Connectez-vous

QUESTIONS AU PAPE FRANÇOIS

Jeudi 22 Octobre 2020

Marcel Mendy, journaliste et écrivain
Marcel Mendy, journaliste et écrivain
Saint Père,
 
Au cours d'une cérémonie interreligieuse tenue le mercredi 20 octobre 2020, à la Basilique Santa Maria, vous avez déclaré solennellement que vous étiez favorable " à l'union civile entre personnes de même sexe", selon votre crédo habituel à savoir que les couples homosexuels devaient être accueillis au sein de l'Église catholique, même si par ailleurs vous êtes "fermement" opposé au "mariage" gay qui doit se faire nécessairement entre un homme et une femme.
 
Très franchement, mon indignation est réelle. Qu'une telle affirmation puisse être faite par le Chef de l'Église catholique, en invoquant pour se justifier une opinion personnelle. Il y a là de mon modeste point de vue une méprise incompréhensible de la plus haute autorité de l'Église catholique. Oui trois fois oui. Aussi longtemps que vous serez Pape, successeur de St-Pierre, votre statut ne vous permet pas d'émettre une opinion personnelle. Étant entendu et jusqu'à preuve du contraire, vous parlez au nom et pour le compte de l'Église catholique universelle. À moins de présenter votre démission comme vous y avez le droit. Mais tant que vous serez le Chef de l'État du Vatican siégeant à Rome, vous parlerez pour nous fidèles catholiques, laïques et religieux réunis. Américains, Européens, Asiatiques ou Africains. Qui que nous soyons.
 
Par ailleurs vouloir faire la dichotomie entre "union civile" entre personnes homosexuelles et "mariage" gay impliquant les mêmes catégories, c'est manifestement et sans exagération aucune vouloir distinguer deux situations quoique différentes sur la forme, procèdent du même mode quant au fond et se nourrissent de la même essence. Comme pour dire, c'est blanc bonnet et bonnet blanc. De deux choses l'une: soit vous êtes farouchement opposé au "mariage" gay conformément à la doctrine de l'Église sur cette institution sacrée qu'est le mariage, et par conséquent vous ne cautionnez pas "l'union civile entre personnes de même sexe". Ou bien vous approuvez "l'union civile entre personnes de même sexe, et en bonne logique vous reconnaissez le "mariage" gay entre personnes homosexuelles. Pour nous le choix est clair. On ne peut pas admettre l'un et abjurer l'autre. Et vice versa. Autrement ce serait manquer de cohérence un tant soit peu.
 
Si en Europe et en Amérique, l'union civile entre personnes de même sexe est acceptée, tel n'est pas encore le cas pour nous en Afrique dans la grande majorité des pays. Car contraire à notre cosmogonie, à notre vision de la cellule de base de la société qu'est la famille. À cet égard, il me plaît de souligner la position du Président de la République du Sénégal, Monsieur Macky SALL. Lors de la visite officielle du Président des États-Unis d'Amérique, Monsieur Barack Hussein OBAMA, il lui a calmement mais fermement dit que nous n'acceptons pas le "mariage entre homosexuels", car contraire à nos us et coutumes. Point barre!
 
Libre aux autres de l'accepter toutefois.
 
Assurément le Chef de l'État sénégalais traduisait en ce moment là l'opinion largement partagée par ses concitoyens toutes obédiences religieuses.
 
En tant que catholique, je voudrais honnêtement vous dire que votre dernière sortie pose problème et soulève beaucoup d'interrogations à mon humble niveau. Y a t'il une différence entre le Pape François, Chef de l'Église catholique, reconnu comme tel par des milliards de fidèles, et le citoyen prêtre argentin que le Collège des Cardinaux a choisi pour parler au nom de tous? Quelle est la ligne de démarcation entre la parole du Saint Père et celle de l'homme sans épithète?
 
À tout le moins, votre propos a semé le trouble dans mon esprit et bien de mes semblables avec qui j'ai eu l'occasion d'échanger sont abasourdis. Nous attendons des réponses à toutes ces questions pour savoir à quel saint se vouer, selon l'expression consacrée.
 
En vous remerciant par avance, je vous prie Saint Père, Révérentissime Pape François, de bien vouloir accueillir cette lettre-demande de clarification avec la générosité de coeur et d'esprit qui vous caractérise.
 
Tous mes respects.
Marcel MENDY
Journaliste Écrivain
Dakar (Sénégal)
E-mail:marcel3mendy@yahoo.fr
 
Nombre de lectures : 259 fois


1.Posté par Me François JURAIN le 27/10/2020 11:51
Je pense qu'il y a une grande confusion, sur ce sujet, et sur la dernière sortie du pape FRANCOIS;
Concernant l'homosexualité, il faudrait déjà savoir de quoi l'on parle. Je précise que je ne suis pas homosexuel, je vis au sénégal ou je suis résident depuis de nombreuses années, et essaie de comprendre et respecterl'avis de chacun.
Vous rejetez l'homosexualité, et c'estvotre droit, parce que pour vous, l'homoexualité c'est une déviance sexuelle, que toute personne, homme ou femme, né forcément hétérosexuel, et que c'est après, qu'il voudrait dirons nous...gouter à autre chose…
Cette vision simpliste accréditerait votre rejet de l'homosexualité, et s'il fallait s'en arrêter là, je vous comprendrai mieux.
Le problème, c'est que l'homosexualité, ce n'est pas cela du tout! Toute personne, homme ou femme, à sa naissance, à une carte génétique. C'est à dire que, en sortant du ventre de sa mère, le béb qui vient de naitre n'est pas fait que de chair et d'os. Sa composante est très complexe pour être un homme, vous evez contenir, dans votre carte génétique, tant de chromosomes male, et pour être une fille, tant de chromosomes féminin. La nature est parfaite, mais parfois, et bienn, elle commet quelques erreurs, et il arrive que, certains nésa hommes aient plus de chromosomes féminin qu'ils ne devraient en avoir, et que certaines nées fillesa ient plus de chromosomes que la normale.
Les homosexuels sont ils responsables de cette anomalie de la nature? SI oui, alors vous evez condamner et jetr au pilori les albinos, ceux qui n'ont pas les yeux noirs, ceux qui font moins de 1,80m, ect… la liste est longue et dans la stupidité, l'imagination fertile.
Bien que je sois catholique mais non patiquant, depuis très longtemps, je respecte touts les religions à condition que ce respect ne soit pas à sens unique.
Et je suis assez en phase avec ce qu'à dit le pape FRANCOIS;
L'union civile est quand même très différente du mariage gay, car que je sache, l'union civile ne vous confère pas un sacrement. L'union civile est faite pour faciliter les démarches de la vie courante, pour créer un lien entre deux personnes qui s'aiment, qu'ils soient de même sexe ou de sexe différent. Le mariage religieux, c'est un sacrement que l'autorité religieuse vous donne, par l'intermédiaire du prêtre qui officie, et qui nécessite plusieurs conditions, à savoir vous unir pour la vie, et procréer (la procréation est très importante, car les catholiques doivent affirmer leur nombre par rapport à la religion musulmane et vice et versa, je vous renvoie à l'histoire du monde, chapitre guerre des religions: déjà, à cette époque, il fallait de la chair non pas à canon, mais à arbalètes!
Vous dites que, en AFRIQUE, vous n'êtes pas prêt à accepter les homosexuels: en disant cela, vous ne pouvez affirmer être un bon catholique, car je vous rappelle que, même si je suis votre raisonnement, je vous renvoie à l'évangile selon SAINT MATHIEU qui dit que: "même les monstres sont des créatures de dieu". Puisque vous considérez les homosexuels comme des monstres, en quelque sorte, et puisque vous vous présentez comme bon catholique, vous ne pouvez pas à la fois vivre votre foi, et rejeter toutes les personnes que vous considérez comme n'étant pas à "votre norme": vous devez ouvrir votre porte à toute personne qui en collicite l'ouverture, riche ou pauvre, noir ou blanc (ou jaune), homosexuel ou heteroexuel, ect… N'est ce pas là le fondement même de la religion catholique? Jésus à tendu la main à une prostituée notoire, et il est mort entre deux bandits de grand chemin, crucifié. Il n'a pas choisi, il a accueilli tout le monde, peut être en se disant que tous les gens malhonnête ont, par le passé, été honnêtes, et qu'il peuvent très bien le redevenir, qui sait?
Qui êtes vous pour vous permettre de sélectionner les gens qui ont besoin de votre aide, d'un sourire, ou de votre main secourable?
Croyez vous que la religion soit "à géometrie variable", et qu'il vous suffit d'aller à la messe le dimanche faire vos prières et écouter le sermon du curé, puis ensuite rentrer chez vous et fermer votre porte à ceux qui en auraient le plus besoin?
Je suis bien d'accord avec vous qu'il y a un problème culturel, et que les africains, dans leur immense majorité, rejettent les homosexuels, parce qu'ils ne savent pas ce que sait, d'une part, et que, d'autre part, même si, par exemple, le SENEGAL est un pays "laic", il est à 95% musulman, et que les chefs religieux musulmans imposent leur loi, y compris au plus haut sommet de l'état, et que, immanquablement, la pensée musulmane domine: c'est un fait que l'on ne peut nier.
Mais en tant que catholique, avez vous le droit de refuser à un homme ou une femme, sous prétexte qu'il ou elle est homosexuel, et pour rien dans cette histoire comme dit plus haut, ce que vous donnerez à votre chien ou votre chat? Refuserez vous un bol de riz, à un homme ou une femme sous prétexte que par le passé, il a fait de la prison? Fermerez vous la porte à un albinos, au motif qu'il n'est pas comme vous?
Moi, j'accepte toutes les religions, à partir du moment où 'on ne cherche pas à me convaincre. Mais j'entend "exiger" de celui qui se proclame fervent catholique, musulman, boudhiste ou ce que vous voudrez, qu'il soit sincère et en parfaite harmonie avec les textes et les principes de la religion dont il revendique l'appartenance. Sinon, j'ai bien peut que l'on soit dans la démagogie pure, qui mène souvent à l'intolerance et au rejet de l'autre.
Me François JURAIN

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter