Connectez-vous

Retraites: Emmanuel Macron salue un "compromis constructif et de responsabilité" (Elysée)

Samedi 11 Janvier 2020

Retraites: Emmanuel Macron salue un "compromis constructif et de responsabilité" (Elysée)
Emmanuel Macron a salué samedi soir un "compromis constructif et de responsabilité" sur le projet de réforme des retraites avec le retrait, sous conditions, de l'âge pivot de 64 ans, a indiqué l'Elysée à l'AFP.
 
"Ce compromis est jugé par le président de la République constructif et de responsabilité", a souligné la présidence, alors que le Premier ministre Edouard Philippe s'est dit "disposé à retirer" l'âge pivot de 64 ans du projet de réforme des retraites dans un courrier aux partenaires sociaux.
 
Selon l'entourage du chef de l'Etat, Emmanuel Macron a été "en lien constant" avec Edouard Philippe depuis que celui-ci a longuement reçu les partenaires sociaux vendredi.
 
"Comme je m'y étais engagé, j'ai proposé un compromis transparent et solide. Tout le monde a donc évolué mais nous restons dans le cadre fixé par le Président: universalité, équité, responsabilité", a écrit Edouard Philippe samedi soir sur Twitter. Son geste a été bien accueilli par les syndicats réformistes alors que les opposants ont battu le pavé dans la plupart des grandes villes de France.
 
Dans l'entourage de M. Macron, on souligne que le président "avait annoncé dans ses voeux qu'il souhaitait un compromis rapide. Nous y sommes dix jours après, c'est satisfaisant d'avoir pu aboutir sur ce compromis recherché".
 
"Il n'y a ni gagnant ni perdant dans un compromis, c'est une formule qui fait le pari de la confiance, du dialogue, de la concertation et de la responsabilité des acteurs", a développé l'entourage d'Emmanuel Macron.
 
"On ne qualifie pas ce mouvement de retrait puisque l'élément de responsabilité demeure, accepté par les partenaires sociaux", a encore souligné cette source, en réponse aux critiques de la droite.
 
La porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, a, elle, qualifié la lettre d'Edouard Philippe de "tournant" dans le conflit.
 
"Chacun a fait des efforts, chacun a avancé, a-t-elle dit sur BFMTV. Le gouvernement a fait le choix de retirer l'âge pivot à 64 ans pour 2027 et les organisations syndicales réformistes ont accepté de leur côté que nous ne dissocions pas la réflexion sur l'équilibre financier du système, à court, moyen et long terme de la mise en place du système universel. Et pour nous c'est une avancée qui, aussi, étaient attendue."
 
"L'âge pivot de 64 ans (...) était pour les syndicats comme une forme d'épée de Damoclès qui empêchait, selon eux, d'avoir un dialogue serein entre elles pour bâtir une alternative. Nous avons fait le choix en responsabilité de (le) retirer (...) pour donner de l'espace au dialogue social et les organisations syndicales s'engagent à boucler ce compromis pour la fin du mois d'avril". (AFP)
Nombre de lectures : 135 fois












Inscription à la newsletter