Connectez-vous

Cameroun : 4,4 millions de personnes auront besoin d’aide humanitaire cette année  09/04/2021

Les Nations Unies et le gouvernement camerounais ont lancé, mercredi, un plan de réponse humanitaire pour ce pays d’Afrique centrale en 2021. Le financement de ce plan estimé à 362 millions de dollars doit permettre aux organisations humanitaires de fournir une aide à trois millions de personnes ayant besoin d'une aide urgente cette année.
 
Le Cameroun continue d'être confronté à une crise de protection et à des situations humanitaires complexes et multiples. « En 2021, 4,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire dans le pays en raison de l'insécurité, de la diminution des capacités d'adaptation et du manque de accès aux services de base », a précisé le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) au Cameroun dans un communiqué.
 
Selon OCHA, les violences dans les régions de l'Extrême-Nord, du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ont accu le nombre de personnes déplacées. L'insécurité qui touche la République centrafricaine et le Nigéria voisins a provoqué l’arrivée de milliers de réfugiés dans les régions de l'Est, de l'Adamaoua, du Nord et de l'Extrême-Nord qui a augmenté la pression sur les communautés hôtes. (ONU Info)
 

Éthiopie: des violences inter-ethniques mettent sous pression le PM Abiy Ahmed  08/04/2021

En Éthiopie, des dizaines de personnes ont été tuées par balles depuis vendredi dans une zone du nord-est du pays, selon des sources locales citées par l’AFP. Ces violences interviennent dans un contexte de violences inter-ethniques croissantes entre Afars et Somalis. Des violences qui mettent sous pression le Premier ministre Abiy Ahmed. …
 
À en croire un porte-parole de la région somali, des policiers de la région auraient attaqué des nomades vendredi pour des raisons inconnues tuant près de 25 civils et en blessant une trentaine d’autres. D’où des actes de vengeance et donc ce lourd bilan de plusieurs dizaines de morts. Les régions afars et somalis s’accusent mutuellement d’avoir engagé leurs forces spéciales. Des forces qui n’auraient donc pas répondu aux ordres fédéraux mais à ceux de la région. Ce qui pose à nouveau la question de leur neutralité.
 
Cette dernière flambée met aussi en lumière les tensions grandissantes que traverse le pays et auxquels doit faire face le Premier ministre Abiy Ahmed. Elle intervient sur fond de vive contestation de la crise du système de fédéralisme ethnique mis en place il y a maintenant 30 ans. (RFI)

Attaque Mozambique: inquiétudes sur la situation sécuritaire en Afrique australe  08/04/2021

L'attaque contre Palma dans le nord-est du Mozambique, considérée comme un tournant dans les violences infligées par les groupes armés jihadistes depuis 2017, inquiète l'Afrique australe sur les risques d'instabilité sécuritaire pour la région. Le 24 mars, un raid sanglant et minutieusement préparé a frappé cette petite ville portuaire de 75.000 habitants, à seulement quelques kilomètres du méga projet gazier du groupe français Total sur la péninsule d'Afungi.
 
Officiellement, des dizaines de civils, policiers et militaires ont été tués, le bilan réel n'est pas encore connu. Jeudi, six présidents de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) se réunissent en urgence à Maputo pour plancher sur la menace jihadiste. Cette semaine, les seize membres de la SADC ont condamné cette attaque, la qualifiant d'"affront" à la paix et à la sécurité du Mozambique, de la région et au-delà.
 
 
 

Soudan: l’état d’urgence décrété au Darfour-Ouest  06/04/2021

Les dernières violences entre tribus rivales dans cette région troublées du Soudan ont fait depuis samedi au moins 50 morts et plus de 120 blessés, selon l’association des médecins soudanais. Ces affrontements ont débuté samedi à El-Geneina, la capitale de cet État. Ils auraient démarré, selon l’ONU, lorsqu'un homme a tiré sur des membres d’une tribu qui remorquaient leur véhicule jusqu'à la capitale.
 
