Connectez-vous

Un ministre grec alerte sur la «fatigue migratoire» de sa population

Jeudi 16 Janvier 2020

La Grèce, devenue en 2019 la principale porte d’entrée en Europe pour les migrants, vit une « fatigue migratoire », a déploré jeudi à Paris le ministre adjoint grec chargé de ce dossier, demandant une « solidarité réelle » à la communauté internationale.
 
Après avoir été en première ligne lors de la crise migratoire de 2015, année lors de laquelle le pays a accueilli plus de 850.000 exilés, la Grèce a rompu l’an dernier avec l’accalmie migratoire en devenant le premier pays d’entrée européen avec 62.000 migrants.
 
Toute « politique migratoire efficace » doit prendre en compte « les inquiétudes et les craintes des communautés locales », a estimé Georges Koumoutsakos, ministre adjoint de la Protection des citoyens, lors du Forum sur les migrations de l’OCDE.
 
« Les mêmes personnes qui ont ouvert leur coeur et leur maison durant la crise de 2015, pour aider et accueillir les migrants et réfugiés, aujourd’hui, 5 ans après, ils ferment leurs portes et leur coeur. Soyons réalistes, (...) il y a une fatigue migratoire. Ce fait doit être pris en compte », a-t-il asséné.
 
La Grèce fait en particulier face à une recrudescence des arrivées sur les cinq îles égéennes de Lesbos, Chios, Samos, Kos et Leros, où, selon les autorités locales, quelque 40.000 migrants s’entassent dans des camps insalubres.
 
Confronté à cette nouvelle crise migratoire, le pays a rétabli mercredi un ministère des Migrations et a nommé Notis Mitarakis nouveau ministre en charge des migrations.
 
« Quand vous êtes situés aux frontières d’une région aussi sensible géopolitiquement que le Moyen-Orient, vous devez avoir une administration prête à affronter la crise », a déclaré Georges Koumoutsakos. « On est prêt à assumer pleinement nos responsabilités, mais en même temps, on attend une solidarité réelle. »
 
La France a annoncé mi-décembre qu’elle accueillerait prochainement 400 réfugiés exilés en Grèce pour aider Athènes à faire face à la « pression migratoire » qu’elle subit. (AFP)
 
 
Nombre de lectures : 87 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter