Connectez-vous

Le gouvernement ivoirien veut mettre fin à la violence avant la présidentielle du 31 octobre

Samedi 12 Septembre 2020

 
 
Le gouvernement du président ivoirien Alassane Ouattara a contacté ses principaux opposants et les chefs religieux pour qu'ils interviennent et apaisent les tensions suite à sa décision de briguer un troisième mandat lors des élections du mois prochain.
 
Ouattara a lancé vendredi son appel aux chefs religieux lors d'une tournée dans l'est du pays. Une source du bureau de Ouattara a déclaré à Reuters que des discussions informelles avaient eu lieu avec des dirigeants politiques.
 
Le premier pays producteur de cacao au monde a connu une vague de violentes manifestations, avec au moins 10 tués et plus d'une centaine de blessés dans des affrontements entre manifestants et policiers depuis que Ouattara a annoncé sa candidature en août.
 
L'élection est considérée comme le plus grand test de stabilité à ce jour, car une brève guerre civile a tué environ 3000 personnes à la suite d'une élection contestée en 2010 remportée par Ouattara.
 
Ouattara prévoit de se présenter aux élections du 31 octobre après la mort subite de son successeur trié sur le volet, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly en juillet.
Ses opposants disent que la constitution le lui interdit car il a déjà eu deux mandats. Le Conseil constitutionnel ivoirien devrait se prononcer sur son éligibilité, ainsi que sur celles des autres candidats la semaine prochaine.
 
Le Premier ministre Hamed Bakayoko devrait rencontrer la semaine prochaine les jeunes leaders des principaux partis d'opposition pour relancer les discussions et mettre fin aux violences de rue avant les élections, a annoncé vendredi un communiqué du gouvernement. (Reuters)
Nombre de lectures : 131 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter