Connectez-vous

Au Soudan, le général « Hemetti » estime que le putsch a « échoué à apporter le changement »

Mercredi 3 Août 2022

Pour le numéro deux de la junte, chef des très redoutés paramilitaires des Forces de soutien rapide, « la situation ne fait qu’empirer » depuis octobre 2021. ... Composées de miliciens janjawids accusés d’atrocités lors de la longue et meurtrière guerre au Darfour (ouest), les FSR ont aussi été accusées d’être impliquées dans la répression de la révolte de 2019 qui mit fin à trente ans de dictature militaro-islamiste d’Omar al-Bachir et lança une transition menée main dans la main par des civils et des militaires.
 
Mais depuis que les généraux ont brutalement limogé leurs partenaires civils, le 25 octobre 2021, le Soudan, déjà l’un des pays les plus pauvres au monde, ne cesse de s’enfoncer dans le marasme politique et économique. La valeur de la livre soudanaise a été divisée par huit depuis la chute de Bachir, le pays est de nouveau au ban des nations après avoir entraperçu une levée des sanctions américaines, l’inflation caracole à 200 % et, selon le Programme alimentaire mondial (PAM), le prix du panier alimentaire moyen a augmenté de 57,8 % depuis le début de l’année. (Le Monde avec AFP)
Nombre de lectures : 65 fois












Inscription à la newsletter