Connectez-vous

RDC : l’OMS salue l’autorisation conditionnelle du premier vaccin Ebola au monde

Dimanche 20 Octobre 2019

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ces signes encourageants sont toutefois contrebalancés par une augmentation marquée de l’incidence des cas dans l'aire de santé de la mine de Biakato, dans la zone sanitaire de Mandima.
 
Depuis le début de cette épidémie meurtrière en août 2018, le cumul des cas d’Ebola est de 3.227, dont 3.113 confirmés et 114 probables. Au total, 2.154 décès ont été comptabilisés selon les statistiques actualisées le 15 octobre par les autorités sanitaires congolaises et l’OMS. Sur ce total des cas confirmés et probables, plus de la moitié (1.811) étaient des femmes, les enfants de moins de 18 ans représentant un tiers (918) alors que 5% (162 cas) étaient des agents de santé.
 
En outre, au cours des 21 derniers jours (du 25 septembre au 15 octobre), un total de 50 cas confirmés ont été signalés dans dix zones sanitaires, dont les deux tiers ont été répertoriés dans la zone sanitaire de la mine de Biakato.
 
C’est dans ce contexte que le Directeur général de l'OMS a convoqué de nouveau, ce vendredi à midi à Genève, le Comité d’urgence en vertu du Règlement sanitaire international (RSI), car trois mois se sont écoulés depuis la déclaration de l’urgence de santé publique de portée internationale (PHEIC) le 17 juillet.
 
A l'issue de cette réunion, il a été décidé de maintenir l'actuelle épidémie d'Ebola en RDC comme urgence de santé publique de portée internationale, a annoncé l'OMS.
 
Prudence malgré une baisse des cas « encourageante »
 
Sur le terrain, les équipes de l’OMS ont constaté que les problèmes d’accès et de sécurité ont une incidence sur la recherche des cas et les enquêtes, la recherche des contacts, les enterrements sûrs et dignes, la décontamination des résidences touchées et les cercles de vaccination dans certaines parties de la zone sanitaire de Mandima.
 
Cela se reflète dans la diminution de la proportion de cas confirmés inscrits comme contacts (de 57% à 13%) et dans l’augmentation de la proportion de cas de décès à l’extérieur des centres de traitement Ebola ou des centres de transit (de 14% à 27%) la semaine dernière.
 
« Le nombre relativement faible d’alertes signalées dans les deux zones au cours des 42 derniers jours, soit 32% de moins que le nombre prévu, en témoigne également », a fait valoir l’agence onusienne basée à Genève.
 
Par ailleurs, l’OMS note que même si la baisse de l’incidence des cas est « encourageante », elle doit être interprétée avec prudence, car la situation demeure fortement tributaire du niveau d’accès et de sécurité dans les collectivités touchées. D’autant que parallèlement à la baisse de l’incidence des cas, les équipes de riposte ont fait état d’un nouveau déplacement des points chauds des milieux urbains vers des collectivités plus rurales et difficiles d’accès, dans une région géographique plus concentrée.
 
Ces secteurs posent des défis supplémentaires à l’intervention. Il s’agit notamment de la situation de sécurité extrêmement instable, la difficulté d’accès à certaines régions éloignées et une sensibilisation relativement plus faible à Ebola. Cela implique également des retards dans l’engagement avec la collectivité, ce qui entraîne, selon l’OMS, de la méfiance et des malentendus ainsi que la sous-déclaration possible des cas.
 
Les agents de santé locaux comprennent mal le mécanisme de transmission
 
Dans ces conditions, l’OMS redoute que dans de tels environnements, les risques de résurgence restent toujours très élevés. De même, il y a des inquiétudes sur les risques de redistribution de l’épidémie, avec des cas se déplaçant hors des zones sensibles pour se faire soigner ou pour d’autres raisons.
 
« Ces risques continuent d’être atténués par les importantes activités d’intervention et de préparation en RDC et dans les pays voisins, avec l’appui d’un consortium de partenaires internationaux », tempère toutefois l’OMS.
 
Par ailleurs, une enquête qualitative récente dans ces zones sanitaires a révélé que la population et les agents de santé locaux comprennent mal le mécanisme de transmission et les symptômes de la maladie, ce qui s’ajoute à un climat de méfiance quant à l’origine de la maladie et aux raisons de la vaccination. Cela peut avoir une incidence sur la déclaration des cas et la participation aux activités d’intervention.
 
Moins de la moitié des répondants ont indiqué qu’ils appelleraient un service d’assistance téléphonique si un membre de leur communauté était soupçonné d’être atteint d’Ebola, et près de la moitié ont indiqué qu’ils encourageraient un membre de leur famille à se rendre dans un centre de traitement/de transport en commun s’ils étaient soupçonnés d’être atteints d’Ebola.
 
« Cette enquête souligne l’importance de faire participer les collectivités aux activités d’intervention au cours des prochaines semaines », conclut l’OMS.
 
Une étape importante pour un vaccin contre Ebola soutenu par l’OMS
 
Par ailleurs, l’OMS a salué l’annonce faite par l’Agence européenne des médicaments (AEM) recommandant une autorisation conditionnelle de mise sur le marché du vaccin rVSV-ZEBOV-GP, qui s’est révélé efficace pour protéger la population contre le virus Ebola. L’annonce faite ce vendredi par l’AEM, l’Agence européenne chargée de l’évaluation scientifique des médicaments mis au point par les laboratoires pharmaceutiques, constitue une étape clé avant la décision de la Commission européenne en matière d’autorisation. Parallèlement, l’OMS s’orientera vers la préqualification du vaccin.
 
« L’autorisation conditionnelle du premier vaccin Ebola au monde est un triomphe pour la santé publique et témoigne de la collaboration sans précédent entre des dizaines d’experts du monde entier », a déclaré Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS. « Ma profonde gratitude va aux volontaires des études, aux chercheurs, aux agents de santé en Guinée et dans d’autres pays, à la République démocratique du Congo qui se sont mis en danger pour assurer la protection des populations avec ce vaccin », a-t-il ajouté.
 
Huit vaccins sont en cours d’évaluation clinique. L’OMS continue de travailler avec ses partenaires à la mise en place d’un mécanisme de gouvernance coordonné à l’échelle internationale pour garantir l’accès selon les critères de risque et gérer l’offre et les stocks.
Pour cette présente épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo, plus de 236.000 personnes ont été vaccinées avec le rVSV ZEBOV GP fourni par Merck, dont plus de 60.000 agents de santé en première ligne dans ce combat en RDC, mais aussi en Ouganda, au Soudan du Sud, au Rwanda et au Burundi.
 
« Ce vaccin a déjà sauvé de nombreuses vies dans l’épidémie actuelle d’Ebola, et la décision du régulateur européen l’aidera à en sauver beaucoup d’autres à terme », s’est réjoui Dr Tedros qui se dit « fier du rôle joué par l’OMS de l’appui à la recherche jusqu’à la conduite de l’essai en Guinée en 2015 ». (News.un.org)
 
Nombre de lectures : 88 fois












Inscription à la newsletter