Connectez-vous

Coronavirus: Boris Johnson va reconfiner partiellement le Royaume-Uni

Mardi 22 Septembre 2020

Coronavirus: Boris Johnson va reconfiner partiellement le Royaume-Uni
 
Boris Johnson va encourager mardi les Britanniques à travailler chez eux et réduire les horaires d’ouverture des bars et restaurants dans l’espoir d’endiguer une deuxième vague d’épidémie de coronavirus au Royaume-Uni.
 
Après avoir présidé une réunion de la cellule de crise gouvernementale Cobra, le Premier ministre conservateur s’exprimera à 11h30 GMT devant le Parlement avant de s’adresser à la nation à 19h00 GMT.
 
Sans aller jusqu’à un reconfinement total du pays, comme en mars dernier, ces nouvelles mesures de restrictions viendront s’ajouter à celles déjà imposées en Angleterre, en Écosse, au Pays de Galles et en Irlande du Nord, ciblant en particulier les pubs, bars et restaurants qui devront fermer à 22h00 à partir de jeudi.
 
En outre, quelques semaines seulement après avoir incité les Britanniques à revenir sur leur lieu de travail, Boris Johnson, qui juge désormais une deuxième vague “inévitable”, leur conseillera dorénavant de travailler de chez eux s’ils le peuvent. Les écoles resteront ouvertes.
 
Les conseillers scientifiques du gouvernement ont sonné l’alerte lundi en prévenant que le Royaume-Uni s’exposait à une hausse exponentielle de décès liés au coronavirus dans les prochaines semaines à moins que le gouvernement n’agisse rapidement.
 
Le chef de l’opposition travailliste, Keir Starmer, a accusé le gouvernement d’avoir “perdu le contrôle” de l’épidémie. “Notre système de dépistage s’est effondré au moment où nous en avions le plus besoin”, a-t-il dit.
 
Le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Andrew Bailey, a de son côté averti mardi que la remontée du nombre de cas d’infection en Grande-Bretagne menaçait les perspectives de l’économie britannique, ajoutant que la banque centrale étudiait les moyens de soutenir davantage l’activité.
 
Avec près de 42.000 morts, le Royaume-Uni est le pays européen le plus endeuillé par le COVID-19 et le cinquième au monde. (Reuters)
Nombre de lectures : 108 fois












Inscription à la newsletter