Connectez-vous

Guerre en Ukraine - L’armée russe continue d’avancer dans la région de Kharkiv

Vendredi 17 Mai 2024

L’Ukraine a dit vendredi que les forces russes étaient en train de détruire la ville de Vovtchansk et qu’elles continuaient d’avancer dans la région de Kharkiv, au nord-est, où Moscou a lancé un nouvel assaut d’ampleur le 10 mai.

 

Le président russe Vladimir Poutine a justifié vendredi cette offensive en affirmant répliquer aux frappes ukrainiennes des derniers mois en territoire russe, et vouloir créer une zone tampon.

 

Mais l’Ukraine a encore lancé, selon Moscou, une centaine de drones d’attaques contre plusieurs régions russes et la péninsule ukrainienne occupée de Crimée, faisant deux morts et entraînant des coupures de courant et des incendies d’infrastructures.  

 

Oleg Synegoubov, le gouverneur de la région de Kharkiv — la deuxième ville du pays — a indiqué lors d’un briefing que les forces ukrainiennes n’étaient pas parvenues jusqu’ici à arrêter l’adversaire.  

 

« L’ennemi a commencé à détruire Vovtchansk, en utilisant chars et artillerie. Ce n’est pas simplement dangereux d’être là-bas, c’est pratiquement impossible », a-t-il dit.  

 

Quelque 200 civils restent sur place, d’après la même source, alors que la ville, située à une cinquantaine de kilomètres de Kharkiv, la capitale régionale, comptait quelque 18 000 habitants avant-guerre.

 

L’armée russe a souvent fini par détruire les villes ukrainiennes pour les conquérir, à l’instar de Bakhmout l’an passé ou Avdiïvka en février.

 

Avancée de l’ennemi

 

Un peu plus l’ouest, les forces russes ont progressé sur leur deuxième axe d’assaut dans la région. Elles visent le village de Loukiantsi, pour ouvrir la voie vers Lyptsi, une autre localité sur la route de Kharkiv.  

 

« Les hostilités continuent à Loukiantsi. Oui, il y a une avancée de l’ennemi dans cette localité. Mais nos soldats essayent encore de la tenir », a dit le gouverneur de la région de Kharkiv.

 

De son côté, l’armée russe a revendiqué vendredi la capture, en une semaine, de 12 localités dans la région et affirmé que ses forces continuaient à progresser.

 

Au total, quelque 9300 civils ont été évacués dans la région de Kharkiv. Kyiv accuse cependant Moscou d’utiliser des civils comme « boucliers humains » à Vovtchansk et d’avoir commis au moins une exécution sommaire.

 

La Russie a lancé le 10 mai une offensive surprise par le nord, étendant le front au moment même où l’Ukraine était sur la défensive dans l’Est et le Sud, sur fond de pénurie d’hommes et de munitions.  

 

Face à ses carences, Kyiv a récemment voté une législation pour accélérer la mobilisation militaire. Vendredi, le président Volodymyr Zelensky a également signé une loi qui permet de recruter des détenus en échange d’une libération conditionnelle.

 

Mais avec des lignes défensives de plus en plus étendues, et des attaques russes au nord, à l’est et au sud, le risque d’une percée russe grandit.  

 

« Zone sanitaire »

Moscou a engrangé en une semaine ses plus importants gains territoriaux depuis fin 2022, avec quelque 257 km2 conquis dans la seule région de Kharkiv, selon une analyse jeudi de l’AFP à partir de données fournies par l’Institut américain pour l’étude de la guerre (ISW).

 

Le président Poutine a justifié vendredi l’attaque par la nécessité de créer une zone tampon pour empêcher les forces ukrainiennes de frapper la région voisine russe de Belgorod, alors même que Kyiv bombarde le territoire russe en réponse aux attaques qui endeuillent l’Ukraine depuis plus de deux ans.

 

« J’avais dit publiquement que si cela continuait, nous serions contraints de créer une zone de sécurité, une zone sanitaire. C’est ce que nous faisons », a déclaré M. Poutine, en marge d’un déplacement en Chine.

 

Il a démenti viser « à l’heure actuelle » Kharkiv, deuxième ville du pays que l’armée russe avait échoué à conquérir en 2022. M. Poutine avait également nié prévoir une invasion de l’Ukraine.  

 

Vendredi après-midi, cette cité, très régulièrement bombardée, a été touchée par de nouvelles frappes russes qui ont fait au moins trois morts et 28 blessés, selon un dernier bilan fourni par le maire Igor Terekhov dans la soirée.

 

À Vovtchansk, dans la même région, des frappes russes ont tué un homme de 35 ans et blessé un autre de 60 ans, tous deux civils, selon le Parquet régional.  

 

À Odessa, ville portuaire du sud du pays régulièrement frappée elle aussi, un bombardement russe a fait un mort et cinq blessés hospitalisés, selon le gouverneur local Oleg Kiper.

 

Pour sa part, l’armée russe a dit avoir fait face à une centaine de drones lancés depuis l’Ukraine dans la nuit de jeudi à vendredi.  

 

Le gouverneur de la région de Belgorod, Viatcheslav Gladkov, a fait état de la mort d’une mère et de son enfant de quatre ans dans le village d’Oktiabrski. Dans la soirée, il a en outre annoncé la mort d’un homme dans le village de Novaïa Naoumovka attaqué par des drones, et d’un blessé hospitalisé.

 

Dans la région de Krasnodar (Sud-Ouest), les autorités ont affirmé que deux drones ukrainiens avaient incendié une raffinerie à Touapsé. Dans cette même région, des « infrastructures civiles » ont été touchées et pris feu à Novorossiïsk, port de la mer Noire.  

 

En Crimée, péninsule ukrainienne annexée en 2014 par la Russie, la ville de Sébastopol, quartier général de la flotte russe en mer Noire, a été en partie privée de courant car une installation électrique a été endommagée, selon les autorités locales.

 

Enfin, dans la journée de vendredi une femme a été tuée par une frappe dans la région russe de Briansk, selon le gouverneur. [AFP]

 
Nombre de lectures : 184 fois











Inscription à la newsletter