Connectez-vous

546 millions FCFA « offerts » à DSK : pourquoi la présidence du Sénégal fait le mort

Samedi 16 Octobre 2021

Dominique Strauss-Kahn (DSK) est un veinard. L’ex directeur général du Fonds monétaire international (FMI) ne se plaint pas trop d’une autre vie entamée au pas de charge après des déconvenues aussi brutales qu’inattendues qui ont réorienté son destin. En plein dans le business et dans les finances, courant d’une capitale africaine à une autre en quête d’opportunités, DSK a rencontré sur le chemin de la « relance » de généreux philanthropes en service à la présidence de la République du Sénégal qui ont garni ses comptes bancaires de substantielles sommes d’argent pour un service inconnu des Sénégalais : au moins 546 millions de francs CFA.
 
Depuis les révélations, par nos soins dans le cadre des « Pandora Papers », de la transaction entre l’homme d’affaires français propriétaire-fondateur de la société de droit marocain « Parnasse International » et le Sénégal, la présidence fait le mort, ostensiblement décidée à maintenir un silence durable – et peut-être finalement coupable ? - autour de ses relations d’affaires avec Dominique Strauss-Kahn, comme si celles-ci n’existaient pas.
 
https://www.impact.sn/PANDORA-PAPERS-Dominique-Strauss-Kahn-capte-574-millions-FCFA-a-la-Presidence-senegalaise_a28915.html
 
Sur son compte Twitter, Birahime Seck, coordonnateur général du Forum civil, la branche sénégalaise de Transparency International, interpelle plusieurs niveaux de responsabilités d’entre les autorités sénégalaises potentiellement compétentes dans ce dossier.
 
« Le silence de la Présidence de la République, du ministère des Finances et du Budget et de la Direction générale des impôts et domaines (DGID) est troublant. Quelle est la nature de la prestation de DSK? Qui a versé l'argent à Parnasse International installée dans une juridiction complaisante (Casablanca Finance City, ndlr) ? A t-il payé des impôts sur les 574 millions », s’interroge-t-il ?
 
Cette histoire « est intrigante », note un confrère de la presse internationale interloqué par le mutisme de ceux qui ont décidé de payer un montant aussi conséquent à Dominique Strauss-Kahn sans en dévoiler la contrepartie.
 
« Pourquoi ne parlent-ils pas de la prestation effectuée (ou pas) par l’ex ministre français de l’Economie ? Ça devrait être transparent pourtant », lâche-t-il avec étonnement.
 
https://www.impact.sn/PANDORA-PAPERS-Mamadou-Pouye-Bibo-Bourgi-Karim-Abou-Khalil-l-empire-offshore-verrouille-des-amis-de-Karim-Wade_a29025.html

Reçu à deux reprises en 2017 par le chef de l’Etat Macky Sall, Dominique Strauss-Kahn a peut-être effectué une prestation intellectuelle à la demande express des autorités sénégalaises. Mais laquelle ? Cette prestation serait-elle si insignifiante ou inexistante que la présidence sénégalaise ne puisse pas justifier le montant de la somme payée en contrepartie à l’homme d’affaires, s’interroge le confrère cité plus haut ? 
 
Pour Birahime Seck, « la présidence du Sénégal doit s’expliquer sur l’argent crédité à Parnasse International (car) le Gouvernement ne peut pas poursuivre des nationaux pour non paiement d’impôts et vouloir se taire sur des pratiques de flux financiers illicites révélés par les Pandora Papers. »
 
Nombre de lectures : 551 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter