Connectez-vous

Ituri, RDC : six personnes tuées lors de deux attaques des miliciens de la CODECO à Djugu  28/07/2020

 
Six personnes ont été tuées lundi 27 juillet lors de deux attaques des miliciens de la CODECO, en territoire de Djugu. Selon des témoins, la première attaque est celle d'Amema, dans le secteur de Banyali-Kilo où cinq personnes ont été abattues à la machette par des éléments de la milice CODECO.
 
Le Président de la communauté Nyali a déclaré à Radio Okapi, que les victimes ont été décapitées par leurs bourreaux. Ces derniers sont venus des villages voisins de Ngoto et de Kabakaba. Ce drame a eu lieu aux environs de vingt heures locales (18h TU), dans la nuit de dimanche à lundi 27 juillet.
 
D'autres habitants, présents lors de l'incursion de ces rebelles ont réussi à se sauver, affirme la même source. Ce qui porte à cinquante-six, le nombre de civils abattus par ces assaillants en secteur de Banyali-Kilo depuis le début de ce mois de juillet, a indiqué Gustave Tungulo, Président de ladite communauté. (Radio Okapi)

RDC: que sait-on de l'attaque de Kipupu, au Sud-Kivu?  28/07/2020

Les violences dans le village de Kipupu, dans la province du Sud-Kivu, continuent à faire parler d'elles. Après l'attaque qui a fait plusieurs morts le 16 juillet, le bilan n'est toujours pas connu avec précision. La délégation des autorités provinciales et celle de la Monusco qui devraient se rendre sur place n'est toujours pas partie.
 
Sur place, depuis environ une semaine, les FARDC sont arrivées, mais des habitants restent terrés dans la brousse. Cette zone est parmi les plus touchées par les violences ces derniers mois et plusieurs acteurs sont impliqués pour diverses raisons.
 
D'après plusieurs sources dans la région, l'attaque du 16 juillet est attribuée aux miliciens banyamulenge. Ces combattants seraient dirigés par Michel Makanika, un colonel FARDC qui a fait défection il y a quelques mois. (RFI)

Cameroun: l'Église s'active pour un dialogue entre gouvernement et séparatistes  24/07/2020

Déjà très impliquée lors de la tenue des assises du Grand dialogue national, l'Église catholique a de nouveau joué les facilitateurs lors de la récente prise de contact entre les séparatistes anglophones emprisonnés à Yaoundé et des émissaires du gouvernement. C'est d'ailleurs au centre épiscopal de Mvolyé, dans la capitale camerounaise, que cette rencontre s'est tenue.
 
Pour l'occasion, Julius Ayuk Tabé, le président autoproclamé de l'Ambazonie et quelques-uns de ses partisans avaient été spécialement extraits de leurs cellules pour entamer des discussions avec les autorités du gouvernement. Entre eux, un témoin privilégié : Monseigneur Andrew Nkea Fuanya, archevêque de Bamenda. 

Zimbabwe : le chef d'un parti d'opposition maintenu en détention  24/07/2020

La justice zimbabwéenne a refusé jeudi de libérer sous caution le chef d'un parti d'opposition qui avait appelé à manifester contre le gouvernement le 31 juillet. Jacob Ngarivhume, qui dirige la petite formation Transformer le Zimbabwe, avait été interpellé lundi à Harare.
 
Il est poursuivi pour incitation à la violence après avoir appelé à manifester le 31 juillet contre la corruption au sein de l'Etat et la détérioration de la situation économique dans le pays.
 
Il a été arrêté le même jour que le journaliste Hopewell Chin'ono, poursuivi également pour incitation à la violence. Ce dernier a révélé récemment des scandales de corruption dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19 au Zimbabwe qui ont conduit au limogeage, début juillet, du ministre de la Santé Obadiah Moyo. (AFP)

La Guinée équatoriale et le Cameroun signent un accord de sécurité transfrontalière  23/07/2020

Malabo et Yaoundé, dont les relations s'étaient tendues cette année avec le lancement par la Guinée équatoriale de la construction d'un mur à sa frontière avec le Cameroun, ont signé mardi un accord de coopération en matière de défense et de sécurité transfrontalière.
 
