Connectez-vous

RDC: 46 Pygmées tués dans une attaque des combattants ADF en Ituri  15/01/2021

Au moins quarante-six Pygmées ont été tués et deux autres blessés dans une attaque des combattants du groupe armé Forces démocratiques alliées (ADF), jeudi, dans la région de l’Ituri, située au Nord-Est de la République démocratique du Congo (RDC), selon les autorités locales, citées par l’agence congolaise. Adjio Gigi, ministre provincial de l’Intérieur de l’Ituri, a confirmé ce bilan provisoire, attribuant l’attaque aux ADF.
 
Cette attaque des combattants ADF a eu lieu dans la chefferie de Walese Vonkutu à la frontière avec le territoire du Nord-Kivu (Est). Ce groupe armé est le plus meurtrier parmi les dizaines encore actifs dans la région du Kivu et dans le Sud de l’Ituri, où il tente de traverser la frontière avec le Nord-Kivu. (Sahel-Intelligence)

Le parc des Virunga en RDC : un refuge pour les gorilles, mais aussi pour les criminels  14/01/2021

Six gardes forestiers chargés de protéger des gorilles en voie d’extinction ont été tués le 10 janvier dans le plus vieux parc national d’Afrique, situé dans l’est de la République démocratique du Congo. Si cette zone recèle des merveilles, elle est aussi dangereuse et disputée par de nombreuses milices.
 
En République démocratique du Congo (RDC), le parc national des Virunga est connu pour abriter des gorilles des montagnes, une espèce rare et menacée. Or ce sont précisément ceux qui veillent à leur préservation qui ont été pris pour cibles, le dimanche 10 janvier. Alors qu’ils étaient en patrouille, six écogardes ont été tués et un autre a été grièvement blessé, rapporte Actualité CD. (Courrier International)
 
 

Covid-19: E484K, la mutation qui pose question pour les vaccins  14/01/2021

Le variant anglais attire tous les regards, mais c'est pourtant une mutation présente sur d'autres versions du coronavirus qui inquiète les scientifiques du point de vue de la vaccination contre le Covid-19, car elle pourrait nuire à son efficacité.
 
Appelée E484K, cette mutation est portée par des variants qui ont émergé en Afrique du Sud et, plus récemment, au Brésil et au Japon, mais pas par le variant anglais, dont l'expansion dans le monde fait les gros titres. Or, cette mutation "est la plus inquiétante de toutes" sur le plan de la réponse immunitaire, estime Ravi Gupta, professeur de microbiologie à l'Université de Cambridge, interrogé par l'AFP.

Une marche pour dénoncer les tueries dans l'Est de la RDC  14/01/2021

Le mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha) veut organiser jeudi une marche pour dénoncer les tueries dans l'Est de la République démocratique du Congo. La Lucha, un des principaux mouvements citoyens congolais, estime que les violences et les tueries dans l'Est semblent augmenter au lieu de baisser.
 
 Le mouvement citoyen soutient que 1.206 civils ont été tués en un peu plus d'un an dans la région troublée de Beni. Leurs attaques ont aussi provoqué la mort des dizaines de militaires congolais et des membres de la Force de la mission des Nations unies au Congo (Monusco). (VOA)

"La moitié de la population centrafricaine a besoin d'aide"  12/01/2021

Rosaria Bruno, responsable du bureau OCHA en République centrafricaine s’inquiète des conditions de vie difficiles de la population alors que le pays est classé en zone rouge. Les alertes de la communauté internationales se multiplient depuis plusieurs semaines en Centrafrique. Alertes après de nouveaux combats en décembre dans le pays.
 
Un pays déjà ravagé par huit années de guerre civile, dans lequel, dix jours avant la présidentielle du 27 décembre, les plus puissants des groupes armés qui se partagent deux tiers du territoire ont lancé une offensive contre le régime du président Faustin Archange Touadéra. (DW)

 

État civil : les enfants fantômes du Burkina Faso  12/01/2021

Quand il y pense, Amado a encore le cœur lourd. Dans son village de Guirgho, à 70 km au sud de Ouagadougou, il était l’an dernier le seul élève de sa classe de CM2 à ne pas pouvoir passer son certificat d’études primaires (CEP). « Il a beaucoup pleuré quand il a vu ses camarades partir en sixième sans lui », se souvient son grand-père Koudaogo Ouédraogo. Sa naissance n’a jamais été déclarée par ses parents. Or sans acte de naissance, impossible de l’inscrire à l’examen, indispensable sésame pour poursuivre ses études. Amado a donc été contraint de redoubler, faute de mieux.
 
Selon la Direction générale de la modernisation de l’état civil (­DGMEC), sur les 760 000 naissances en 2018, le taux d’enregistrement dans le délai légal de deux mois après la naissance s’élevait à 45,5 %. La condition sine qua non pour se voir remettre l’indispensable copie intégrale de l’acte de naissance. (La Croix)



 


 

Ituri : 5 morts dans les combats entre deux factions de CODECO à Ritsi  12/01/2021

Cinq personnes ont été tuées au cours de violents combats qui ont opposé lundi 11 janvier des éléments du groupe armé Union de révolutionnaires pour la défense du peuple congolais (URDPC/CODECO) à une autre faction dénommée la Force de défense contre la balkanisation du Congo (FDBC) à Gamangilo, dans le groupement Ritsi situé dans le territoire de Djugu. Selon des sources locales, les deux parties se rejettent la responsabilité d’avoir provoqué les hostilités.
 
Ce mardi matin, des crépitements de balles sont de nouveau entendus au village Shadda dans la même région. Les mêmes sources renseignent que les combats entre ces deux factions ont éclaté vers 8 h 30 locales. Des éléments de la Force de défense contre la balkanisation du Congo dont le quartier général se trouve à Petsi, ont attaqué la position des assaillants de l’Union des révolutionnaires pour la défense du peuple congolais URDPC/CODECO basés au village Ritsi dans le groupement Tsili en secteur de Walendu Djatsi. (Radio Okapi)

Burkina Faso: une caravane d’enseignants-artistes pour sensibiliser les élèves au Covid-19  09/01/2021

Ces enseignants, en plus de leur craie, veulent se servir de leur micro pour enseigner aux élèves le respect du bien commun, l’importance du respect des mesures barrières dans un contexte sanitaire tendu. C’est en tout cas l’objectif visé par cette caravane qui se lance ce mois-ci et jusqu'en mai dans plusieurs régions du pays.
 
Cette caravane va sillonner six régions du pays avec des spectacles, des jeux de société et la sensibilisation sur le respect du bien commun et l’importance du respect des mesures barrières. (RFI)
 


 

Au Nigeria, le difficile chemin vers l’autosuffisance en riz  09/01/2021

Armés de râteaux trop grands pour eux, des enfants répartissent le riz doré sur des bâches tendues au soleil. A deux pas des rives, ces grains bruts sont décortiqués, polis et triés, sous l’œil d’Anita Korave, dos bien droit sur son petit banc de bois. Ni le crachotement des machines ni les négociations hurlées à pleins poumons au-dessus des sacs rebondis ne dérangent la commerçante, tout à sa préoccupation : l’augmentation constante des prix.
 
Sur le marché de Makurdi, capitale régionale de l’Etat de Benue, au centre-est du pays, les 25 kg qui s’échangeaient 7 500 nairas (16 euros) il y a quelques mois encore se négocient désormais 9 000 nairas (19 euros). Le riz a beau être un aliment de base, bientôt certains ne pourront plus s’en nourrir. Le Nigeria, qui ambitionne d’atteindre l’autosuffisance en riz, souffre de la faiblesse de sa production locale. (Le Monde)

Bénin: l'opposition toujours face au «verrou» des parrainages  09/01/2021

Au Bénin, la Cour constitutionnelle ne sauvera pas l’opposition dans sa croisade contre les parrainages que seule la majorité au pouvoir est capable de réunir aujourd’hui pour l’élection présidentielle du 11 avril 2021. La Cour constitutionnelle s’est déclarée hier « incompétente » en statuant sur des recours de citoyens et d’opposants. Tous demandent la suppression de ce « verrou » pour que la compétition soit réellement ouverte. Le cauchemar des législatives non inclusives de 2019 est encore dans les esprits à Cotonou. (RFI)
 



 

RDC : le chef de l’ONU choqué par le massacre de civils par un groupe armé au Nord-Kivu  09/01/2021

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, s’est dit choqué par le massacre de civils au cours de récentes attaques attribuées à un groupe armé dans la province du Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC). Ces attaques par des membres des Forces démocratiques alliées (ADF) ont eu lieu dans les villages de Tingwe, Mwenda et Nzenga, près du territoire de Beni.
 
« Le Secrétaire général condamne fermement ces violences contre la population civile et demande que les auteurs de ces atrocités soient rapidement traduits en justice. Il présente ses condoléances aux familles des victimes et au gouvernement de la République démocratique du Congo », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse publiée mercredi soir. « Le Secrétaire général réitère son appel pour un cessez-le-feu global et demande à tous les groupes armés de déposer les armes », a-t-il ajouté. (ONU Info)

Centrafrique: le pape demande à tous "d'éviter la violence"  07/01/2021

Le pape François, qui s'était rendu en Centrafrique voici cinq ans pour encourager la population à la réconciliation, a demandé mercredi aux différentes forces politiques "d'éviter toute forme de violence" alors que le pays a tenu un scrutin présidentiel contesté. "Je suis avec attention et préoccupation les événements dans la République centrafricaine, où se sont déroulées récemment des élections au cours desquelles le peuple a manifesté son désir de continuer sur le chemin de la paix", a commenté le pape.
 
Dix candidats de l'opposition ont demandé mardi l'annulation de la réélection du président Faustin Archange Touadéra dans un scrutin qu'ils jugent "discrédité", n'ayant permis qu'à un électeur sur deux de pouvoir voter dans le pays. Ces élections se sont déroulées dans un pays où une guerre civile, initiée en 2013 et très meurtrière jusqu'en 2018 avant de baisser en intensité, a été ravivée depuis près de trois semaines par l'annonce d'une offensive rebelle pour empêcher le scrutin. (Belga)

 

Coronavirus en RDC: des coupures d'électricité dans les centres de traitement  07/01/2021

Les responsables de lutte contre le coronavirus en République démocratique du Congo se sont inquiétés jeudi des "coupures d'électricité" dans les centres de prise en charge des malades, au moment ou le nombre des cas et de décès augmente sensiblement. "Les coupures d'électricité deviennent de plus en plus récurrentes dans les différents centres de traitement Covid-19", a alerté jeudi le Comité multisectoriel de la riposte à la pandémie de Covid-19 en RDC (CMR) dans son bulletin sur la situation épidémiologique.
 
En RDC, sur 974 échantillons testés, 251 nouveaux cas confirmés ont été diagnostiqués et 11 décès enregistrés mercredi, selon ce comité dirigé par l'épidémiologiste Jean-Jacques Muyembe. Les onze décès ont été enregistrés dans la capitale Kinshasa qui vient en tête des contaminations (236 sur 251). Le 5 décembre, le professeur Muyembe avait alerté sur une pénurie d'oxygène dans les hôpitaux tout en annonçant la survenue de la deuxième vague des cas dans le pays. (AFP)





 

RCA : les attaques contre les humanitaires ont fortement augmenté en 2020  07/01/2021

Les incidents contre des travailleurs humanitaires en République centrafricaine (RCA) ont augmenté l’année dernière, déplore le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA). Les civils sont les premières victimes des tensions et des violences qui perdurent dans plusieurs régions de la Centrafrique. Mais le pays est également l’un des contextes les plus dangereux pour les travailleurs humanitaires.
 
Entre janvier et décembre 2020, 424 incidents contre des humanitaires en RCA ont été enregistrés contre 306 en 2019, soit une hausse de 39%, a indiqué mardi OCHA. Dans les 424 incidents recensés l’année dernière, trois personnes ont perdu la vie et 29 autres ont été blessées.
 
Le mois de décembre a été particulièrement dangereux pour les travailleurs humanitaires en RCA avec un nombre record de 59 incidents enregistrés, soit près du double de la moyenne mensuelle en 2020. Pour ce seul mois de décembre, un humanitaire a été tué et cinq autres blessés. « Près de la moitié des incidents (23) survenus au cours de ce mois ont été des braquages des bases humanitaires », a précisé OCHA dans un aperçu de la situation publiée mardi. (ONU Info)

Trois morts dans une attaque de jihadistes présumés dans l'extrême-nord camerounais  05/01/2021

Trois membres d'un groupe d'auto-défense ont été abattus lundi par des combattants présumés de Boko Haram dans l'extrême-nord du Cameroun, où ces jihadistes multiplient les attaques, a-t-on appris auprès des autorités locales. "Boko Haram a tué ce matin trois membres du comité de vigilance" du village de Kaliari, a affirmé à l'AFP Mahamat Chetima Abba, chef traditionnel et maire de la commune de Mozogo, ville à laquelle est rattachée Kaliari.
 
Ces groupes d'auto-défense, composés de civils, sont notamment chargés de fournir des renseignements ou de servir d'éclaireurs aux soldats. Selon lui, les combattants jihadistes venaient du Nigeria. Le bilan a été confirmé à l'AFP par un officier de police ayant requis l'anonymat. Il a précisé que les victimes étaient âgées de 25, 30 et 40 ans. (AFP)

Opération Barkhane : vers une réduction des troupes françaises au Sahel  04/01/2021

La réduction du contingent français présent au Sahel est attendue mais le contexte lui donne une tournure politique. La France devrait prochainement rapatrier 600 soldats déployés au Sahel il y a un an dans le cadre de l’opération Barkhane. "Nous serons très probablement amenés à ajuster ce dispositif : un renfort, par définition, c’est temporaire", affirme la ministre des Armées, Florence Parly, lundi 4 janvier, dans un entretien au Parisien.
 
L’armée française a perdu cinq soldats dans deux attaques jihadistes, les 28 décembre et 2 janvier, au Mali. Ces décès portent à 50 le nombre de soldats français tués au Sahel depuis 2013 dans les opérations antijihadistes Serval puis Barkhane, a précisé l'état-major des armées. Les attaques ont été menées à Hombori et Ménaka. Un choix "pas anodin" selon Wassim Nasr, spécialiste des mouvements jihadistes à France 24.
 
"Hombori, c’est la région visitée par le chef d’état-major, la ministre et le Premier ministre à Noël. Cette attaque est une réponse à leur visite, qui entendait démontrer que cette zone était sécurisée", analyse-t-il. France24 avec AFP

MSF déplore le décès de l'un de ses membres en Centrafrique  31/12/2020

L'incident remonte au 28 décembre dernier, plusieurs passagers du car avaient été tués sur le coup et d'autres blessés. L'humanitaire de MSF est mort après l'attaque d'un camion de transport public à Grimari, près de Bambari, la quatrième ville du pays située à quelque 380km au nord-est de Bangui. La ville avait été prise temporairement la semaine dernière par des rebelles lors d'une offensive visant à perturber le processus électoral.
 
La mission de MSF en Centrafrique s'alarme de la violence armée dans le pays qui empêche les humanitaires de porter assistance aux personnes vulnérables. Emmanuel Lampaert, chef de mission MSF dans le pays, appelle donc les parties en conflit au respect du droit humanitaire international et des symboles humanitaires. (DW)

Soudan: le départ de la force Minuad du Darfour suscite l'inquiétude  31/12/2020

Ce 31 décembre au Soudan marque la fin officielle de la Mission conjointe de maintien de la paix de l’ONU et de l’Union africaine au Darfour (Minuad). L'évacuation de l'ensemble du personnel et du matériel commencera le 1er janvier et devrait se terminer le 30 juin. Un changement appréhendé par les populations et des observateurs sur place.
 
La Minuad a été déployée en 2007, après la guerre au Darfour qui a éclaté en 2003 entre les forces progouvernementales et insurgés issus de minorités faisant près de 300 000 morts et plus de 2,5 millions de déplacés. L'ONU restera au Soudan via une Mission intégrée des Nations unies pour l'assistance à la transition au Soudan (Minuats), en cours de création à Khartoum. Une mission politique censée accompagner la transition au Soudan, sans fournir une présence physique de casques bleus sur le terrain. (RFI)

RDC : 4 enfants tués dans l'explosion d'une grenade et 4 morts dans une attaque des ADF  31/12/2020

Quatre enfants ont été tués dans l’explosion d’une grenade en Ituri et quatre autres personnes ont été tuées dans une attaque du groupe ADF dans l’est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris mercredi de responsables locaux. "Quatre enfants sont morts dans l’explosion d’une grenade mardi, alors qu’ils jouaient.
 
L’un a ramassé cet engin, un autre l’a jeté en l’air et en tombant, la grenade a explosé" et tous sont morts sur-le-champ, a déclaré à l’AFP Adel Alingi, administrateur du territoire de Djugu dans la province de l’Ituri (nord-est). L’incident a eu lieu dans le village de Tsoro dans le territoire de Djugu, épicentre des violences dans un conflit qui a fait plus de 1000 morts depuis fin décembre 2017.
 
Une grande partie de ces violences sont attribuées aux miliciens de la Coopérative pour le développement du Congo (Codeco), un groupe mystico-militaire qui prétend défendre les Lendu, une communauté locale de l’Ituri. (Belga)

Plus de 2000 migrants sont morts en tentant la traversée vers les îles canaries en 2020  31/12/2020

Des chiffres qui font froid dans le dos. Au total, 2 170 migrants sont morts en tentant la traversée vers l’Espagne cette année. C’est deux fois plus que l’année précédente. Selon l’ONG Caminando Fronteras, la grande majorité des décès se sont produits au cours de 45 naufrages d’embarcations faisant route vers les Canaries.
 
Les arrivées de migrants dans cet archipel espagnol - situés à environ 150km des côtes du Sahara occidentale - ont fortement augmenté cette année. Entre janvier et novembre, 19 566 migrants ont atteint les Canaries, soit 10 fois plus que l’année précédente, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur espagnol.
 
Cette route migratoire via les Canaries s’est considérablement développée, notamment à cause des contrôles en Méditerranée, l’autre itinéraire permettant d’atteindre l’Espagne, qui se sont renforcés. Mais selon les organisations, il s’agit d’une route extrêmement dangereuse. Les migrants embarquent dans des pirogues, souvent au départ du Sénégal, et tentent de rejoindre les îles Canaries, à 1 500 kilomètres, soit environ 7 jours de traversée. (RFI)
 

1 2 3 4 5 » ... 21













Inscription à la newsletter