Connectez-vous

Quels salaires pour les coachs de la CAN ?

Samedi 13 Janvier 2024

L'Algérien Djamel Belmadi et le Sénégalais Aliou Cissé
L'Algérien Djamel Belmadi et le Sénégalais Aliou Cissé

Entre Djamel Belmadi et Jalel Kadri, les conditions ne sont pas égales en bas de la fiche de paie. Le deuxième a pourtant battu l'équipe de France au Mondial, alors que le premier n'était même pas qualifié.

 

Plus de 100 000 euros par mois

 

Djamel Belmadi est le sélectionneur le mieux payé du continent africain, donc de la CAN, avec pas moins de 208 000 euros mensuels (soit 2,5 millions d'euros annuels). En place depuis 2018, le coach de l'Algérie devance de peu le Portugais Rui Vitoria, sélectionneur de l'Egypte à 200 000 euros mensuels, puis Jean-Louis Gasset qui affiche lui 108 000 euros par mois. Nul doute que l'ancien adjoint de Laurent Blanc, en tant qu'entraîneur de la sélection hôte de Côte d'Ivoire, en entendra parler au pays si les choses venaient à se passer moyennement...

 

Entre 30 000 et 100 000 euros

 

Walid Regragui, le patron du Maroc demi-finaliste du Mondial (première historique pour un pays africain), émarge à 60 000 euros par mois, devant les 50 000 euros de son homologue belge Hugo Broos qui dirige l'Afrique du Sud. 

 

Le Portugais José Peseiro, à la tête du Nigeria, touche 46 500 euros par mois, à peine plus que les 46 000 euros du technicien irlandais Chris Hughton aux commandes du Ghana. 

 

Le Sénégalais Aliou Cissé, champion en titre et dont le bas salaire avait fait polémique, a vu sa feuille de paie quasiment doublée pour arriver lui aussi à 46 000 euros. 

 

Le Français Sébastien Desabre (RD Congo) est à 41 373 euros et le Guinéen Kaba Diawara - ancien joueur de Bordeaux, Marseille ou Paris - amasse 30 000 euros par mois.

 

Moins de 30 000 euros

 

Rigobert Song est à seulement 29 000 euros par mois, ce qui peut paraître aberrant au vu des états de service de l'ancien défenseur camerounais, mais est aussi révélateur des difficultés de Samuel Eto'o à la tête de la Fédération. 

 

Tom Saintfiet, le coach belge de la Gambie, est à 22 982 euros par mois, le Portugais Pedro Gonçalves à 18 382 euros à la tête de l'Angola. 

 

Hubert Velud, sur le banc du Burkina Faso, est rémunéré 15 000 euros mensuels, le Tunisien Jalel Kadri à 11 000 euros par mois (!) et Baciro Candé à 9 000 euros avec la Guinée-Bissau. 

 

Les chiffres ne vont pas plus bas, ce qui laisse imaginer des ressources pour les huit autres équipes qualifiées (Zambie, Guinée équatoriale, Cap-Vert, Mali, Tanzanie, Mozambique, Mauritanie, Namibie). [Actu.orange]

 

Nombre de lectures : 231 fois











Inscription à la newsletter