Cet accord a été signé par les ministres de la Défense de ces deux pays d'Afrique centrale à Sipopo, en Guinée équatoriale. Il prévoit "la prohibition de l'usage de la force entre les deux pays et la non-ingérence dans les affaires intérieures de l'autre", selon un communiqué publié après sa signature. (Africa News avec AFP)

Cinq humanitaires enlevés dans le nord-est du Nigeria ont été assassinés par des djihadistes  23/07/2020

Cinq humanitaires nigérians, dont un employé de l'ONG française Action contre la faim (ACF), ont été tués par les djihadistes qui les avaient enlevés dans le nord-est du Nigeria, en proie au conflit contre Boko Haram, a indiqué, mercredi 22 juillet, ACF. Des combattants affiliés au groupe Etat islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap) avaient auparavant mis en ligne une vidéo montrant l'assassinat des cinq hommes.
 
« C'est avec une profonde tristesse que nous confirmons l'assassinat d'Ishaku Yakubu, salarié d'Action contre la faim sur la base de Monguno, et de quatre autres travailleurs humanitaires qui avaient été pris en otage par un groupe armé non étatique dans le nord-est du Nigeria, dans l'Etat de Borno, le 8 juin 2020 », a annoncé ACF dans un communiqué. (Le Monde avec AFP)

Coronavirus au Zimbabwe: des opposants arrêtés dans le cadre du confinement  21/07/2020

Ce lundi 20 juillet, deux opposants critiques du gouvernement ont été arrêtés à leur domicile. Ils sont toujours en détention. Selon le militant des droits de l'homme, Dewa Mavhinga le gouvernement utilise la pandémie pour museler ses opposants. « Le gouvernement craint un soulèvement important de la population, affirme-t-il.
 
Parce que les conditions économiques sont devenues très mauvaises pour de nombreux Zimbabwéens. Mais également parce qu'il y a une corruption élevée parmi des membres du gouvernement, y compris au ministère de la Santé, pour l'attribution de marché pour acquérir des équipements médicaux. » (RFI)

Ituri, RDC : 6 personnes tuées à Subadelwa par un groupe d'auto-défense "Zaïre"  21/07/2020

Six personnes ont été abattues dans la nuit de samedi à dimanche 19 juillet par des hommes armés appartenant à un groupe d'auto-défense appelé «  ZAIRE » dans la localité de Subadelwa, à environ 40 Km à l'Ouest de Bunia dans la chefferie de Babelebe, en territoire d'Irumu.
 
Selon la société civile locale, ces assaillants se sont introduits dans les maisons des victimes après avoir tiré plusieurs coups de feu en l'air. Ces inciviques étaient au nombre d'une dizaine d'hommes armés de fusils et de machettes. Le président de ce mouvement citoyen, Gily Gotabo, indique que ces bandits du groupe d'autodéfense "Zaïre" ont décapité à la machette, six personnes dont deux femmes ; ils ont également emporté quelques biens de valeur des habitations de leurs victimes. (Radio Okapi)

RDC : les cas d'Ebola en Equateur dépassent la précédente épidémie (OMS)  17/07/2020

L'épidémie de virus Ebola dans la province de l'Équateur en République démocratique du Congo (RDC) continue de s'étendre, suscitant une profonde inquiétude alors que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et ses partenaires sont confrontés à un grave déficit de financement.
 
Les cas confirmés dans cette province du nord-ouest de la RDC ont maintenant dépassé le nombre total enregistré lors de l'épidémie précédente en 2018. L'épidémie en cours, la onzième de la RDC, a été déclarée le 1er juin 2020 après qu'un groupe de cas a été détecté dans la région de Mbandaka, dans la province de l'Équateur.
 
L'épidémie s'est depuis étendue à six zones sanitaires, avec 56 cas enregistrés. La ville de Mbandaka et ses environs ont également été le foyer de la neuvième épidémie d'Ebola du pays qui a duré de mai à juillet 2018 et dans laquelle 54 cas avaient été confirmés. ONU Info

Ethiopie : à Shashamene, la haine intercommunautaire sème la desolation  17/07/2020

Girma n'a pas eu d'autre choix que de regarder de loin la foule chantant « C'est chez nous » mettre le feu à l'école qu'il a fondée il y a plus d'une décennie à Shashamene, au cœur de la région Oromia en Ethiopie. Même s'il a vécu toute sa vie dans cette ville située à 250 kilomètres au sud d'Addis-Abeba, Girma n'est pas un Oromo, le premier groupe ethnique du pays, et y est donc souvent perçu comme un étranger.
 
S'il avait tenté de s'interposer et de sauver son école livrée à la furie des jeunes Oromo, il aurait vraisemblablement été tué, selon lui. « Si vous les laissez faire ce qu'ils veulent, ils ne vous touchent pas. Mais si vous essayez de sauver votre domicile ou votre propriété, ils s'en prennent à vous », dit-il à l'AFP. (Le Monde avec AFP)

Ituri, RDC : un groupe de miliciens de la CODECO dépose les armes  16/07/2020

Cette décision fait suite à des discussions menées avec la délégation que le président Felix Tshisekedi a récemment dépêchée dans cette province en proie à des attaques continues qui ont déjà fait cette année plus de 1000 morts et des milliers des déplacés internes. La Coopérative de Développement du Congo (CODECO), menait depuis plusieurs mois des attaques contre des civils en Ituri. La milice, proche de la tribu Lendu, dispose de plusieurs groupes présents dans différentes zones de cette province. La délégation du président Felix Tshisekedi dépêchée dans la région pour des négociations a réussi à convaincre l'un des groupes actifs dans le territoire de Walendu Tati qui a accepté de déposer les armes. (DW)

L'industrie des faux médicaments prospère en Afrique de l'Ouest  16/07/2020

Il est rare d'avoir une conversation au Nigeria sur le problème des faux médicaments sans mentionner la tragédie du sirop My Pikin. En 2009, 84 enfants ont été tués par un lot de sirop de dentition contenant du diéthylène glycol, un solvant industriel et un ingrédient présent dans l'antigel et le liquide de frein.
 
Deux employés de l'entreprise qui fabriquait le sirop ont été reconnus coupables par un tribunal. L'affaire était importante car les condamnations pour fabrication ou vente de faux médicaments restent rares au Nigeria. "C'est celle qui a fait la une des journaux", a déclaré Dr Alero Roberts, ajoutant : "Nous avons eu de nombreux problèmes."
 
Elle s'inquiète du fait qu'il pourrait y en avoir d'autres dans les mois à venir en raison de l'effet du Covid-19 sur l'approvisionnement en médicaments au Nigeria. "Des pénuries sont imminentes - médicaments contre le cancer, antibiotiques", a déclaré le Dr Roberts. (BBC)

Destitution du seigneur de guerre congolais Shimiray Mwisa Guidon  14/07/2020

Shimiray Mwisa Guidon, chef de guerre d'un des groupes armés les plus importants à l'est de la République démocratique du Congo, a été destitué par ses lieutenants. C'est ce qu'annonce cette milice dans un communiqué et que confirment des experts des Kivu.
 
Le "haut commandement du mouvement politico-militaire Nduma defense of Congo/Renové" a annoncé dans un communiqué qu'il destituait "Shimiray Mwisa Guidon du poste de commandant en chef du mouvement". Il est remplacé par un certain Gilbert Bwira, d'après ce communiqué daté du 8 juillet. (AFP/VOA)

Cameroun: un collaborateur de MSF assassiné dans la région anglophone du Sud-Ouest  14/07/2020

Cet agent de santé a été enlevé jeudi dernier dans une localité près de la ville de Kumba dans la région du Sud-Ouest. Le même jour, dans la soirée, l'un des nombreux groupes armés qui foisonnent dans la région a diffusé sur les réseaux sociaux une vidéo revendiquant son assassinat.
 
Le travailleur humanitaire était accusé par ces combattants « d'être un espion à la solde du gouvernement », a affirmé à la presse, sous anonymat, un responsable d'une autre organisation humanitaire internationale présente dans la zone. Et la même source de préciser que le groupe armé responsable de ce meurtre tiendrait ses ordres directement du gouvernement intérimaire de l'Ambazonie. (RFI)

Présidence de l'OMC : l'Afrique en ordre dispersé  11/07/2020

Les candidatures ont toutes été déposées en temps et en heure mercredi 8 juillet pour la présidence de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Six candidats se sont déclarés, dont la moitié sont des Africains.
 
Alors que l'Union africaine envisageait initialement une candidature unique pour le continent afin de maximiser ses chances, elle en a été empêchée par la précipitation de la procédure. Le départ anticipé du directeur actuel, le Brésilien Roberto Azevedo, a pris tout le monde de court. On compte actuellement trois profils de grande envergure pour lui succéder.... (RFI)

Guerre en Libye : le fléau des mines antipersonnel  11/07/2020

Le 4 juin dernier en Libye, les troupes du maréchal Haftar ont été expulsées de la banlieue sud de Tripoli, leur dernier bastion. En se retirant, ses troupes auraient laissé des mines antipersonnel et des engins explosifs qui continuent de tuer de nombreux civils et militaires. Au point que des démineurs turcs et italiens ont été appelés en renfort pour les traquer.
 
