Connectez-vous

Pérou : Perquisition au domicile de la présidente pour des montres de luxe non déclarées

Samedi 30 Mars 2024

La présidente péruvienne Dina Boluarte
La présidente péruvienne Dina Boluarte

Le domicile de la présidente péruvienne, Dina Boluarte, a été perquisitionné vendredi soir dans le cadre d’une enquête pour enrichissement illicite, la dirigeante étant soupçonnée de n’avoir pas déclaré dans son patrimoine une collection de montres de luxe.

 

Selon un document de la police, auquel l’AFP a eu accès, une quarantaine d’agents et de magistrats ont été mobilisés « dans le but de fouiller la maison et saisir les montres Rolex ». 

 

Le premier ministre péruvien Gustavo Adrianzén (centre droit) a dénoncé dans la foulée cette perquisition, la qualifiant d’« outrage à la dignité ».

 

« Ce qui s’est passé est une atteinte intolérable à la dignité de la présidence de la République et de la nation qu’elle représente », a déclaré M. Adrianzén à la radio et à la télévision RPP.

 

« Les ministres d’État expriment leur solidarité avec la présidente et rejettent fermement ces actions politiques déstabilisantes, qui s’appuient sur des dispositions juridictionnelles discutables », a ajouté M. Adrianzén sur le réseau X.  

 

Selon le gouvernement, au moment des perquisitions, Mme Boluarte se trouvait dans sa résidence au sein du Palais du Gouvernement et « fera des déclarations au parquet quand il la convoquera ».

 

Des images retransmises par la télévision locale montrent les enquêteurs cerner le domicile de la présidente situé à Surquillo, dans la banlieue de Lima, et former une barrière humaine pour empêcher le trafic automobile dans les rues adjacentes.

 

L’intervention policière a été effectuée à la demande du procureur de la Nation après le rejet par le parquet de la demande de Mme Boluarte de présenter elle-même les montres de luxe et les documents relatifs à leur acquisition.

 

En cas de poursuite, la présidente péruvienne ne pourra, en vertu de la Constitution, être soumise à un procès avant juillet 2026, date de la fin de son mandat.  

 

Le scandale des Rolex a éclaté après qu’un site d’information local, La Encerrona, a publié le 15 mars une série de photos montrant Mme Boluarte arborant différentes montres de luxe alors qu’elle était au gouvernement en 2021 et 2022.

 

Après le reportage, Mme Boluarte a assuré avoir les « mains propres » et ne posséder qu’une montre, un modèle non récent acheté avec ses économies. « Je suis entrée au Palais du Gouvernement avec les mains propres et j’en sortirai avec les mains propres, comme je l’ai promis au peuple péruvien », avait-elle affirmé.

 

La présidente, âgée de 61 ans, fait déjà l’objet d’une enquête pour « génocide, homicide aggravé et blessures graves » après la mort de plus de 50 personnes durant les deux mois de troubles sociaux qui ont accompagné son accession à la tête de l’État.

 

Dina Boluarte est devenue présidente après la destitution début décembre 2022 et l’arrestation du chef d’État de gauche Pedro Castillo, dont elle était la vice-présidente.

 

Début mars elle a dû changer de premier ministre, Alberto Otarola ayant annoncé sa démission après l’ouverture d’une enquête pour trafic d’influence à la suite de la diffusion d’enregistrements audios le compromettant. Ce proche de la présidente avait pris ses fonctions en décembre 2022. [AFP]

 
Nombre de lectures : 257 fois











Inscription à la newsletter