Connectez-vous

Dix ans après la révolution, l'inextricable bourbier libyen  18/02/2021

Une décennie après le début du soulèvement contre Mouammar Kadhafi le 17 février 2011, la Libye est exsangue, minée par les conflits armés, rongée par la mainmise des puissances étrangères et les divisions du Conseil de sécurité des Nations unies. Le 17 février 2011, à Benghazi, suite à deux jours de manifestations qui réclament la libération de l’avocat et militant des droits de l’homme, Fathi Terbel, une foule de 600 personnes se rassemble devant le poste de police principal de la ville. Les manifestants sont violement réprimés.
 
Cela n'arrête pas la protestation qui s’élargit et se poursuit pour devenir quotidienne. La police quitte la ville et le régime de Kadhafi, depuis Tripoli, promet de punir Benghazi. Très vite, la rébellion gagne plusieurs villes de l’est libyen. Des renforts sont envoyés de Tripoli à l’est mais sont stoppés à Ras Lanouf, dans le croissant pétrolier, à quelque 600 kilomètres de Benghazi. Des combats y opposent pendant plusieurs semaines l’armée et les rebelles. À Misrata aussi, des combats opposent les forces du régime et les révolutionnaires qui ont pris les armes. (RFI)
 

Nouveau commentaire :














Inscription à la newsletter