Connectez-vous

Auschwitz : les survivants célèbrent leur anniversaire sous la peur de la pandémie

Mercredi 27 Janvier 2021

Marian Turski, un survivant de 94 ans du camp de la mort d'Auschwitz, marquera mercredi le 76e anniversaire de sa libération par les troupes soviétiques, conscient qu'il ne reviendra peut-être jamais alors que la pandémie de coronavirus traîne sur.
 
Les survivants et les responsables du musée ont déclaré à Reuters qu'ils craignaient que la pandémie ne mette fin à l'ère où les anciens prisonniers d'Auschwitz peuvent raconter leurs propres histoires aux visiteurs sur place. La plupart des survivants d'Auschwitz ont entre 80 et 90 ans.
 
«Même s'il n'y avait pas de pandémie, il y aurait moins de survivants à chaque anniversaire», a déclaré Turski à Reuters dans une interview à Zoom depuis son domicile de Varsovie.
 
«Les personnes de mon âge qui sont déjà vulnérables à de nombreuses autres maladies sont également en première ligne de feu pour ce virus.»
Il a refusé une entrevue en personne, en partie en raison des risques de pandémie.
 
Le musée et mémorial d'Auschwitz-Birkenau préserve le camp de la mort d'Auschwitz installé sur le sol polonais par l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale. Plus de 1,1 million de personnes, pour la plupart juives, ont péri dans les chambres à gaz du camp ou de faim, de froid et de maladie.
 
La cérémonie de mercredi marquant la libération du camp aura lieu virtuellement à partir de 15 h 00 GMT, avec des discours de survivants, du président polonais Andrzej Duda et de diplomates israéliens et russes, ainsi qu'un débat sur l'influence de l'Holocauste sur les enfants.
 
D'autres cérémonies virtuelles auront également lieu pour marquer le jour du souvenir de l'Holocauste.
 
Le mémorial a été fermé aux visiteurs pendant 161 jours en raison de la pandémie. En 2019, il a été visité par environ 2,3 millions de personnes. En 2020, ce nombre est tombé à environ 502000.
 
Le directeur du Musée, Piotr Cywinski, a reconnu que les événements virtuels et les programmes éducatifs n'étaient pas aussi efficaces pour transmettre les leçons de l'Holocauste et de la Seconde Guerre mondiale.
 
«Rien ne remplacera le fait d'être témoin du lieu dans son état authentique, car il ne s'agit pas seulement de voir et d'écouter. Il s'agit de regarder autour de vous, dans vos propres pas, de toucher, d'expérimenter différentes perspectives, de comprendre », a déclaré Cywinski à Reuters.
 
AVERTISSEMENT AU MONDE
 
Les survivants ont souligné l'importance de trouver des moyens de garder Auschwitz pertinent après qu'ils ne puissent plus raconter leurs propres histoires, au milieu d'une montée des mouvements d'extrême droite et de l'antisémitisme.
 
«Un endroit comme Auschwitz continuera à recevoir des visiteurs parce qu'ils veulent savoir ce qui se trouve à la fin, ce que signifient vraiment ces idéologies qui leur sont présentées de manière éblouissante», a déclaré Christoph Heubner, vice-président de l'International Auschwitz. Comité.
 
Le pape François a exhorté les gens à surveiller de près l'extrémisme idéologique, car «ces choses peuvent se reproduire».
 
Il a pris la parole trois semaines après que des manifestations d'antisémitisme ont fait surface lors de l'émeute du Capitole américain le 6 janvier et deux semaines après que l'une des plus grandes synagogues de Montréal a été vandalisée et presque incendiée.
 
S'exprimant lors de son audience générale, tenue à l'intérieur de la bibliothèque papale en raison des restrictions relatives aux coronavirus, Francis a déclaré qu'il était impératif que le monde n'oublie pas.
 
"Se souvenir ... signifie être prudent car ces choses peuvent se reproduire, à commencer par des propositions idéologiques qui prétendent vouloir sauver un peuple mais finissent par détruire un peuple et l'humanité", a-t-il dit.
 
Certains survivants d'Auschwitz, comme Bogdan Bartnikowski, 89 ans, ont dit qu'ils étaient optimistes que la pandémie ne mettrait pas fin à leurs chances de retourner au mémorial et de raconter leurs histoires.
 
«J'espère qu'il continuera à y avoir des groupes de visiteurs au musée», a déclaré Bartnikowski. «Nous, anciens prisonniers, ne manquerons pas.» (Reuters)
 
 
Nombre de lectures : 73 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter