Connectez-vous

Une récession en France reste possible en 2023, selon la Banque de France

Vendredi 9 Septembre 2022

Une éventuelle récession n'aurait toutefois "rien à voir" avec le recul historique du PIB français en 2020 à cause de la pandémie de Covid-19, a nuancé la Banque de France.

La France et l'Europe pourraient connaître une "récession limitée" en 2023, a déclaré vendredi 9 septembre le gouverneur de la Banque de France. La plupart des prévisionnistes prévoient toutefois plutôt un simple ralentissement de l'activité.

"Les économies européenne et française seront confrontées l'an prochain à un ralentissement significatif, et nous ne pouvons exclure une récession limitée", a affirmé François Villeroy de Galhau dans un discours prononcé lors d'un événement organisé à Prague par le think tank européen Eurofi.
 
Si l'économie française devait se contracter en 2023, une éventuelle récession n'aurait toutefois "rien à voir" avec le recul historique du PIB français en 2020 à cause de la pandémie de Covid-19, a précisé la Banque de France. La récession serait également "limitée dans le temps", a indiqué la même source à l'AFP.

Les propos du gouverneur n'en sont pas moins un avertissement, deux jours après que l'Insee a publié sa dernière note de conjoncture dans laquelle l'institut prévoit un ralentissement de la croissance au 3e trimestre (0,2%) avant une stagnation du PIB lors des trois derniers mois de l'année. Quelques minutes plus tôt, François Villeroy de Galhau avait préféré lui-même parler de "fort ralentissement" de la croissance en 2023 sur BFM Business.
 
La dernière prévision de croissance du gouvernement est de 1,4% pour 2023, mais elle pourrait être révisée à la baisse dans les prochains jours, à l'occasion de la présentation du projet de loi de finances pour 2023 et de la trajectoire budgétaire du gouvernement jusqu'à la fin du quinquennat d'Emmanuel Macron.
Nombre de lectures : 86 fois












Inscription à la newsletter