Connectez-vous

Kenya: le déploiement de policiers en Haïti visé par un nouveau recours en justice

Vendredi 17 Mai 2024

Un nouveau recours a été déposé ce 16 mai 2024 devant la justice du Kenya pour s’opposer au déploiement de policiers kényans en Haïti. C’est encore le parti d’opposition Alliance troisième voix qui est à la manœuvre. Le 26 janvier, la justice kényane avait jugé inconstitutionnel ce déploiement dans le cadre d’une force multinationale sous égide de l’ONU. Mais le président kényan, William Ruto, entend bien mener à bien cette mission. 

 

Dans sa plainte, Alliance troisième voix estime que les policiers kényans peuvent être déployés à tout moment et au plus tard, le 23 mai, date de la visite de William Ruto à Washington. Pour Ekuru Aukot, président du parti, les autorités se rendent coupables d’outrage au tribunal. 

 

« Après le jugement du 26 janvier, l’ancien Premier ministre haïtien Ariel Henri est venu au Kenya pour signer un accord officiel. Le jugement est très clair : la demande d’une intervention kényane en Haïti doit être faite selon la Constitution kényane par un président démocratiquement élu. Ariel Henry n’a jamais été élu et sa nomination aurait dû être approuvée par le Parlement… »

 

Or, « en ce moment, il n’y a pas de Parlement en Haïti. Donc, il s’est maintenu au pouvoir illégalement pendant trois ans. Le gouvernement kényan quant à lui ne respecte pas la loi, poursuit ce déploiement et tout cela est chorégraphié en raison de la visite de William Ruto aux États-Unis »...

 

Selon l’ONG Global Initiative, les policiers choisis proviennent de la Force de déploiement rapide et du Groupe d’opérations spéciales. Ce dernier combat notamment les islamistes al-Shebab le long de la frontière avec la Somalie. [RFI]

 

Nombre de lectures : 180 fois











Inscription à la newsletter