Connectez-vous

Valéry Giscard d’Estaing est décédé à l’âge de 94 ans

Mercredi 2 Décembre 2020

Valéry Giscard d'Estaing est mort ce mercredi à l'hôpital de Tours, a fait savoir son entourage à l'AFP. L'ancien chef de l'État de 1974 à 1981 avait 94 ans.
 
"Au début, le traumatisme était fort. Ce traumatisme a duré longtemps. Il a été atténué par mes fonctions au Conseil régional d’Auvergne, et il a complètement disparu quand j’ai présidé la Convention européenne", confiait l’ancien président de la République Valéry Giscard d’Estaing. Ce traumatisme est celui d’un homme, éconduit par le peuple français après un unique mandat.
 
Le destin politique de "VGE", mort ce mercredi selon son entourage et selon l'Élysée, a été marqué le 10 mai 1981, jour de sa défaite au second tour de l’élection présidentielle face à François Mitterrand, du sceau de la tragédie. Ce jour-là, l’homme pressé devint l’homme blessé, atteint, comme il le disait lui-même, d’une "inguérissable nostalgie".
 
"Je pars à un moment où l’œuvre n’est pas achevée", commentera plus tard celui qui voulait "regarder la France au fond des yeux" et faire basculer le pays dans la modernité. "L’après" du fondateur de l’UDF ne pouvait être, Ve République oblige, qu’un déclin. Longtemps, il crut à un retour au sommet, qui n'advint jamais.
Jeunesse résistante
 
L’Auvergnat, né en 1926 à Coblence, dans la Rhénanie d’entre-deux-guerres occupée par les forces françaises, appartenait à la génération d’hommes politiques forgés par la Seconde Guerre mondiale. Bachelier à seize ans, le jeune Valéry Giscard d’Estaing participe, à peine majeur, à la Libération de Paris, alors qu’il est élève en classe préparatoire au prestigieux lycée Louis-Le-Grand. Il s’engage ensuite dans la 1ère armée française du général de Lattre de Tassigny.
 
À la fin de la guerre, le brigadier Giscard d'Estaing, décoré de la Croix de guerre pour ses faits d’arme, retourne au lycée Louis-Le-Grand et reprend son parcours. Il intègre Polytechnique en 1946, et choisit d’intégrer la jeune École nationale d’administration (ENA) en janvier 1949. Clin d’œil du destin, sa promotion est baptisée "Europe". Il choisit le corps de l’Inspection des finances, traditionnellement dévolue aux élèves les mieux classés (VGE sort 6ème) à l’ENA.
 
C'est alors que débute l’ascension politique de ce pur produit de l’élite républicaine. (BFM)
 


 
Nombre de lectures : 241 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter