Connectez-vous

En Ethiopie, une liberté de la presse victime de la guerre

Mercredi 3 Août 2022

Le conflit ayant éclaté en novembre 2020 dans le nord de l'Ethiopie a accéléré la détérioration de la liberté de la presse et effacé les progrès entrevus à l'arrivée au pouvoir en 2018 d'Abiy Ahmed, estime le Comité de protection des Journalistes (CPJ). Au 1er décembre - date du recensement annuel de l'organisation -, 16 journalistes éthiopiens étaient emprisonnés, plaçant alors l'Ethiopie à égalité de l'ultra-répressive Erythrée voisine au rang des pires geôliers de journalistes d'Afrique subsaharienne, souligne le CPJ dans un communiqué reçu mardi par l'AFP, même si seuls huit reporters le sont encore.
 
"Le conflit entre gouvernement fédéral et forces rebelles du Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF) a déclenché une répression des médias qui a éteint la lueur d'espoir allumée par les premières réformes du Premier ministre Abiy Ahmed" dans ce qui fut "l'un des pays les plus censurés au monde" lorsque le TPLF gouvernait l'Ethiopie entre 1991 et 2018, selon le CPJ."
 
La lutte pour le contrôle de la narration de la guerre est l'une des principales raisons de l'hostilité croissante envers la presse" en Ethiopie où "journalistes et commentateurs exprimant une voix discordante ou produisant un journalisme indépendant sont susceptibles d'être arrêtés, menacés, expulsés ou de subir d'autres formes d'attaques".
 
Selon l'organisation, 63 journalistes ont été arrêtés depuis le début de l'offensive gouvernementale contre les autorités rebelles du Tigré le 4 novembre 2020, dont huit sont toujours détenus au 1er août, plusieurs ont été agressés ou intimidés et deux ont été assassinés. (AFP)
Nombre de lectures : 77 fois












Inscription à la newsletter