l’Etat et de la République durant plusieurs années n’avait pas le droit de divulguer. C’était sa manière à lui de se protéger, mais aussi et surtout de mettre à l’abri cette République et cet Etat dont les intérêts fondamentaux étaient devenus ses directeurs de conscience. Là était enfouie sa part d’ombres et de mystères dont on ne saura rien, mais alors rien. A jamais.
 
Mais en même temps, en investissant le champ politique, Ousmane Tanor Dieng avait choisi de substituer au service d’Etat qui était sa marque de fabrique un autre idéal, politique celui-là, politicien, disent ses adversaires. En passant de la station discrète du diplomate de vocation qu’il était à celle du chef de parti porteur d’ambitions suprêmes, il s’est exposé aux jeux de controverses politiciennes en devenant un acteur partisan.
 
Les guerres rudes et impitoyables qu’il a livrées à ses adversaires au sein du parti socialiste témoignent de ce glissement particulier du statut de serviteur d’Etat à celui de protagoniste politique condamné à gérer des contradictions ingérables. La dernière bataille menée contre Khalifa Sall et ses amis, en lien avec les positionnements politiques du Ps dans la majorité présidentielle, est l’exemple typique de ce déchirement.
 
Nos condoléances à sa famille, à ses parents et amis de Nguéniène, aux responsables et militants du Parti socialiste, à ses collaborateurs du Haut conseil des collectivités territoriales, à ses amitiés politiques et professionnelles… Que Dieu lui fasse grand bien !

SOUTIEN AUX HOMOSEXUELS : Quand OXFAM passe à l’acte
L’ONG OXFAM, consortium d’organisations mondialement célèbre pour ses activités visant à lutter contre la pauvreté dans les pays sous-développés, à favoriser un commerce plus équitable au profit des producteurs agricoles et industriels du Tiers monde, est également active dans la promotion d’une catégorie particulière d’individus : les homosexuels. Notamment ceux qui sont employés dans ses réseaux.
 
Cette tendance a été dévoilée et amplifiée par la lettre rendue publique dimanche par un de ses employés ayant refusé de suivre les directives de la hiérarchie et qui se trouve, pour cela, menacé de licenciement devant l’inspection du travail. L’employé en question, Elimane Haby Kane, relate l’affaire en ces termes.
 
« Vendredi 28 juin, vers 9.00. Oxfam International a envoyé un email commun à tous les agents d’Oxfam intitulé « Lettre d’amour » dans lequel il est question de la condition des LGBTI dans l’organisation et de la nécessité de les promouvoir, de leur donner des postes de responsabilité, de renforcer leur leadership dans les pays du Sud et la lettre se termine par une menace aux pays et agents qui refuseraient leur solidarité à cette nouvelle vision d’Oxfam de quitter la confédération. »
 
(…) « A la lecture de l’email je décide d’y répondre en dénonçant son caractère irrespectueux et violent, en démontrant comment cette injonction est contradictoire aux principes défendus par Oxfam en voulant imposer à tous une vision non partagée. Je décline la lettre et évoque les éventuelles conséquences qu’elle pourrait avoir sur le bureau d’Oxfam au Sénégal et la sécurité des agents. » (voir la réplique d’Elimane Haby Kane in extenso)
 
Dans cette affaire, il est tout d’abord impératif d’aller au-delà de la personne de monsieur Kane pour mieux appréhender la gravité de la démarche irrespectueuse d’Oxfam dans « les pays du Sud ». Sous le couvert d’intentions louables ayant trait à l’instauration de politiques plus justes et équitables au profit des couches défavorisées, Oxfam travaille en souterrain sur un autre front qui ne devait jamais être de son ressort : la modélisation de notre vie sociale et sa transformation sur le modèle dominant de l’Occident.
 
Cette orientation agressive est totalement inacceptable dans un pays d’essence croyante où la promotion d’anti-valeurs religieuses n’a pas sa place. Les pressions exercées sur les employés locaux et visant à les embrigader dans un combat d’arrière-garde sont non seulement intolérantes et donc contraires aux idéaux défendus par la confédération, mais elles consacrent fondamentalement un manque flagrant de respect pour des personnes dont la foi religieuse et la moralité ne sauraient cohabiter une seule seconde avec des injonctions pro-gay, pro-lesbiennes ou pro-transgenres d’où qu’elles viennent.
 
Ce scandale OXFAM ne devrait donc pas laisser l’Etat du Sénégal indifférent, ni même les organisations religieuses qui s’emploient tant bien que mal à arrêter les dérives morales qui secouent notre pays par divers canaux de plus en plus puissants. Il y a lieu pour les autorités sénégalaises de voir de plus près l’agenda caché de certaines ONG locales et internationales qui travaillent étroitement avec certaines ambassades de pays occidentaux pour la promotion de ce qui peut nous différencier des autres…
 
 
 

Le camouflet de l’ex doyenne des juges au maître des poursuites
Les propos de la présidente de l’Ofnac, Seynabou Ndiaye Diakhaté, contre le procureur de la République Serigne Bassirou Guèye sont extrêmement graves (voir l’article de Ndiogou Cissé). Ils sont en fait un révélateur pertinent de la gestion chaotique des dossiers judiciaires par le parquet. Ils renseignent sur l’existence d’une politique de sélection des «affaires» qui obéirait aux desiderata du pouvoir exécutif et donc du président de la République. Ils disent clairement à l’opinion publique nationale et internationale que le procureur de la République serait en fait sous dépendance, avec peu de liberté dans l’exécution de ses missions.
 
En gros, l’ex-doyenne des juges d’instruction nous replonge dans une perception répandue selon laquelle le maître des poursuites n’est en réalité le maître de rien, sauf des missions commandées par la justice politique.
 
Ces accusations ciblées et précises de la présidente de l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption ne sont pas banales car dans un système normal de fonctionnement de la magistrature, Serigne Bassirou Guèye sauterait de son poste et aurait même été passible de sanction devant une institution disciplinaire. Laxisme professionnel, obstruction à la manifestation de la vérité, insouciance…
 
Quand un magistrat porteur d’autant de responsabilités est si violemment attaqué par un de ses pairs, c’est qu’il y a fondamentalement des raisons objectives d’avoir peur d’un système transformé en instrument de combat politique. Le procureur de la République était déjà gravement discrédité, la présidente de l’Ofnac l’a proprement achevé… et en profite pour laver un tant soit peu l’honneur d’un organe anti-corruption également discrédité. Décidément…

Aliou Sall : "l'information" du sacrifice !
Les propos inédits du chef de la communication du palais soutenant que la société Agritrans a bien reçu une somme de 146 millions de francs Cfa de la part de Franck Timis sonnent comme une charge lourde contre Aliou Sall. Ils semblent dire que pour le Président Macky Sall, la situation dans laquelle les révélations de la BBC ont plongé le pouvoir n’est plus tenable.

La ligne de défense qui protégeait le frère depuis le 3 juin dernier est arrivée à saturation. Il est temps de le lâcher en le sacrifiant sur l’autel d’une perspective de dépassement de la crise ouverte par les accusations de corruption qui le plombent.
 
La sortie d’El Hadj Hamidou Kassé – avec les éléments d’informations inédits qu’elle porte - parait d’autant plus significative qu’elle a été faite sur une chaîne de télévision mondiale. Il y avait un discours à faire passer. Un message de dimension internationale destiné à corriger – un tant soit peu - les effets désastreux du reportage de la BBC relayé par une palette impressionnante de médias mainstream, sur des supports divers et variés, tous plus influents les uns que les autres. Il y avait "de l'information" à transmettre, elle a été transmise.
 
Les actes présumés de corruption dont le frère du président de la République se serait rendu coupable mobilisent actuellement des Sénégalais de la Diaspora dans plusieurs capitales européennes comme Londres, Paris, Bruxelles. Les plus hauts responsables de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) dont le Sénégal est signataire ont été prêté oreille à l’exaspération d’activistes de la bonne gouvernance. Autant de facteurs qui ont pu pousser le président Macky Sall à organiser cette séance médiatique qui ressemble au sacrifice froid d’une variable nommée Aliou Sall. A moins que tout cela…

1 2 3 4 5 » ... 18












Inscription à la newsletter