Connectez-vous

Afrique du Sud : réélu à l'ANC, Ramaphosa renouvelle ses engagements  21/12/2022

Fraîchement reconduit à la tête de l'ANC depuis le 19 décembre, le président sud-africain Cyril Ramaphosa a une nouvelle fois brandit son cheval de bataille : la lutte contre la corruption. Le dirigeant de 70 ans a failli perdre sa place dans l'arène politique suite au scandale concernant une grosse somme d'argent retrouvée cachée chez lui après un cambriolage.
 
"À mesure que nous avançons, nous devons résoudre un certain nombre de défis auxquels notre pays est confronté, mais nous savons aussi que nous ne pouvons relever ces défis que si nous sommes une organisation unie. Si l'ANC est divisé, il ne sera jamais en mesure d'unir le peuple sud-africain.", a déclaré Cyril Ramaphosa lors de la 55ème conférence du parti à Johannesburg. (AfricaNews)

Somalie : un soutien urgent est nécessaire pour les communautés rurales confrontées à la famine  21/12/2022

Alors que le spectre d’une famine menace toujours certaines localités de la Somalie, il est encore temps d’inverser la tendance en répondant aux besoins immédiats des communautés rurales qui sont parmi les plus menacées, a indiqué mardi une agence de l’ONU.
 
Ce pays de la Corne de l’Afrique a été au bord de la famine ces derniers mois en raison de la sécheresse historique déclenchée par cinq saisons des pluies consécutives ratées, de la montée en flèche des prix des denrées alimentaires et de l’intensification du conflit.
 
 L’analyse de l’insécurité alimentaire aiguë de la phase intégrée de la sécurité alimentaire (IPC) signale spécifiquement « des niveaux de mortalité élevés dans certaines des zones les plus exposées ». (ONU Info)

Irumu (RDC) : une attaque des ADF fait 12 morts  21/12/2022

Les présumés rebelles ADF ont tu tué 12 civils dans leur attaque perpétrée, dans la nuit de lundi 19 à mardi 20 décembre, dans les localités d’Apakolu, Abulembi et Mangina Pori, dans le territoire d’Irumu (Ituri). Selon l’ONG Convention pour le respect des droits humains (CRDH), ces assaillants ont surpris leurs victimes dans leurs champs avant de les décapiter.
 
Le coordonnateur de cette structure précise que ces rebelles ont déjà tué 46 personnes en l’espace d’environ un mois dans cette entité. Christophe Munyanderu fustige la passivité des services de sécurité qui selon lui, ont pourtant été alertés avant ces drames. Il plaide par ailleurs pour le déploiement des forces conjointes FARDC-armée ougandaise sur l’axe Komanda-Luna où l’ennemi a érigé ses bastions. (Radio Okapi)

Sénégal: deux ans de prison ferme requis contre les deux députés qui avaient frappé leur collègue  20/12/2022

Au Sénégal, deux ans de prison ferme ont été requis contre les députés de l’opposition Massata Samb et Mamadou Niang. Les deux hommes étaient jugés, ce lundi 19 décembre, à Dakar pour « coups et blessures volontaires » contre Amy Ndiaye.
 
En pleine session, le 1er  décembre, à l’Assemblée nationale, l’élue de la coalition au pouvoir avait reçu une gifle et un coup de pied dans le ventre, mais les prévenus nient les faits qui leur sont reprochés. (RFI)

La justice britannique juge légal le projet d'expulser des migrants au Rwanda  20/12/2022

En juin, quelques heures seulement avant le décollage, la Cour européenne des droits de l'homme avait bloqué le premier vol au départ de Londres censé expulser des migrants vers le Rwanda. Cette juridiction avait déclaré qu'aucun avion ne partirait vers Kigali tant que la justice britannique ne s'était pas prononcée sur la légalité d'un tel accord.
 
Six mois plus tard, la Haute Cour de Londres a donc tranché ce lundi matin à la suite de recours d'associations d'aide aux migrants, comme Care4Calais, Detention Action et Asylum Aid ainsi que du syndicat du service public PCS : l'accord est jugé « légal », il ne contredit pas la Convention de Genève pour les réfugiés.
 
