Connectez-vous

Nombre record d'élections - La désinformation menace 2024, avertit l’UE

Mardi 23 Janvier 2024

Nombre record d'élections - La désinformation menace 2024, avertit l’UE

L’année 2024, qui verra près de la moitié de la planète concernée par des élections, est une « année cruciale » dans la lutte contre la désinformation, a estimé mardi le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

 

La désinformation est « l’une des menaces les plus significatives » à laquelle les démocraties doivent faire face, a indiqué devant la presse M. Borrell, en présentant le deuxième rapport sur ce sujet établi par ses services.

 

La Russie développe depuis des années « une vaste infrastructure destinée à mentir, manipuler et déstabiliser à une échelle industrielle », a encore averti M. Borrell.

 

Il s’agit d’une « menace contre la sécurité » des démocraties, qui réclame un « combat contre une industrie qui fabrique des mensonges », a-t-il averti.

 

Quelque 945 millions d’Indiens sont appelés aux urnes en mai pour des élections générales dans ce pays devenu l’an dernier le plus peuplé au monde devant la Chine.

 

Plus de 400 millions d’électeurs de 27 pays européens sont appelés à désigner début juin 720 eurodéputés, lors d’un scrutin transnational géant.

 

La désinformation n’est certes pas nouvelle, mais ses moyens et ses capacités ont été décuplés par les réseaux sociaux et l’émergence de l’intelligence artificielle (IA), même si le recours à cette dernière est encore limité, selon ce rapport.  

 

Ce dernier relève toutefois quelques exemples, dont celui d’une vidéo créée de toutes pièces par l’IA montrant la présidente moldave Maia Sandu comme si elle s’exprimait depuis une chaîne officielle de son gouvernement, ou encore celle d’une vidéo retouchée appelant les Ukrainiens à un coup d’État.

 

Ce deuxième rapport, établi par le service européen d’action extérieure (SEAE), a étudié un total de 750 cas de désinformation dans le monde entre novembre 2022 et décembre l’an dernier.  

 

« Fabrique de mensonges »

 

Des mois avant les élections en Pologne l’an dernier, des médias officiels biélorusses ont par exemple lancé sur les réseaux sociaux plusieurs chaînes d’infos ciblant des électeurs polonais, avec de fausses vidéos attaquant des candidats.

 

La Russie mais aussi la Chine sont les principaux responsables de cette « fabrique de mensonges », selon M. Borrell, avec l’Ukraine devenue la principale cible au moment où Moscou cherche à justifier l’invasion de ce pays par son armée, depuis le déclenchement de son « opération spéciale » le 22 février 2024.

 

Des hommes politiques ou des personnalités publiques sont pris pour cibles, mais aussi des célébrités comme les stars Margot Robbie ou Nicolas Cage, dont les images ont été utilisées pour toucher un public le plus large possible.

 

Face à ce genre d’attaques, le rapport préconise un ensemble de mesures pour mieux combattre le phénomène.

 

Se protéger de la désinformation avant une élection se prépare « des mois à l’avance », et il est important de prolonger et d’adapter ces mesures après le scrutin, recommande-t-il.  

 

Quatre types de réponses sont possibles : « ignorer, contenir, minimiser et rediriger ».

 

Pendant la campagne électorale, les acteurs engagés dans le combat contre la désinformation doivent être capables de faire « précisément la différence entre ignorer ou répondre aux menaces ». Car, parfois, prendre des mesures peut aboutir à donner de l’importance aux infox que l’on cherche à combattre, affirment les auteurs de ce rapport.

 

S’il faut agir et contenir cette menace, le rapport suggère d’informer les plates-formes véhiculant des « fake news » le plus tôt possible, en leur demandant par exemple d’assurer une surveillance plus étroite sur tout contenu relatif à l’élection en question.

 

Des sanctions doivent être également possibles en cas de laxisme de la part de certains réseaux sociaux ou plateformes, indique encore ce rapport.

 

« Des contenus dangereux se propagent comme un cancer qui met en danger la santé de notre démocratie », a encore affirmé M. Borrell. « Mais nous avons les outils pour combattre effectivement cette maladie. Nous en avons la capacité, mais nous avons besoin d’en faire plus encore ». [AFP]

 
Nombre de lectures : 975 fois











Inscription à la newsletter