Connectez-vous

En Afrique, l’exploitation des énergies fossiles reste massivement destinée aux besoins de l’Occident

Lundi 21 Novembre 2022

Alors qu’il faudrait cesser d’investir dans de nouveaux projets d’énergie fossile pour conserver des chances de limiter le réchauffement en dessous de 1,5 °C, l’Afrique demeure un champ actif de prospection pour les majors occidentales.
 
Des projets d’exploration et d’exploitation de réserves récemment découvertes sont en cours dans 48 pays du continent, selon le rapport « Qui finance l’expansion des énergies fossiles en Afrique ? », rendu public mardi 15 novembre à Charm El-Cheikh (Egypte), où se déroule la conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP27).
 
« Deux tiers de ces projets sont portés par des multinationales dont le siège se trouve hors d’Afrique et la majorité sont tournés vers l’exportation pour satisfaire les besoins occidentaux », explique Heffa Schücking, directrice de l’ONG allemande Urgewald et coautrice du rapport avec une trentaine d’associations africaines.
 
Environ 16 milliards de barils supplémentaires d’équivalent pétrole devraient être produits d’ici à 2030, représentant deux années d’émissions de l’Union européenne. Présente dans quinze pays, la compagnie française TotalEnergies est le premier acteur de cette expansion, avec 14 % de la production à venir, selon le rapport. Le projet ougandais d’exploitation pétrolière Tilenga, avec son pipeline chauffé de 1 440 km à travers la Tanzanie – baptisé East African Crude Oil Pipeline (EACOP) –, en fait partie. (Le Monde)
Nombre de lectures : 88 fois












Inscription à la newsletter