« La cour a conclu qu'il est légal pour le gouvernement britannique de mettre en place des dispositions pour envoyer des demandeurs d'asile au Rwanda et que leur demande d'asile soit examinée au Rwanda plutôt qu'au Royaume-Uni », selon un résumé du jugement publié par la Haute Cour. (RFI)

Tunisie: nouvelle crise politique à l'horizon?  19/12/2022

La Tunisie entre-t-elle dans une nouvelle crise politique avec le dernier taux de participation au scrutin législatif inférieur à 9% ? Après l’annonce de ce chiffre, l’opposition a appelé au départ de Kaïs Saïed dont la légitimité est de plus en plus mise à mal. L'homme avait basé sa prise de pouvoir du 25 juillet 2021 sur un péril imminent qui menaçait le pays et le soutien populaire dont il bénéficiait, ayant été élu avec plus de 72% des voix en 2019. A
 
ujourd’hui, ce soutien s’est érodé comme le confirme la forte abstention, aussi liée à la situation économique critique dans le pays. Les résultats préliminaires des législatives doivent être annoncés ce lundi 19 décembre. (RFI)

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa reconduit à la tête de l'ANC  19/12/2022

C’est confirmé. L'ANC, parti historique au pouvoir en Afrique du Sud, a renouvelé sa confiance à l'actuel président Cyril Ramaphosa, lui ouvrant la voie à un second mandat, en dépit d'un scandale au parfum de corruption.
 
Protégé de Nelson Mandela qui l'avait distingué comme le plus doué de sa génération, Cyril Ramaphosa, 70 ans, a été désigné vainqueur, avec une large avance par les délégués du parti réunis en congrès à Johannesburg : 2 476 voix contre 1 897 pour son unique concurrent et ex-ministre de la Santé, Zweli Mkhize.
 
Embourbé dans un scandale depuis des mois, Cyril Ramaphosa est accusé d'avoir tenté de dissimuler à la police et au fisc le vol d'importantes sommes en liquide cachées dans l'une de ses propriétés. Affable et populaire, le président sud-africain reste la figure la moins contestée d'un parti divisé et en perte de vitesse. Mardi, il avait échappé à l'ouverture d'une procédure de destitution, le Parlement s'y étant largement opposé à l'issue d'un débat houleux. (France24 avec AFP)

Les profiteurs de l'"économie de guérilla" dans l'est de la RDC  18/12/2022

Le conflit dans les trois provinces de l'est de la République démocratique du Congo est de plus en plus inextricable. En dépit des rapports des Nations unies, les différents acteurs n'assument pas leurs responsabilités. Les différents groupes armés sont pourtant accusés d'exactions.
 
Ils sont plus d'une centaine toujours actifs en Ituri, dans le Sud-Kivu et le Nord-Kivu. Les derniers massacres en date, perpétrés à Kishishe et Bambo fin novembre, ont fait au moins 131 victimes civiles, selon un rapport préliminaire de l'Onu. Les rapporteurs onusiens les imputent au M23. (DW)

Famine en Somalie - "Tous les jours, de nouvelles familles arrivent, totalement démunies"  13/12/2022

Assise sur un lit, sous une moustiquaire entrouverte, une femme tient dans les bras un petit garçon chétif au regard vitreux. Elle a les traits tirés par l’anxiété. Ibrahim, un an, est gravement malade, il peine à respirer. Abdulahhi Ahmed, le médecin qui l’ausculte à l’hôpital de Baidoa, dans le sud-ouest de la Somalie, n’est pas optimiste.
 
"Il a une pneumonie et une septicémie. Il aurait besoin d’un ventilateur et nous n’en avons pas, dit-il. Quand les enfants nous sont amenés, ils sont souvent déjà dans un état critique. Beaucoup souffrent de malnutrition sévère et de diverses complications". Le docteur craint que l’histoire se répète : les deux dernières grandes famines en Somalie, en 1992 et 2011, ont tué un demi-million de personnes à elles deux. (RTBF)

RDC : avec la crise du M23, les Tutsi congolais font face à des menaces  12/12/2022

Assise dans une petite cour à Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo, cette femme tutsi de 55 ans est convaincue qu'elle sera tuée si elle parle sous son vrai nom. Elle s'est réfugiée ici début décembre, après qu'un chef de milice, le "général Janvier", farouche adversaire des rebelles majoritairement tutsi du M23, est arrivé dans sa ville de Kitshanga, à 90 km au nord-ouest de Goma, capitale provinciale du Nord-Kivu.
 
"Nous avons vu des jeunes avec des machettes et des armes, disant qu'ils arrivaient pour tuer les Tutsi", raconte cette femme rencontrée dans un quartier pauvre de Goma, à la frontière rwandaise.
 
Le M23 s'est emparé ces derniers mois de larges pans d'un territoire du Nord-Kivu, brisant les lignes de défense des forces loyalistes congolaises mais aussi de groupes armés, nombreux dans cette région. La RDC accuse son voisin rwandais de soutenir le M23, ce qu'ont établi des experts de l'ONU et publiquement déclaré les diplomaties américaine et belge, bien que Kigali démente. (AfricaNews/AFP)

Nigeria : Plusieurs bandits ou terroristes tués par l’armée  08/12/2022

L’armée nigériane a éliminé plusieurs hommes armés lors d’opérations lancées dans l’Etat de Kaduna, dans le nord du pays. Dans un communiqué, Samuel Aruwan, commissaire à la sécurité intérieure et aux affaires intérieures de l’Etat, a déclaré que des dizaines d’hommes armés, considérés localement comme des bandits, avaient été abattus lundi et que de nombreux autres s’étaient enfuis après avoir été blessés par balle lors d’opérations militaires dans les forêts de la région de Giwa.
 
« Les opérations dans l’ensemble de la région sont en cours, et les citoyens seront informés des développements ultérieurs », a affirmé M. Aruwan. Par ailleurs, des hommes armés ont attaqué lundi une patrouille de police stationnée à proximité d’un marché du village de Yar Bulutu, dans le district de Sabon Birni, dans l’Etat de Sokoto. (Sahel-Intelligence)

Ethiopie : la capitale du Tigré reconnectée au réseau électrique national, après un an de coupure  08/12/2022

Cette annonce intervient un peu plus d'un mois après la signature d'un accord de paix, le 2 novembre, entre le gouvernement fédéral éthiopien et les rebelles tigréens, destiné à mettre fin à deux ans d'un conflit dévastateur.
 
"Le centre de contrôle d'électricité de la ville de Mekele, qui avait été déconnecté du réseau électrique national pendant plus d'un an en raison de la guerre du nord de l'Éthiopie, a été reconnecté", a annoncé dans un communiqué la compagnie nationale Electricité d'Ethiopie.
 
L'accès et les communications à une partie du nord de l'Ethiopie, dont le Tigré, sont limités ou interdits et il est impossible de vérifier de manière indépendante la situation sur le terrain. (RTBF)

Au Maroc, la justice rejette la demande de remise en liberté de l’opposant Mohamed Ziane  08/12/2022

La demande de remise en liberté de l’opposant marocain et ancien ministre Mohamed Ziane, 79 ans, a été rejetée par un tribunal de Rabat, a indiqué mardi 6 décembre son fils, Ali Reda Ziane, qui est aussi son avocat. « Mais nous continuons d’affirmer que la procédure de convocation à comparaître devant le tribunal n’a pas été respectée, ce qui entraîne la nullité de la décision de son incarcération », a-t-il estimé.
 
Ex-bâtonnier de Rabat, Mohamed Ziane a été arrêté et incarcéré le 21 novembre après avoir été condamné en appel à trois ans de prison ferme à la suite d’une plainte des autorités. Affirmant avoir été jugé « à cause de ses opinions », il s’est pourvu en cassation. (Le Monde)
 

Soudan : militaires et civils signent un accord pour mettre fin à la crise politique  05/12/2022

Les dirigeants militaires et civils soudanais ont signé lundi un premier accord visant à mettre fin à une crise profonde qui sévit dans ce pays d’Afrique du Nord-Est depuis le coup d’Etat il y a un peu plus d’un an.
 
L’accord, qui s’inscrit dans un processus politique en deux phases, intervient après le putsch du général Abdel Fattah al-Burhane le 25 octobre 2021, qui a fait dérailler la transition vers un régime civil. Parmi les signataires figurent le général Burhane ainsi que plusieurs groupes civils, notamment les Forces pour la liberté et le changement, évincés par le coup d’Etat. (RTBF)

Massacre en RDC: début d'un deuil national de trois jours  05/12/2022

Au moins 50 civils ont été massacrés mardi dans le territoire de Rutshuru. Les rebelles du M23 nient être les auteurs de cette tuerie. Un deuil national de trois jours a débuté samedi en République démocratique du Congo après le massacre présumé de civils dans l'est du pays pour lequel le gouvernement évoque maintenant un bilan de "plus d'une centaine" de morts.
 
L'armée et les autorités de la RDC avaient accusé jeudi les rebelles du M23 d'avoir "lâchement assassiné" au moins 50 civils deux jours auparavant à Kishishe, un village du territoire de Rutshuru situé à environ 70 km au nord de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu. Le M23 a contesté être l'auteur de cette tuerie, dont le bilan est difficile à établir de source indépendante faute d'accès à cette zone sous contrôle rebelle. (VOA)
 

Au Maroc, une manifestation contre « la vie chère et la répression » politique  05/12/2022

A l’appel d’organisations de gauche, des Marocains ont manifesté contre « la vie chère et la répression » politique, dimanche 4 décembre à Rabat, sur fond d’accélération de l’inflation et de montée de la grogne sociale. Cette marche nationale, l’une des plus importantes des derniers mois, a rassemblé entre 1 200 et 1 500 personnes dans le centre de la capitale, selon une estimation de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).
 
Des journalistes présents ont quant à eux évalué la foule à environ 3 000 protestataires. La manifestation était organisée par le Front social marocain (FSM), qui fédère des partis politiques et des organisations syndicales de gauche. (Le Monde)

Djibouti: le gouvernement inflexible face aux demandes d’échange de prisonniers du FRUD-armé  01/12/2022

À Djibouti, le mouvement rebelle du FRUD-armé a proposé au gouvernement un échange de prisonniers pour les six soldats de l'armée djiboutienne capturés lors de l'attaque meurtrière de Garabtissan, dans le nord du pays, début octobre. Une proposition qui restera sans réponse du gouvernement, réplique sèchement une source proche de ce dernier qui renvoie la question à une médiation de l'Éthiopie.
 
Assis à l'ombre d'un arbre ou dans un abri de pierres sèches, les soldats djiboutiens prisonniers ont été filmés par ceux qui les détiennent dans le maquis. Face à la caméra, en vêtements civils dans ces « preuves de vie » mises en ligne par le FRUD-armé, ils affirment être bien traités. Leur sort réel est toutefois invérifiable de source indépendante. (RFI)
 
 

Le Burkina Faso demande à la France de financer et de fournir en armes les VDP  01/12/2022

Au lendemain de la première rencontre mardi 29 novembre entre l’ambassadeur français et le chef du gouvernement burkinabè Apollinaire Joachim Kyelem de Tambela depuis sa nomination, une note a révélé qu’Ouagadougou a souhaité une aide de Paris pour l’équipement et le financement des Volontaires pour la défense de la patrie (VDP).
 
Selon cette note du Premier ministre, ce dernier s’est plaint de ce qu’il considère comme un abandon du Burkina Faso face aux groupes armés terroristes. Dans sa note, la direction de la communication du Premier ministre burkinabè explique que celui-ci s’est ému auprès du représentant de la France que « cela fait six ans que le Burkina Faso est acculé et cela n'émeut personne ». Il a également déclaré à l’ambassadeur que la France a fait montre d’une sollicitude différente quand il s’est agi de venir en aide à l’Ukraine dans le récent conflit qui l’oppose à la Russie. (RFI)

Beni : 44 civils libérés des mains des rebelles ADF en 4 jours à Mwalika  29/11/2022

Quarante-quatre civils ont été libérés, entre les 25 et 28 novembre derniers, des mains des rebelles ADF de la vallée de Mwalika, dans la chefferie de Bashu au territoire de Beni (Nord-Kivu). Il s'agit des femmes et des hommes kidnappés lors de l’attaque du centre de santé de la localité de Maboya dans la nuit du 19 au 20 octobre dernier.
 
Le chef de la localité Maboya Tinge, Kambale Ngeleza salue cette bravoure des FARDC dans les opérations menées dans la vallée de Mwalika, considérée comme le retranchement de ces rebelles. Kambale Ngeleza a également invité ses administrés « à la vigilance et à dénoncer tous les mouvements suspects afin de permettre aux autorités de prendre de mesures à temps ». (Radio Okapi)

Sud-Kivu : les FARDC et l’armée burundaise lancent une offensive contre le groupe armé FNL et tuent 40 miliciens  28/11/2022

Les FARDC, conjointement avec les Forces de défense nationale du Burundi, ont lancé samedi 26 novembre, une offensive contre le groupe armé FNL. Les combats ont eu lieu dans les hauts et moyens plateaux d’Uvira au Sud-Kivu. Le bilan fait état de plusieurs pertes infligées au groupe armé burundais du général autoproclamé Aloyz Nzabampema. Cette information est confirmée par le porte-parole du secteur opérationnel Sukola 2 Sud Sud-Kivu, le lieutenant Marc Elongo Kyondwa.
 
Les forces de défense de l’armée burundaise opèrent depuis quelques mois dans la province du Sud-Kivu. Operations offensives qui rentrent dans le cadre du déploiement des forces des Etats de l’Afrique de l’Est (EAC). (Radio Okapi)

1 2 3 4 5 » ... 61













Inscription à la newsletter