Connectez-vous

MEURTRE DE FATOUMATA NDIAYE: Macky Sall dénonce les pressions sur les jeunes et promet une perpétuité inamovible pour les criminels

Mardi 22 Novembre 2016

MEURTRE DE FATOUMATA NDIAYE: Macky Sall dénonce les pressions sur les jeunes et promet une perpétuité inamovible pour les criminels
(Impact, 22 novembre) - Le meurtre atroce de Mme Fatoumata Ndiaye, vice-présidente du Conseil économique, social et environnemental (Cese) samedi dernier sera un des thèmes forts de la réunion du conseil des ministres qui se tiendra aujourd’hui ou demain. Mais auparavant, en visite ce lundi au domicile de la victime à Pikine, le président de la république a annoncé la couleur en des termes très fermes : « Nous allons rendre les peines de prison beaucoup plus sévères contre les meurtres de ce type. Ce sera de la perpétuité sans aucune possibilité pour les assassins de bénéficier d’une grâce ou de quelque réduction de peine », a dit en substance le chef de l’Etat, entouré par les membres de la famille et de certains dignitaires religieux du quartier.
 
« Nous le ferons inchallah », a-t-il insisté devant une assistance qui a bruyamment approuvé la mesure annoncée. Rappelant les « efforts colossaux » que son pouvoir déploie depuis plus de quatre ans pour la sécurité des populations, le chef de l’Etat a indiqué qu’environ 10 mille policiers et gendarmes sont venus gonfler les effectifs des forces de sécurité. « Nous allons densifier les patrouilles diurnes et nocturnes. C’est de notre responsabilité en tant que pouvoir. »
 
Dans la foulée, Macky Sall a rappelé l’assassinat du chauffeur de taxi par un individu en pleine circulation à Diamalaye, il y a quelques semaines. « Si on va au fond de ces deux affaires, elles nous ramènent à nos comportements de tous les jours, à nos rapports entre nous, à l’éducation », a poursuivi le président de la république au cours d’une prise de parole faite en oualaf. « Le manque ou l’absence d’éducation est une porte grande ouverte à des dérives comme l’insulte, faire du tort à quelqu’un, recourir à une arme pour régler un problème. Il est donc impératif que notre société réhabilité l’éducation et les valeurs qu’elle porte », a-t-il souligné.
 
« Regardons-nous en face »
A cet égard, le président Sall a dénoncé « les pressions » que les familles exercent sur les jeunes en leur demandant plus que ce qu’ils sont en mesure de donner, notamment en termes d’argent. Une allusion peut-être au meurtrier présumé de Fatoumata Ndiaye dont il est dit qu’il était en quête de rassembler un maximum d’argent avant son mariage annoncé pour le samedi 26 novembre prochain.
 
Il a invité tout un chacun à s’interroger sur l’origine de ce degré de violence à l’intérieur même des maisons, dans les familles. « On parle souvent de l’argent qui peut pousser aux actes les plus barbares et les plus imaginables. Regardons-nous en face, sans sourciller, globalement. Et que chacun de nous s’évalue par rapport à ses propres devoirs dans notre société. Aujourd’hui, nous sommes dans une situation où la perte de confiance réciproque risque de se généraliser. Mais il est urgent que nous ressaisissions très vite. »
 
Auparavant, le président de la république avait présenté ses condoléances aux membres de la famille de la victime, les citant nommément à tour de rôle comme des militants de l’Apr. Il a rappelé que l’un d’eux a fait partie de sa sécurité lorsqu’il séjournait dans l’opposition.
Parlant de Fatou Makhtar Ndiaye, il l’a décrite comme une responsable politique modèle et respectée à la tête des femmes de son parti, dans « un des plus importants départements du Sénégal. »
 

 
Nombre de lectures : 108 fois

Nouveau commentaire :










Inscription à la newsletter