Connectez-vous

Amnesty dénonce la « répression » contre la liberté d'expression au Maroc  13/02/2020

Amnesty international a dénoncé, mardi 11 février, dans un communiqué une campagne de « répression » des autorités marocaines contre des voix critiques, avec une « vague d'arrestations et des poursuites arbitraires ». L'organisation non gouvernementale (ONG) de défense des droits humains a répertorié depuis novembre 2019 au moins dix personnes arrêtées et condamnées à des « peines sévères » pour avoir critiqué sur les réseaux sociaux le roi Mohammed VI, des institutions de l'Etat ou des fonctionnaires.
 
Quatre d'entre elles ont été condamnées pour « offense au roi », la monarchie étant considérée comme « l'une des trois "lignes rouges" de la liberté d'expression au Maroc », rappelle Amnesty. Selon la Constitution du royaume, la personne du monarque est « inviolable ». L'ONG rappelle ainsi les cas des youtubeurs « Moul Hanout » et « Moul Kaskita » condamnés à trois et quatre ans de prison pour avoir critiqué le roi ou des institutions de l'Etat. (Le Monde avec AFP)

Nouveau commentaire :














Inscription à la newsletter