Connectez-vous

Magistrature : le CJ de la Cour des comptes demande l’arrêt immédiat de toute procédure judiciaire contre le juge Teliko (déclaration)

Lundi 5 Octobre 2020

Le juge Souleymane Teliko, président de l'Union des magistrats sénégalais (UMS)
Le juge Souleymane Teliko, président de l'Union des magistrats sénégalais (UMS)
Le comité de juridiction de la Cour des comptes, statuant sur la situation du Président de l’Union des Magistrats sénégalais (UMS), Monsieur Souleymane Teliko, appelé à comparaitre devant la formation disciplinaire du Conseil Supérieur de la Magistrature selon le communiqué en date du 28 Septembre 2020 du Ministre de la Justice qui a déclaré avoir saisi cette formation à cet effet ;
 
Estimant que cette démarche fait suite aux positions exprimées par Monsieur Teliko dans le cadre de l’affaire du collègue Monsieur Ngor Diop ;
 
Reconnaissant que Monsieur Teliko, conformément à la mission que lui ont confiée les magistrats, ne s’est exprimé que pour défendre l’exercice de l’indépendance de la justice et la dignité des magistrats ;
 
Saluant les déclarations des différents comités de ressort qui ont condamné la démarche du ministre de la justice et apporté leur soutien au Président Teliko ;
 
Se démarquant de toute tentative de saborder l’union sacrée des magistrats ;
 
Manifeste son total soutien au Président Teliko et appelle à l’arrêt immédiat de toute procédure disciplinaire à son encontre ;
 
Invite les autorités judiciaires à instaurer les conditions d’un dialogue constructif pour un service public de la justice performant et équitable ;
 
Encourage les collègues magistrats à maintenir leur élan de solidarité pour la défense du Président Teliko et au-delà de sa personne, pour le respect des droits fondamentaux des magistrats.
 
Fait à Dakar, le 05 octobre 2020
Le Comité de juridiction
 
Nombre de lectures : 314 fois


1.Posté par Me François JURAIN le 11/10/2020 13:04
choisir un garde des sceaux parmis les avocats est une grave erreur: c'est une erreur en FRANCE, où l'on s'aperçoit, au fil des jours, qu'un brillant avocat peut aussi faire un mauvais ministre de la justice, c'est une erreur au sénégal, on l'on a la démonstration évidente qu'un mauvais avocat fait à coup sur un ministre de la justice exécrable.
La rivalité (à mes yeux stupide) qui existe entre les magistrats et les avocats, et ce depuis un temps ancestral, ne peut que déboucher tôt ou tard, sur les évènements que l'on connait au SENEGAL à ce sujet.
Rajouter à cela, un président de la république qui en fait, n'est pas le président de la république du sénégal, mais président d'un parti politique, l'APR, et d'une armée mexicaine genre de colation étéroclite rassemblés uniquement pour les avantages à en tirer, qui a mis la justice sous coupe réglée, ayant "embauché" un procureur au poste de petit laquais de la république, mis sous surveillance rapprochée tous les organes de contrôle, avec mission de ne pas toucher à toute personne encartée APR, et bien évidemment, à tous ce qui touche à l'entourage du roi, famille et /ou ami,
Et vous avez la la potion magique qui a le don d'exciter les magistrats, soucieux de rendre une bonne justice, et ne supportant pas (ou plus) la main mise du roi sur une institution essentielle des rouages de la république.
Ce ministre de la justice, ancien mauvais avocat, ne pourra être que mauvais ex ministre de la justice.
Mais quelle importance, puisque c'est le roi qui commande?
Me François JURAIN

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter