Connectez-vous

Dialogue national au Tchad: les conditions ne sont pas encore réunies, estiment les opposants

Samedi 13 Août 2022

Au Tchad, dans son allocution à l'occasion de la fête de l'indépendance, le président du conseil militaire, Mahamat Idriss Déby, a promis de prendre « un acte qui consacrera officiellement la souveraineté du dialogue national ». Une déclaration qui n'a pas convaincu : certains exigent des actes et des décisions concrètes pour accepter de participer au dialogue national inclusif et souverain (Dnis).
 
Cette question de souveraineté était une exigence de longue date d'une partie de l'opposition qui refuse, pour le moment, de participer à ce dialogue qui débute le samedi 20 août. Acter officiellement la souveraineté du dialogue, interdire toute candidature à là présidentielle pour les membres de la transition, lister les membres de l'opposition invités aux négociations, arrêter les thèmes du dialogue national : pour Succès Masra, président du parti les Transformateurs, ces exigences sont essentielles pour accepter de participer au Dnis:

« Si on fait ça, nous sommes prêts à être dans la salle le 20 août. Voilà ce que nous mettons sur la table comme un message de dernière chance pour tout le monde. Je crois que mon jeune frère a neuf jours pour corriger le tir. » (RFI)
Nombre de lectures : 83 fois












Inscription à la newsletter