Connectez-vous

Violences policières en Tunisie : le gouvernement sur la défensive face aux troubles

Vendredi 18 Juin 2021

Le gouvernement tunisien apparaît sur la défensive, mercredi 16 juin, et son chef Hichem Mechichi pourrait être entendu par une commission parlementaire jeudi ou vendredi, face à la poursuite de troubles nés en réaction à des violences policières présumées. Pour la huitième nuit consécutive, des échauffourées ont eu lieu mardi soir en banlieue de Tunis, a constaté un correspondant de l’AFP.
 
Dans le quartier populaire d’Ettadhamen, de jeunes protestataires ont mis le feu à des pneus et lancé des pierres sur les forces de sécurité, qui ont riposté par quelques tirs de gaz lacrymogènes, selon la même source. Cela fait suite à la mort récente, dans des circonstances suspectes, d’un jeune après son interpellation, ainsi qu’à la diffusion d’une vidéo montrant un autre jeune humilié par ce qui semble être des policiers en civil.
 
Dix ans après la révolution de 2011 qui avait chassé le régime policier de Zine El-Abidine Ben Ali, ces nouvelles exactions ont déclenché un tollé en Tunisie. Mercredi, le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) a indiqué à l’AFP qu’il comptait se constituer partie civile − avec des dizaines d’autres organisations de défense des droits humains − dans les enquêtes en cours. Ils ont également appelé à une manifestation de soutien aux victimes de violences policières vendredi. (Le Monde avec AFP)
 


 
Nombre de lectures : 76 fois












Inscription à la newsletter