Connectez-vous

Les deux premières économies africaines à peser sur la croissance en Afrique subsaharienne cette année

Vendredi 19 Avril 2019

JOHANNESBURG (Reuters) - Les perturbations économiques causées par les échanges monétaires inégaux au Nigeria et les pénuries d'électricité persistantes en Afrique du Sud devraient freiner la croissance globale en Afrique subsaharienne cette année, a révélé jeudi un sondage réalisé par des économistes de Reuters.
 
Depuis que les prix des produits de base se sont effondrés il y a quatre ans, la région a en grande partie manqué la reprise économique mondiale, la croissance ne revenant pas aux taux observés les années précédentes et devant rester modérée.
 
L'enquête, réalisée la semaine dernière, montre que le Nigéria, le pays le plus peuplé d'Afrique et la plus grande économie du monde, devrait connaître une croissance de 2,4% cette année et de 2,8% l'an prochain. L’Afrique du Sud, deuxième économie du continent, enregistrera une croissance de 1,3% cette année et de 1,7% en 2020.
 
Les prévisions pour 2019 pour les deux pays, qui représentent ensemble environ la moitié de la croissance de la région élargie, sont toutes deux inférieures de 0,1 point de pourcentage par rapport à la dernière enquête réalisée pour le Nigéria en janvier et à celle de mars pour l'Afrique du Sud.
 
"La croissance timide en Afrique du Sud est l'une des raisons pour lesquelles nous prévoyons que la croissance en Afrique subsaharienne restera décevante en 2019", a déclaré John Ashbourne, économiste chez Capital Economics à Londres.
 
Les infrastructures de la compagnie d'électricité publique sud-africaine Eskom prennent plus de temps à réparer que prévu par les économistes. Les coupures de courant continues liées aux pénuries de capacités menacent de nuire aux efforts du président Cyril Ramaphosa pour stimuler les investissements et la croissance économique.
 
Au Nigéria, des taux de change multiples conçus pour faire face aux pénuries de dollars consécutives à la chute des prix mondiaux du pétrole en 2015 ont miné son économie.
 
Ashbourne a déclaré que le maintien artificiel de la naira en 2015 avait empêché l'économie de s'adapter à la baisse des prix du pétrole.
 
«Le système de change a été amélioré en 2016, lorsque la Banque a partiellement dévalué le taux officiel et lancé un nouveau taux, le« taux Nafex », utilisé désormais pour 70 à 80% des transactions. Mais cela reste complexe et ouvert aux abus », a-t-il déclaré.
 
L’économie de l’Afrique du Sud a progressé de 0,8% l’année dernière, tandis que celle du Nigéria a progressé de 1,9%, son rythme le plus rapide depuis la récession deux ans plus tôt.
 
Les économistes interrogés s’attendent à ce que le taux directeur de l’Afrique du Sud reste à 6,75% jusqu’à l’année prochaine, alors qu’un sondage séparé effectué par Reuters le mois dernier suggérait que la banque centrale du Nigeria attendrait jusqu'en mai 2020 pour réduire son taux directeur de 25 points de base à 13,75%.
 
Le Ghana devrait connaître une croissance de 6,2%, plus rapide que celle suggérée par l'enquête de janvier. Certains analystes s’attendent à ce que l’exportateur de cacao, d’or et plus récemment de pétrole soit le plus performant de cette année.
 
La croissance de la plus grande économie d'Afrique de l'Est Le Kenya devrait ralentir à 5,8% en 2019, contre 6,1% selon les estimations du gouvernement pour 2018. La Banque mondiale est plus prudente et a prévenu que la croissance pourrait ralentir à 5,7% en raison de la sécheresse.
 
Le Fonds monétaire international a ramené ses prévisions de croissance pour l'Afrique subsaharienne cette semaine à 3,5%, contre 3,8% en octobre. La Banque mondiale est encore une fois plus pessimiste, avec une prévision de 2,8%.
 
Une étude distincte réalisée ce mois-ci a montré que les investisseurs avides de rendement négocient prudemment les devises à risque des marchés émergents contre le dollar cette année, en dépit de la position accommodante adoptée récemment par la Réserve fédérale, même si la demande reste forte.
 
Razia Khan, responsable de la recherche chez Standard Chartered Africa, s'attend à ce que l'inclination plus dovish de la Fed ait un impact positif sur les économies africaines subsahariennes au cours des mois précédant juin, permettant ainsi une reprise plus forte sur le marché intérieur. Cependant, elle était prudente quant à la probabilité de nouveaux cycles d'assouplissement.
Nombre de lectures : 62 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter