Connectez-vous

Anti-corruption dans le monde : la Chine donne l’exemple

Vendredi 3 Mars 2017

Bo Xilai, ex-membre du Bureau politique du PCC, condamné à la perpétuité en 2013
Bo Xilai, ex-membre du Bureau politique du PCC, condamné à la perpétuité en 2013
Par Lin Xuedan (journaliste au Quotidien du Peuple)
Les sondages montrent que 92,9% des Chinois sont satisfaits de la campagne anti-corruption du Parti communiste chinois. Plusieurs ambassadeurs et représentants de 113 pays et hauts fonctionnaires de 13 organisations internationales en Chine ont été invités pour la première fois au sein de la Commission centrale de contrôle de la discipline pour en savoir plus sur le dernier processus de l’anti-corruption de la Chine.
 
Cette journée «porte-ouverte» fait partie du programme de la Commission pour présenter au monde les résultats de la lutte contre la corruption ces dernières années. Selon les diplomates invités, cette campagne les aide à mieux comprendre les efforts de la Chine dans ce fléau et montre la volonté des autorités chinoises à apporter une transparence à ce sujet. Etant également une plate-forme d’échanges pour les diplomates chinois et étrangers.
 
Depuis la tenue du 18ème Congrès national du Parti communiste chinois (PCC) en novembre 2012 au cours duquel Xi Jinping a été élu Secrétaire général du Comité central du PCC, les principales réalisations du pays dans le combat contre la corruption ont attiré non seulement l’attention des citoyens chinois, mais aussi ont donné un exemple à d’autres pays, devenant le focus des médias étrangers vis-à-vis de la Chine.
 
Selon les statistiques, dans le cadre du 18ème Congrès national du PCC, la Commission centrale de contrôle de la discipline a contrôlé 240 cadres de niveau moyen, soit 3,6 fois supérieur au nombre des examinés lors du 17ème Congrès. Plus de 6 600 fonctionnaires au niveau de bureau ont été sanctionnés, et 49 000 responsables de divers départements, soit respectivement 3,2 et 2,2 fois plus nombreux par rapport au 17ème Congrès.
 
Selon l'enquête menée par le Bureau national des statistiques, 92,9% des Chinois sont très satisfaits ou assez satisfaits des résultats anti-corruption, soit une augmentation de 17,9% par rapport à 2012.
 
La corruption est un problème auquel sont confrontés l’ensemble des gouvernements dans le monde, l'exploration chinoise et sa pratique et ses actions, ont apporté une expérience concrète. Selon l’ambassadeur de Géorgie en Chine, David Aptsiauri, la Chine a obtenu des résultats remarquables dans ce domaine.
 
«Ce qui m’impressionne, c’est de voir le renforcement de la supervision et de la discipline au niveau des membres du parti et des fonctionnaires, avec la participation conjointe du gouvernement, des services publics et du peuple, le travail anti-corruption peut également contribuer au développement économique et à la stabilité sociale», a-t-il souligné.
 
 
 
Nombre de lectures : 49 fois












Inscription à la newsletter