Connectez-vous

Sénégal: l'opposant Sonko appelle à manifester "massivement" à l'approche d'un verdict (AFP)

Mardi 30 Mai 2023

L'opposant Ousmane Sonko a appelé les Sénégalais à se lever "comme un seul homme" contre le pouvoir à l'approche d'un verdict capital contre lui dans une affaire de viols qui subjugue l'opinion en vue de la présidentielle et sème à nouveau la violence à Dakar.
 
"J'appelle tous les Sénégalais à sortir massivement", a déclaré M. Sonko dans la nuit de lundi à mardi sur les réseaux sociaux. Il s'est dit "séquestré" chez lui par les forces de sécurité après avoir été interpellé dimanche et ramené dans la capitale.
 
"Que tout le monde se lève comme un seul homme parce que force doit rester au peuple", a-t-il renchéri.
 
Candidat déclaré à la présidentielle de 2024 mais menacé d'inéligibilité, M. Sonko  , adversaire le plus rétif du président Macky Sall, a exhorté à un "mouvement de résistance national" face aux tentatives de ce dernier d'instaurer un régime dictatorial selon lui.
 
- Déploiement policier massif -
 
Depuis dimanche, un déploiement policier massif bloque les rues donnant accès à sa maison. Des groupes de jeunes et les forces de sécurité se sont affrontés à coups de pierres et de gaz lacrymogènes lundi dans des quartiers voisins et autour de l'un des principaux axes traversant la métropole.
 
Des jeunes ont attaqué les maisons de collaborateurs du président et de membres du camp présidentiel, ont incendié des véhicules et des bus, détruit du matériel urbain et saccagé dans la banlieue de Dakar une station Total, cible régulière dans de semblables circonstances, ont rapporté les médias.
 
Le ministre de l'Intérieur Antoine Diome a aussi fait état mardi de représailles contre les biens de membres de l'opposition. Le siège du parti de M. Sonko, Pastef, a aussi été attaqué, ont dit les médias sans rapporter de dommage significatif.
 
M Diome a condamné les violences dans les deux sens et le recours à la "justice privée". Il a assuré à la radio que "tous les moyens" seraient employés pour empêcher les troubles et que la plupart des meneurs des évènements de la veille avaient été interpellés.
 
Il a imputé la responsabilité à M. Sonko et justifié les mesures prises autour de chez lui: "Quand quelqu'un se lève pour appeler de façon récurrente à la violence (...) il est du devoir, voire de l'obligation de l'Etat de prendre toutes ses dispositions" pour maintenir l'ordre.
 
C'est un énième accès de fièvre autour de M. Sonko, et la tension menace d'augmenter encore d'ici à jeudi.
 
Une chambre criminelle de Dakar devrait dire ce jour-là, sauf report, si elle déclare M. Sonko coupable ou non de viols commis entre 2020 et 2021 sur une masseuse d'un salon de beauté de la capitale, et de menaces de mort.
 
Le procureur a requis contre l'opposant arrivé troisième de la présidentielle de 2019 et président du parti Pastef dix ans de réclusion criminelle pour viols, ou au minimum cinq ans de prison pour "corruption de la jeunesse".
 
L'enjeu est autant criminel que politique. M. Sonko, 48 ans, risque de perdre son éligibilité, déjà compromise par une récente condamnation à six mois de prison avec sursis pour diffamation contre un ministre.
 
Il n'a cessé de protester de son innocence et de crier au complot ourdi par le président, qui s'en défend.
 
- Mortal Kombat -
 
Depuis la plainte d'Adji Sarr, employée du salon Sweet Beauté, en février 2021, M. Sonko est engagé dans ce que certains appellent un Mortal Kombat, du nom d'un jeu vidéo, pour sa survie judiciaire et politique et contre M. Sall.
 
Une vingtaine de civils ont été tués dans des troubles largement liés à sa situation. Le pouvoir et le camp de M. Sonko se rejettent la faute.
 
M. Sonko accuse le pouvoir de vouloir l'éliminer politiquement et de réprimer la contestation. Le camp présidentiel accuse M. Sonko de se servir de la rue pour une affaire privée, et d'inciter à l'insurrection.
 
M. Sonko a décidé de ne pas comparaître à son procès, disant craindre pour sa sécurité et remettant en cause l'impartialité d'une justice instrumentalisée selon lui. Une condamnation par contumace pourrait signifier la déchéance de ses droits électoraux.
 
Retranché à Ziguinchor (sud), ville dont il est maire, il avait décidé de rentrer vendredi à Dakar et de faire de son retour une démonstration de sa popularité. Le cortège a drainé des foules de jeunes. Mais il a aussi donné lieu à de nouvelles confrontations avec les gendarmes.
 
Les autorités, invoquant la mort d'un homme et le trouble à l'ordre public, l'ont finalement fait interpeller dimanche et reconduire chez lui par les gendarmes. (AFP)
Nombre de lectures : 208 fois

Nouveau commentaire :












Inscription à la newsletter