Connectez-vous

L’armée nigériane annonce (encore) la mort d’Abou Musab al-Barnawi, chef de l’Iswap

Jeudi 14 Octobre 2021

Le leader djihadiste avait déjà été donné pour mort par les autorités nigérianes par le passé.
 
Le chef du groupe djihadiste nigérian Iswap, affilié au groupe État islamique (EI), Abou Musab al-Barnawi, est mort, a affirmé jeudi un haut responsable de l’armée nigériane.
 
L’État islamique en Afrique de l’Ouest (Iswap) n’a pas confirmé la mort d’al-Barnawi.
«Je peux affirmer avec certitude qu’al-Barnawi est mort», a déclaré devant des journalistes le chef de l’état-major de défense, le général Lucky Irabor.
 
Il n’a pas précisé les circonstances de la mort du leader djihadiste, déjà donné pour mort par les autorités nigérianes par le passé.
 
Groupe djihadiste dominant
 
L’Iswap, reconnu par l’État islamique, est né en 2016 d’une scission avec l’autre groupe djihadiste nigérian, Boko Haram, auquel il reproche notamment des meurtres de civils musulmans.
 
Après être monté en puissance, Iswap est devenu le groupe djihadiste dominant dans le nord-est du Nigeria, multipliant les attaques d’ampleur contre l’armée nigériane.
 
Le chef de l’Iswap a pris de l’importance après avoir fait scission avec Boko Haram en 2016 en raison de différends avec son commandant Abubakar Shekau, décédé plus tôt cette année lors de luttes intestines entre les deux factions.
 
Depuis la mort d’Abubakar Shekau, selon des sources sécuritaires, Abou Musab al-Barnawi avait consolidé le contrôle de l’Iswap dans le nord-est du Nigeria et la région du lac Tchad, où des fidèles de Boko Haram les combattent toujours.
 
36’000 morts
 
Depuis le début de la rébellion du groupe islamiste radical Boko Haram en 2009 dans le nord-est du Nigeria, le conflit a fait près de 36’000 morts et 2 millions de déplacés. (AFP)
 
Nombre de lectures : 107 fois












Inscription à la newsletter