Connectez-vous

Tentative de dénaturation du mouridisme - Serigne Sidi Mokhtar sonne (encore) l’alerte

Mardi 13 Septembre 2016

Tentative de dénaturation du mouridisme - Serigne Sidi Mokhtar sonne (encore) l’alerte
«Je suis et demeurerai à jamais l'esclave de Dieu et le Serviteur du Prophète. (…) Quiconque m'assimile à autre chose qu'un Esclave de Dieu et un Serviteur du Prophète s'est manifestement trompé».
 
« Le Khalife vous présente ses excuses et ses vœux à l'occasion de cette fête de Tabaski et de ces dix derniers jours du mois de Dhul Hijja, représentant les meilleurs jours de l'année. Jours durant lesquels, selon les sources avérées de l'Islam, les actes d'adoration sont les plus aimés auprès de Dieu.

Ce jour de fête, le plus éminent de ces jours, se doit ainsi d'être célébré de la plus parfaite des manières, en conformité avec les règles de la Sunna. Puisse le Seigneur nous assister dans cette adoration et nous préserver d'y commettre un quelconque mal. Sachant que les effets d'un quelconque bien ou mal seront démultipliés par le Seigneur. Nous prions le Très-Haut de nous inciter à accomplir Ses Ordres, surtout ceux qu'Il estime le plus, et à éviter strictement Ses Interdits, que ces derniers relèvent des péchés mineurs ou majeurs. C'est Lui, le Tout-Puissant, le Suprême Garant, le Clairvoyant, qui peut assister qui Il veut.

Ceci dit, je vous transmets, chers frères musulmans et condisciples mourides, les salutations du Khalife des mourides (puisse le Seigneur le préserver et l'affermir). Cheikh Sidy Mukhtar vous présente ses hommages en ce jour de grâce et prie pour que le Seigneur agrée nos oeuvres et nous donne l'occasion de les perpétuer bien des années encore dans la prospérité.

Le message qu'il nous a demandé de vous transmettre en ce jour procède de sa position d'autorité suprême du Mouridisme, chargé d'éclairer et de veiller sur le patrimoine spirituel légué par Cheikh A. Bamba. Ce message portera, cette année, sur certains agissements publics et propos d'individus qui se réclament abusivement de Cheikh A. Bamba et du Mouridisme.
 
Des actes et propos qui contredisent, de façon manifeste, les actes, propos et écrits de Serigne Touba par lesquels il éduquait ses disciples. Le Khalife tient à rappeler que c'est le Seigneur Lui-même s'est engagé à préserver à tout jamais ce patrimoine de Cheikhoul Khadim, de sorte que rien ne soit obscur ou équivoque dans sa démarche et ses enseignements. Car il a laissé un héritage clair, sur sa personne et sur son projet de société, à travers ses écrits, ses actes et les valeurs avec lesquelles il a éduqué ses propres disciples. Ces sources premières du Mouridisme, que sont les écrits du Cheikh, ses actes et les modèles qu'il a formés, se doivent de demeurer les références primordiales de sa doctrine. Elles se doivent de constituer, à jamais, les véritables fondements de notre rapport à lui et de la manière dont nous comptons nous attacher à sa personne.

L'essence de ces enseignements est contenue dans ses nombreux propos sans équivoque où il rappelle avec constance son statut d'Adorateur de Dieu (Abdul Lâhi) et de Serviteur du Prophète (Khâdimu Rasûl) : « Je suis et demeurerai à jamais l'esclave de Dieu et le Serviteur du Prophète ». « Quiconque m'assimile à autre chose qu'un Esclave de Dieu et un Serviteur du Prophète s'est manifestement trompé ».

Cela signifie donc que le seul statut dont Serigne Touba s'est prévalu durant sa vie fut celui de « Abdul Lâhi » (Esclave de Dieu) et de « Khâdimu Rasûl » (Serviteur du Prophète). Et que, par conséquent, toute autre prétention contraire infondée envers lui n'est qu'interprétation et conjecture gratuite...

Pour ce qui est de la mission qu'il s'était assignée, celle-ci n'est rien d'autre que la réhabilitation des fondements premiers de l'Islam qui faisaient alors l'objet d'interprétations et de pratiques erronées. Comme il le déclara lui-même :
«Nulle autre religion, en dehors de l'Islam, n'étant agréée auprès de Dieu, c'est celle-ci que je compte revivifier».

Pour accomplir cette mission de rénovation (Tajdîd) qu'impliquait son statut d'Esclave de Dieu et de Serviteur du Prophète, il choisit de s'appuyer sur les deux piliers que sont le Coran et la Tradition du Prophète (PSL). C'est ainsi que le Cheikh produisit des écrits supérieur à toute autre oeuvre et qui sont les plus aimés auprès de Dieu et de Son Prophète, en dehors du Coran et des Hadiths, d'après ce que lui-même nous apprit :
«J'ai fondé mon adoration de Dieu sur l'observance de Ses Ordres et l'abstention envers Ses Interdits, en conformité avec les principes du Coran, de la Sunna du Prophète et du Consensus des savants orthodoxes».

C'est grâce à cette stricte conformité avec les principes d'adoration de Dieu (Ibâda) et de Service du Prophète (Khidma), que Cheikh A. Bamba qu'il obtint des degrés élevés de la part de son Seigneur et qu'il fut gratifié de faveurs insignes, apparentes ou occultées, qu'il ait mentionnées ou non dans ses écrits. Comme il nous le rapporta lui-même :
«Le Livre de Dieu m'a accordé, grâce au Noble Seigneur des créatures, un Mystère Insigne que je ne mentionnerais point et par lequel Dieu manifeste Sa Toute-Puissance Absolue ; et pour cette Faveur Infinie, je ne cesserai jamais de Lui rendre grâce...»

Ceci constitue donc l'essence du patrimoine légué par Serigne Touba, aussi bien dans ses écrits, à travers ses actes authentifiés et les modèles qu'il a lui-même formés. C'est également cet héritage limpide que nous avons trouvé chez nos propres parents et prédécesseurs [et que nous comptons nous aussi perpétuer]. De sorte qu'un consensus unanime doit se faire sur ce sujet. A savoir que tout acte ou propos se réclamant du Mouridisme et qui contredit foncièrement ces principes sacrés ne saurait, en aucune manière, être rattaché au legs de Cheikh A. Bamba. Que de tels actes ou propos ne peuvent provenir que de supputations personnelles ou de préjugés empruntés ailleurs. Alors que, en matière de doctrine et de principes religieux, l'on se doit toujours de se référer à des sources avérées et à des autorités reconnues, mais nullement à de simples conjectures ou opinons personnelles, basées sur des divergences ou une ferveur religieuse non éclairée...

Le Khalife termine en priant le Seigneur de nous accorder à tous Son Assistance et la grâce de mieux nous conformer aux enseignements légués par Serigne Touba [tels que décrits ci-dessus]. Afin de mieux nous inscrire dans le sillage de sa mission d'Esclave de Dieu et de Serviteur du Prophète (PSL) à laquelle il s'était assignée. Le Khalife sollicite également le Seigneur de nous accorder Ses Bienfaits et la prospérité dans cet hivernage.

Quant à nous, à qui il a demandé de transmettre ce message, nous implorons Dieu d'accorder au Khalife une longue vie et une santé de fer, afin qu'il puisse réaliser, de la plus excellente des manières, toutes ses hautes ambitions pour la Voie de Cheikh A. Bamba. Nous Le prions également de nous gratifier de la faveur de l'accompagner et de l'aider dans cette noble oeuvre. Nous prions de même pour tous les pèlerins s'étant rendus aux Lieux saints, pour la paix dans notre pays et les pays musulmans en conflit et que les interventions hostiles ne font qu'affaiblir d'avantage.

Que la Paix et les Bénédictions de Dieu soient sur vous.» (Source : majalis.org)
 
Nombre de lectures : 205 fois


1.Posté par Kankoué le 13/09/2016 14:57
Allo Momar, qui a signé le texte du Cheikh?
C'est vraiment un bon texte. Merci au nom de Serigne Touba.

2.Posté par Momar DIENG le 13/09/2016 15:34
Bonjour Cyril. C'est une traduction de l'arabe au français faite par le site majalis.org. Effectivement, c'est un excellent texte, je trouve aussi. Merci pour ta contribution.

3.Posté par Kankoué le 13/09/2016 17:09
Merci Momar!

4.Posté par Pape boury le 13/09/2016 19:28
Bonjour

Le texte est édifiant. En cela 2 raisons. La 1ere: Serigne Sidi Mokhar rappelle une évidence pour tout musulman: le coran (Dieu) et la sunna (le prophète saws) sont les 2 mamelles exclusives où l'on s'abreuve. Par ailleurs, s'il trouve indiqué de le rappeler c'est parce que la propension est très forte chez certains disciples de diviniser cheikh khadimou rassoul.

5.Posté par Momar DIENG le 13/09/2016 20:03
Merci de ta réaction, Pape Boury. Au delà des disciples, il y a surtout, à mon avis, l'attitude revendiquée et assumée de certains "Cheikhs" qui se font littéralement adorer par leurs talibés. Je crois que c'est l'aspect qui inquiète le plus Cheikh Sidi Mokhtar.

Nouveau commentaire :










Inscription à la newsletter