Connectez-vous

Le Chili conteste l'asile accordé par la France à un ex-guérillero

Lundi 5 Novembre 2018

SANTIAGO (Reuters) - Le Chili a officiellement contesté lundi la décision de la France d'accorder l'asile politique à l'ex-guérillero Ricardo Palma Salamanca, recherché par la justice chilienne depuis 1996 pour l'assassinat d'un sénateur proche d'Augusto Pinochet.

L'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) lui a accordé l'asile vendredi.

Ricardo Palma Salamanca avait été condamné à la prison à la perpétuité au Chili pour l'assassinat en 1991 de Jaime Guzman, un théoricien du régime avant de s'évader de prison.

Sous le coup d'un mandat d'arrêt international, l'ex-opposant a été arrêté à Paris le 16 février dernier après 21 années de cavale. Il s'était évadé en décembre 1996 de sa prison de très haute sécurité à Santiago dans un panier métallique suspendu à un hélicoptère.

Il a été remis en liberté et placé sous contrôle judiciaire par la justice française.

Le président chilien, Sebastian Pinera, a écrit à son homologue français, Emmanuel Macron, pour lui demander de révoquer la décision de l'Ofpra, a annoncé la présidence.

"Notre système démocratique est basé sur la séparation des pouvoirs et sur le respect des droits de l'homme, et a été reconnu comme tel dans le monde", indique le communiqué de la présidence.

Ricardo Palma Salamanca a été condamné à l'issue d'un procès équitable au Chili sous le gouvernement démocratiquement élu qui a succédé à Pinochet, resté à la présidence de la République de 1974 à 1990), ajoute le communiqué.

Contacté, le directeur général de l'Ofpra, Pascal Brice, a exclu toute intervention du pouvoir exécutif dans les décisions d'asile.

"L'Ofpra ne s'exprime pas sur les décisions individuelles", a-t-il dit à Reuters. "De manière générale, l'Ofpra statue selon les critères du droit d'asile et le fait en toute indépendance", a-t-il ajouté.

Nombre de lectures : 40 fois









Inscription à la newsletter