Connectez-vous

Le mystère des têtes coupées de Fana au Mali

Samedi 11 Juillet 2020

Visage dénué d'expression, comme tétanisé, Boubou Sangaré montre le sol du doigt. C'est là, devant la porte de cette maison en banco, qu'il a découvert son frère décapité le 10 juin à 7h00 pile. Bakary Sangaré gisait la tête posée à côté de son corps exsangue. Quarante minutes plus tard, la parcelle était bouclée et les premiers indices récoltés: une barre de fer et des gouttes de sang menant jusqu'à deux traces de roues de moto derrière la maison.
 
L'ancien soldat d'une quarantaine d'années est la huitième victime de décapitation depuis 2018 à Fana, ville du Sud malien de 36.000 habitants. Fana la cotonnière et commerçante s'est construite au bord de la nationale qui relie la capitale Bamako et Ségou, seul axe en goudron de cette ville où les nouveaux quartiers s'enfoncent dans la brousse verdoyante, souvent sans eau ni électricité. (AFP)
Nombre de lectures : 77 fois












Inscription à la newsletter