Les violences ont, comme à chaque fois, vite dégénéré faisant en trois jours des dizaines de victimes. Ce qui a poussé les autorités à instaurer l’état d’urgence. Ce mardi, des coups de feu seraient toujours entendus dans plusieurs quartiers d’El-Geneina. Ce qui pousse certains habitants à fuir leur maison. Cette montée de la tension intervient alors que les autorités doivent faire face à une circulation plus importante des armes dans le pays. Notamment au Darfour où les affrontements tribaux sont fréquents. En janvier dernier, ils avaient fait plus de 200 morts, surtout dans la capitale. (RFI)

Troupes érythréennes au Tigré: un début de retrait difficile à vérifier  06/04/2021

Le ministre éthiopien des Affaires étrangères a annoncé samedi 3 avril le début du retrait des troupes érythréennes du Tigré. Mais la région est dans un quasi huis clos et personne ne l'a encore confirmé. Le gouvernement éthiopien avait reconnu il y a seulement quelques jours la présence de troupes érythréennes sur son territoire. Il affirme désormais que celles-ci sont en train de se retirer de la province du Tigré.
 
Cette annonce des autorités éthiopiennes intervient alors que les accusations n’ont cessé de se multiplier ces dernières semaines contre les troupes érythréennes. Vendredi, le G7 a dénoncé des « massacres et des violences sexuelles » commises de manière systématique par les soldats érythréens qui se seraient rendus responsables de viols, de pillages et du meurtre de plusieurs centaines de civils dans le nord du Tigré. Les membres du G7 ont appelé à un « retrait rapide, inconditionnel et vérifiable » des soldats érythréens, lequel serait suivi d'un « processus politique acceptable pour tous les Éthiopiens ». (RFI)
 
 

Six supplétifs civils tués dans une attaque dans le nord du Burkina  06/04/2021

Au moins six supplétifs civils engagés dans la lutte antijihadiste ont été tués jeudi soir dans une embuscade dans le nord du Burkina Faso, a appris vendredi l'AFP de sources sécuritaire et locale.
 
"Un groupe est tombé dans une embuscade ce jeudi soir dans la commune de Dablo, six éléments (civils) ont été tués et un autre a été blessé", a affirmé un des responsables des Volontaires pour la défense de la patrie (VDP), des civils recrutés pour lutter contre les jihadistes. Dablo est situé à 120 km au nord de la capitale Ouagadougou. Ce groupe effectuait une opération de "ratissage après la disparition d’un volontaire du village de Dou, lorsqu’il été pris pour cible", a expliqué ce responsable. (AFP)

Covid-19: le Nigeria dit progresser sur le développement de son propre vaccin  06/04/2021

Alors que l'Inde a suspendu ses livraisons de vaccins, ce qui devrait empêcher le Nigeria de recevoir comme prévu plusieurs millions de doses fin mars, le pays annonçait cette semaine qu'il progressait dans le développement de son propre vaccin.
 
En janvier, Abuja a débloqué une enveloppe de 25 millions de dollars pour mettre au point une réponse vaccinale locale. Pour l'heure, deux candidats vaccins sont en cours d'élaboration selon la task force présidentielle mise en place par l'tat fédéral. (RFI)
 
 
 

RDC : 8 combattants ADF tués lors des combats avec l’armée à Beni  02/04/2021

Huit combattants ADF ont été tués la nuit dernière lors des affrontements avec des militaires congolais au village Kota Okola dans le territoire de Beni au Nord-Kivu. Selon le porte-parole du Secteur Opérationnel Sokola 1 Grand Nord, il s’agit du groupe des rebelles ADF qui avaient exécuté en début de semaine une vingtaine de civils, en représailles à la mort de leurs camarades tués lors des affrontements au village de Beu -Manyama.
 
Le lieutenant Anthony Mwalushay ajoute que lors des combats de la nuit dernière, les militaires congolais ont récupéré 4 armes AK47 des mains des rebelles. (Radio Okapi)
 

Cameroun : les régions anglophones «restent enfermées dans un cycle de violence meurtrière»  02/04/2021

La guerre s’enlise au Cameroun anglophone, dans les régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest, où des groupes séparatistes continuent de s’opposer aux forces de défense et de sécurité camerounaises. Massacres dans les écoles, villages incendiés, kidnappings, viols : ces derniers mois ont été marqués par une recrudescence des violences. Les civils sont les principales victimes de cette crise qui a débuté en 2016 par des revendications corporatistes d’enseignants et d’avocats.
 
Plus de 3 500 personnes ont déjà été tuées et plus de 700 000 autres ont été contraintes de prendre la fuite vers le Nigeria ou les provinces francophones du pays. Pour mettre un terme à cette spirale meurtrière, Ilaria Allegrozzi, chercheuse au sein de l’ONG Human Rights Watch pour l’Afrique centrale et de l’Ouest, exhorte la communauté internationale à « prendre ses responsabilités » et préconise « des sanctions ciblées » contre les séparatistes et les militaires camerounais coupables d’exactions. (Le Monde)
 

Madagascar: la société civile interpelle le gouvernement sur sa gestion du Covid-19  02/04/2021

Depuis plusieurs semaines, le nombre de contaminations ne cesse d'augmenter. Le pays enregistre au total 24 426 cas et 418 décès. Une deuxième vague plus meurtrière que la précédente et qui compte plus de cas graves. Ce mercredi, les organisations de la société civile engagées dans le domaine de la santé ont tenu une conférence de presse. Les mesures et la stratégie de riposte prises par les autorités pour contenir la propagation sont insuffisantes au vu de l'augmentation alarmante du nombre de cas, estiment-elles. …
 
Hony Radert, secrétaire générale du collectif des organisations citoyennes pointe aussi du doigt le manque de transparence dans la gestion des fonds alloués à la lutte contre le Covid-19 et le manque de moyens dans les hôpitaux. Mardi, le président de la plateforme nationale des organisations de la société civile, Mahamoudou Ndriandahy, est décédé du Covid-19 au CHU d'Anosiala, dans la capitale. (RFI)

Une attaque meurtrière en RD Congo perpétrée par des membres présumés des ADF  01/04/2021

Des membres présumés du groupe armé des Forces démocratiques alliées (ADF) ont abattu vingt-trois civils dans la nuit du mardi 30 au mercredi 31 mars dans la région meurtrie de Beni, dans l'Est de la République démocratique du Congo (RD Congo), a annoncé à l'AFP le gouverneur de cette province.
 
"Les ADF ont fait incursion dans le village de Beu Manyama-Moliso (et) ont tué 23 civils", a déclaré à l'AFP Carly Nzanzu Kasivita, gouverneur du Nord-Kivu. L'armée est intervenue et a tué deux assaillants, a-t-il précisé. "Nous sommes encore endeuillés, les ADF ont fait incursion et ont tué plus de 20 personnes", a affirmé de son côté à l'AFP Noëlla Katongerwaki Muliwavyo, présidente de la société civile de Beni. (France24 avec AFP)

RDC : les FARDC disent avoir renforcé la coopération avec les armées de la sous-région pour enrayer les groupes armés  01/04/2021

Dans un communiqué, les FARDC disent avoir entrepris des contacts avec toutes les armées des pays voisins en vue d’arrêter des stratégies appropriées pour éradiquer définitivement le phénomène groupes armés locaux et étrangers qui endeuillent les populations de la RDC et de la sous-région.
 
Dans cette perspective, les FARDC affirment privilégier le renforcement de la coopération militaire, les concertations régulières entre les armées de la région ainsi que la mutualisation des efforts et de renseignement. Pour l’armée congolaise, l’objectif poursuivi dans cette coopération militaire est de combattre avec efficacité et neutraliser de manière définitive tous les groupes armés. Il s’agit notamment des ADF/ MTM, FDLR, FNL et de toutes les autres forces négatives externes et locales qui perturbent la paix dans la sous-région.
 
« Les efforts ainsi conjugués par tout le monde visent l’intégration économique régionale dans un environnement sécurisé », ajoute ce communiqué signé par le général-major Leon-Richard Kasonga, porte-parole des FARDC. (Radio Okapi)

Libye: un mécanisme onusien d'observation du cessez-le-feu réduit  31/03/2021

Pour vérifier le cessez-le-feu en Libye et le retrait des troupes étrangères et mercenaires aidant les ex-rivaux de l'est et l'ouest libyen, l'idée de mobiliser... cinq observateurs onusiens et dix Libyens a été récemment avancée, suscitant l'incrédulité de diplomates à l'ONU. Comment assurer avec un aussi petit nombre d'observateurs l'énorme mission de contrôler l'arrêt des hostilités qui reste fragile et le départ de quelque 20.000 hommes armés?, s'interrogent-ils.
 
"Ils vont patrouiller? Rester dans un bureau?" Certes "l'obsession des Libyens est de ne pas avoir de bottes étrangères sur le terrain mais c'est très décevant" un tel mécanisme "symbolique", indique à l'AFP un diplomate sous couvert d'anonymat, en craignant un "gel" des positions militaires sur le terrain. Et cela "pour empêcher la reprise de la guerre civile?" (AFP)

La réinsertion des ex-combattants de la crise anglophone avance à petits pas  31/03/2021

Le gouvernement camerounais réfléchit sur la question pendant que les jeunes repentis de la crise anglophone séjournent dans deux centres de désarmement, démobilisation et réintégration. Plusieurs opportunités de réintégration se présentent à ces ex-miliciens en fonction de la formation qu’ils reçoivent actuellement dans les centres régionaux de démobilisation, désarmement et réintégration à Bamenda dans la région du nord-ouest, l’autre à Buea, dans le sud-ouest du pays.
 
Plus d’une centaine d’ex miliciens anglophones communément appelés "Amba boys" y renouent avec la vie normale. "Ils vont être installés soit à leur compte soit en groupe, mais nous préférons qu’ils fassent des pôles de développement autour des centres qui sont en train d’être construits, ceux qui vont rapidement finir ces formations, nous allons tout faire pour les mettre sur le terrain", a précisé Fai Yengo Francis, coordonnateur du Comité national de désarmement, démobilisation et de réintégration. (VOA)

Canal de Suez : le porte-conteneurs "Ever Given" remis à flot, le trafic reprend  31/03/2021

Le porte-conteneurs "Ever Given" n'empêche plus la navigation. L'Autorité du canal de Suez (SCA) a annoncé lundi 29 mars la "reprise du trafic" sur cette voie maritime majeure qui était obstruée depuis près d'une semaine par le navire géant, finalement remis à flot. Plus de 400 navires étaient en attente d'un retour à la normale.
 
"L'amiral Ossama Rabie, président de l'Autorité du canal de Suez, a proclamé la reprise du trafic sur le canal", a annoncé en milieu d'après-midi la SCA dans un communiqué, tandis que les chaînes de télévision locales montraient des images du bateau en train d'avancer. L'information a été confirmée par la compagnie en charge de la gestion technique du navire, qui a annoncé que l'"Ever Given" était en route pour le Grand lac Amer afin d’y subir une inspection complète. …
 
Le canal de Suez, long de quelque 190 kilomètres, voit passer environ 10 % du commerce maritime international et chaque journée d'indisponibilité entraîne d'importants retards et coûts. Au total, près de 400 navires étaient coincés dimanche aux extrémités et au milieu du canal reliant la mer Rouge à la mer Méditerranée, selon l'Autorité du canal. (France24 avec AFP)

Nord-Kivu : 5 morts dans une attaque des ADF à Masekude  31/03/2021

Une nouvelle attaque attribuée aux rebelles ougandais de l’ADF a fait cinq morts lundi 29 mars dans le village Samboko-Chanichani, à une vingtaine de kilomètres d’Oicha, chef-lieu du territoire de Beni. Selon le président de la société civile d’Oicha qui livre l’information, Philippe Paluku Bonane, il s’agit encore là d’un bilan provisoire.
 
D'après lui, tous ces civils ont été tués à la machette : « Il y a eu hier (lundi) incursion des ADF, c’était vraiment le matin à partir de 9 h 00. Ils sont entrés à Samboko tchani-tchani là ou on appelle Masekude, alors ils sont entrés là-bas. Le bilan il y a jusque-là au moins cinq personnes tuées dont une femme. Il y a aussi autres cinq personnes qui sont portées disparues, il y a aussi deux blessés ». (Radio Okapi)
 

Affaire Chebeya-Bazana en RDC: ce que risque le général John Numbi en fuite  26/03/2021

Affaire Chebeya-Bazana en RDC: ce que risque le général John Numbi en fuite
Que risque John Numbi, le général qui a fui vers l’étranger après avoir refusé de répondre à une invitation de la justice militaire, qui cherche à l’entendre sur l’affaire Chebeya ? Certains officiels congolais évoquent la possibilité d’une extradition de l’intéressé vers la République démocratique du Congo (RDC). C’est possible, en actionnant le mécanisme interne de la SADC, qui regroupe les pays de l’Afrique australe parmi lesquels la RDC et le Zimbabwe, ou solliciter la Convention internationale contre la torture. (RFI)
 


 

La Cour pénale spéciale lance ses travaux en RCA, espoir pour les victimes  26/03/2021

De nombreuses victimes en Centrafrique attendent toujours de savoir pourquoi elles ont souffert, pourquoi elles ont perdu des proches et souhaitent donc que la vérité soit apportée sur ces crimes. "Les attentes des victimes sont toujours basées sur les questions de vérité parce que les victimes ont subi des préjudices. Que la justice fasse son travail pour que les victimes connaissent la vérité sur ce qui s'est passé pendant la crise dans notre pays", a exigé Evodie Ndemadé qui a perdu ses deux enfants.
 
La nuit semble longue pour les victimes mais l'administration de la justice se met en place pour juger les bourreaux. Les deux juges suisses de la Cour pénale spéciale (CPS) ont prêté serment en qualité de juge d'instruction. DW

Kenya: vers une fermeture du camp de réfugiés de Dadaab  26/03/2021

Le Kenya demande la fermeture de deux immenses camps de réfugiés sur son territoire. Les sites de Dadaab et de Kakuma abritent plus de 500 000 réfugiés, principalement somaliens pour le premier et sud-soudanais pour le second. Nairobi invoque des raisons sécuritaires. Une annonce qui inquiète mais dont l’application s’annonce extrêmement complexe. Le ministre de l’Intérieur a donné 14 jours aux humanitaires pour établir un calendrier de fermeture.
 
Fred Matiangi a déclaré qu’il n’y avait « plus de place pour les négociations » et que le gouvernement avait « l’obligation de protéger le Kenya », citant des attaques terroristes planifiées depuis les camps. Depuis 2016, c’est au moins la troisième fois que le Kenya cherche à fermer Dadaab, le camp situé près de la Somalie.
 
Dans un premier temps, la justice avait estimé que Nairobi ne pouvait pas contraindre les réfugier à rentrer. Puis, en 2019, c’est la diplomatie qui avait joué. « Les pays donateurs avaient fait pression, mettant en jeu des aides dont le pays bénéficie », confie un connaisseur, ajoutant que le gouvernement avait touché des millions de dollars de soutien, pour avoir respecté ce verdict. (RFI)

Kenya: 3 morts et plusieurs blessés dans un attentat à la bombe à Mandera  26/03/2021

Au moins trois personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées lorsqu’un bus a sauté mercredi matin, sur une bombe placée sur Arabia Road, dans le comté kényan de Mandera, frontalier avec la Somalie, a indiqué la police. Le bus qui se dirigeait vers la ville de Mandera depuis Lafeya a roulé sur un dispositif explosif improvisé, avant de sauter. Des photos prises sur le site ont montré le toit du bus arraché avec des blessés qui traînaient autour de la scène.
 
Un premier bilan communiqué par la police kényane fait état de 3 morts et de plusieurs blessés. Cette attaque intervient un jour seulement après que des agents de la sécurité kényane aient repoussé une attaque menée par des hommes armés d’al-Shabab contre un camp de police à Lafey, dans le comté de Mandera. (Sahel Intelligence)

1 2 3 4 5 » ... 25













Inscription à la newsletter