Connectez-vous

LOI SUR LE TABAC – Macky Sall dompte enfin les lobbies !

Jeudi 11 Août 2016

Après plusieurs années de lutte, plaidoyer et manifestations de natures diverses, l’interdiction de fumer dans les lieux publics est devenue une réalité au Sénégal. En effet, le Président de la république vient de signer le décret d’application de la loi anti-tabac votée en 2014 par l’assemblée nationale. Un texte dont les industriels du tabac ne voulaient point, mais que les organisations regroupées au sein de la Ligue sénégalaise contre le tabac (Listab) réclamaient depuis plus de deux ans.
 
Si la mesure est d’effet immédiat pour les lieux publics, de la présidence de la république au plus petit bureau d’un délégué de quartier, elle devra être par contre d’application graduelle dans les lieux privés à fréquentation publique : bars, restaurants, magasins, boutiques, bus de transport, etc. Ces lieux devront aménager des espaces fumeurs pour être en conformité avec la loi.
 
Selon l’article 18 de la loi n°2014-14 du 28 mars 2014, «il est interdit de fumer dans le slieux publics ou ouverts au public, ou à usage collectif et tout lieu qui constitue un lieu de travail, ainsi que dans les moyens de transport public.»
 
Le Pr Abdou Aziz Kassé, une des figures emblématiques de la lutte contre les industriels du Tabac au Sénégal et en Afrique, et ses compagnons ont sans doute gagné une bataille, après avoir longtemps fait pression sur les autorités. Il y a un peu plus d’un an, quelques mois, il nous confiait avec beaucoup d’exaspération son amertume alors que l’Etat semblait traîner les pieds : «il est de la responsabilité de l’administration sénégalaise, devant une loi de la République votée par l’assemblée nationale, d’en définir les modalités d’application à travers des décrets et des arrêtés. Le Président de la République a sans doute quelque chose à faire, mais il appartient aux ministres concernés d’écrire les décrets et les arrêtés et qu’ensuite ils les fassent remonter pour signature et promulgation.» Le Pr Awa Marie-Coll Seck avait rassuré, promettant que les neuf décrets pourraient même être regroupés en un seul texte et que la loi pourrait entrer en vigueur en début 2016.
 
L’interdiction de la cigarette dans les lieux publics n’est qu’une frange de la campagne anti-tabac au Sénégal. Les autres revendications concernent : la prohibition de la publicité, de la promotion et du parrainage, la non-ingérence de l’industrie du tabac dans la définition des politiques nationales de santé, la hausse du prix de la cigarette, l’étiquetage, etc.
 
Selon les estimations de la Ligue sénégalaise contre le tabac, l’Etat capte environ 30 milliards de francs Cfa sur les 105 milliards réalisés annuellement par les industries du tabac.
(Par Moussa Touré)
 
Nombre de lectures : 189 fois

Nouveau commentaire :










Inscription à la newsletter