Connectez-vous

Au Nigeria, la présence d’anciens de Boko Haram « terrorise » en silence les habitants de Maiduguri

Jeudi 27 Janvier 2022

Des centaines de combattants « repentis » du groupe terroriste sont logés dans des camps de transit au cœur de la capitale de l’Etat de Borno. Des silhouettes désœuvrées sont assises à même le sol, au pied d’un panier de basket. Ces ombres immobiles que l’on distingue difficilement par-delà un mur surmonté de barbelés, sont devenues le cauchemar d’Ibrahim (un nom d’emprunt).
 
« Personne ne nous a informés de ce qu’il se passait », explique ce professeur, qui enseigne dans l’école primaire attenante. « Puis nous avons compris que les autorités utilisaient ce terrain pour loger des gens de Boko Haram, lâche-t-il avec amertume. Ça nous terrorise, car nous savons bien qu’ils sont capables de tout ! »
 
Les dortoirs qui servaient habituellement à héberger les pèlerins en partance pour La Mecque à proximité de l’aéroport de Maiduguri ont été discrètement réquisitionnés à la fin du mois de juillet 2021. Dans l’école d’Ibrahim, un mur a dû être élevé en urgence, pour cacher aux élèves les rangées de tentes blanches plantées dans le champ voisin. Elles ont été dressées à la hâte pour accueillir une partie des hommes toujours plus nombreux à sortir de la forêt de Sambisa, bastion de Boko Haram, dans le sud de l’Etat de Borno. (Le Monde)
 
 
 
Nombre de lectures : 79 fois












Inscription à la newsletter