Connectez-vous

Les "Gilets jaunes" n'ont plus de "débouché politique", dit Macron

Vendredi 17 Mai 2019

Emmanuel Macron a invité vendredi les "Gilets jaunes", dont le mouvement entre dans son septième mois, à cesser leur mouvement dont il estime qu'il n'a "plus de débouché politique" et à faire valoir leurs désaccords dans les urnes.
 
Malgré l'essoufflement de mouvement de contestation engagé le 17 novembre 2018, des appels à manifester samedi, à Paris notamment, ont été lancés.
 
Le chef de l'Etat a réaffirmé avoir "apporté les réponses aux Françaises et aux Français sur ce qui avait conduit à ce mouvement", ajoutant : "La démocratie, ça ne se joue pas le samedi après-midi".
 
"J'ai beaucoup de respect pour les femmes et les hommes qui ont essayé, essentiellement il y a six mois, de mettre un gilet pour défendre leur vie, leur dignité, et expliquer que leur vie était devenue impossible ou bloquée", a-t-il déclaré en marge d'un déplacement à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques).
 
"Je crois que celles et ceux qui continuent aujourd'hui à faire cela, il n'y a plus de débouché politique. Nous avons fait notre part du travail", a-t-il poursuivi.
 
Maintenant, a plaidé Emmanuel Macron, "chacun doit aller voter aux élections, quand il porte des idées, se présenter aux élections, et c'est beaucoup plus difficile de proposer un projet 'pour' que d'être 'contre' tout le reste".
 
"On n'avance pas en étant contre", a-t-il souligné.
 
"Il y a là une élection qui permet à nos concitoyens de s'exprimer sur les sujets européens. Il y en aura ensuite chaque année sur les sujets locaux, puis il y aura des élections présidentielle et législatives", a dit Emmanuel Macron en appelant "tout le monde au calme" à l'approche de l'élection européenne du 26 mai.
 
"Je tiens à l'ordre public, je tiens à la concorde républicaine, et donc je pense que maintenant chacun doit retrouver le cours de sa vie, exprimer ses divergences d'opinion, le faire librement, et le faire en particulier dans les temps que prévoit la démocratie, ce sont ceux du vote." (Reuters)
Nombre de lectures : 46 fois












Inscription à la newsletter