Connectez-vous

Grèce: un réfugié syrien tente de s'immoler par le feu

Vendredi 31 Mars 2017

Athènes - Un réfugié syrien a été grièvement brûlé en tentant de s'immoler par le feu jeudi sur l'île de Chios, où sont bloqués des milliers d'exilés en vertu du pacte migratoire UE-Turquie, a indiqué l'agence de presse grecque Ana.

L'homme, qui porte des brûlures sur 90% du corps, devait être transféré dans la soirée dans un hôpital d'Athènes, a précisé l'Ana.

Selon l'agence, il a tenté de s'immoler pour protester contre son maintien à Chios dans l'attente de l'examen de sa demande d'asile. Il a été sauvé par un policier, lui-même hospitalisé pour des brûlures à Chios.

Un correspondant de la BBC en Grèce a posté sur Twitter une vidéo présentée comme prise lors du drame.

Les images montrent un jeune homme tenant un bidon et s'adressant à des résidents d'un camp de réfugiés, puis prendre feu à l'approche d'un policier venu le maîtriser, déclenchant cris de panique et pleurs parmi les témoins.

Selon le site "Chios refugee info", qui publie également la video, l'incident est arrivé après qu'"un policier, évidemment non formé, est tombé sur le Syrien et tous les deux sont tombés sur un mur et le feu a commencé".

Le Syrien, qui ne pouvait pas supporter les conditions déplorables du camp, "souhaitait parler à quelqu'un, puis la police est arrivée et l'incident est survenu", a témoigné sur ce site un autre réfugié.

Par ailleurs, en début de semaine, un autre réfugié syrien avait lui été retrouvé pendu sur le port du Pirée, près d'Athènes. La police enquête sur les causes de son décès.

Les ONG ne cessent de mettre en garde contre le désespoir gagnant les dizaines de milliers de réfugiés et migrants bloqués en Grèce, qu'ils soient dans l'attente d'une relocalisation en Europe pour ceux arrivés avant le pacte UE-Turquie, ou rassemblés sur les îles et en principe voués au renvoi en Turquie.

Pour éviter cette option, la plupart de ces derniers ont déposé des demandes d'asile en Grèce, dont l'examen prend de longs mois, les services étant débordés. (AFP)
Nombre de lectures : 65 fois











Inscription à la newsletter