 "J'étais entrain de surveiller mon troupeaux de moutons. L'un d'eux a piétiné une mine qui a explosé. J'ai été grièvement blessé aux jambes", raconte Mohamed Saleh, un jeune berger, victime d'un des engins. Pour répondre à ce fléau, le ministère libyen de la Santé a créé des hôpitaux de campagne spécialement dédiés à ces victimes.
 
Selon un décompte de l'ONU, ces mines auraient fait déjà fait 138 victimes, parmi lesquelles une majorité de civils.

Libye : le chef de l'ONU dénonce une « interférence étrangère »  11/07/2020

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a dénoncé, mercredi 8 juillet, une « interférence étrangère ayant atteint des niveaux sans précédent » en Libye, avec « la livraison d'équipements sophistiqués et le nombre de mercenaires impliqués dans les combats ».
 
S'exprimant lors d'une visioconférence ministérielle du Conseil de sécurité, Antonio Guterres a notamment exprimé son inquiétude sur le regroupement de forces militaires autour de la ville de Syrte, située à mi-chemin entre Tripoli à l'ouest et Benghazi à l'est. ...
 
« Nous sommes très préoccupés par la concentration militaire alarmante autour de la ville et le haut niveau d'interférence étrangère directe dans le conflit en violation de l'embargo sur les armes décrété par l'ONU, les résolutions du Conseil de sécurité et les engagements pris par les Etats membres à Berlin » en janvier, a insisté Antonio Guterres.
 

Trois mois après Bohoma, l'armée tchadienne à nouveau meurtrie par une attaque jihadiste  11/07/2020

L'armée tchadienne est à nouveau meurtrie par une attaque jihadiste trois mois après avoir assuré avoir chassé les éléments de Boko Haram de son territoire: Mercredi, au moins huit de ses soldats ont été tués et une dizaine blessés au passage de leur véhicule sur une mine.
 
L'armée du maréchal Idriss Déby Itno n'avait pas essuyé de perte sanglante depuis la terrible attaque d'une de ses bases à Bohoma le 23 mars, où 98 soldats avaient péri. Dans la foulée, elle avait lancé une vaste offensive militaire en représailles, jusqu'en profondeur au Niger et au Nigeria.
 
A son terme, le président Déby, au pouvoir depuis trente ans, avait assuré qu'il n'y avait "plus un seul jihadiste sur l'ensemble de la zone insulaire" de la province du lac au Tchad. (AFP)
 

L'Union européenne abaisse son aide à l'Érythrée  19/06/2020

Pour la première fois depuis qu'elle a décidé de soutenir financièrement l'Érythrée, l'Union européenne a reculé timidement lundi. Le financement de construction de routes employant des conscrits du service militaire obligatoire avait provoqué une vive polémique à Bruxelles, et avait valu une plainte en justice d'un collectif de la diaspora.
 
Sous pression des ONG, de députés et d'associations de la diaspora, la direction du Développement de la coopération de la Commission européenne a fait le point sur l'aide apportée à l'Érythrée pour des projets de développement controversés, marquant une inflexion de l'engagement européen dans le pays. (RFI)

Somalie et Somaliland ont avancé dans le dialogue  19/06/2020

C'est un tout petit pas vers la paix franchi par la Somalie et le Somaliland, un territoire qui a fait sécession en 1991 sans être reconnu par la communauté internationale. Le compromis signé comprend cinq points dont un code de conduite, un engagement à construire la confiance ou encore la promesse d'appliquer de précédents accords sur les investissements et l'aide humanitaire.
 
Plusieurs sous-comités ont été désignés, notamment sur la sécurité et l'espace aérien. Ils se réuniront de nouveau à Djibouti dans quinze jours, avant un sommet ministériel dans un mois et demi. Sceptique, le chercheur Rashid Abdi décrit des négociations sans nouvelles idées ni percée significatives. Il prédit que sans imagination, cette énième tentative échouera. (RFI)
 
 

1 2 3 4 5 » ... 12













Inscription à la newsletter