Connectez-vous

PLATEFORME «AAR LI NIOU BOKK» ET SCANDALES GAZIERS : « Nous voulons que 15 millions de Sénégalais disent ‘ça suffit’’»

Mardi 11 Juin 2019

Un rassemblement patriotique et citoyen contre la spoliation des ressources naturelles du Sénégal ce vendredi 14 juin à la place de la Nation, et des exigences de transparence fermes à l’endroit du chef de l’Etat ont marqué l’engagement de la plateforme « Aar li niou bokk » dans le dossier pétro-gazier révélé par la BBC.


PLATEFORME «AAR LI NIOU BOKK» ET SCANDALES GAZIERS : « Nous voulons que 15 millions de Sénégalais disent ‘ça suffit’’»
Sauvegarder les richesses pétrolières et gazières du Sénégal contre les spoliateurs de tous horizons, c’est la mission essentielle que s’est assignée la plateforme « Aar li niou bokk » (Protéger nos biens communs) après les révélations de la BBC anglaise concernant les transactions survenues entre BP et l’homme d’affaires australien d’origine roumaine Franck Timis. Ainsi, une quinzaine d’organisations issues en majorité de la société civile et quelques partis politiques exigent-ils du président de la République Macky Sall des réponses claires et nettes sur la totalité des contrats pétro-gaziers qu’il a signés depuis son arrivée au pouvoir en avril 2012, dont celui qui a permis au groupe de Franck Timis et d’Aliou Sall de mettre la main sur des blocs gaziers.
 
Quatre points essentiels ont été définis comme base de l’action de la plateforme : la transparence dans la gouvernance des ressources naturelles ; la transmission des dossiers liés aux contrats sur le gaz et le pétrole à la justice sénégalaise pour enquête ; la renégociation des contrats pétroliers et gaziers déjà signés par les autorités sénégalaises ; le recouvrement des avoirs pétroliers et gaziers, etc. Pour amplifier le mouvement, un rassemblement patriotique et citoyen au-delà des chapelles politiques et partisanes est organisé ce vendredi 14 juin à la place de la Nation (Obélisque), ouvert à toutes les couches de la population, aux parents, enfants, etc. « Nous voulons que 15 millions de Sénégalais disent ‘ça suffit’ ».
 
Selon le Dr Cheikh Tidiane Dièye et imam Ahmad Makhtar Kanté, qui co-animaient un point de presse tenu cet après-midi à Dakar, « ce qui se passe est très grave. » D’où l’urgente nécessité pour le chef de l’Etat d’expliquer aux Sénégalais les tenants et aboutissants des actes de cession qu’il a posés depuis sept ans. « Nous ne comprenons pas pourquoi (Macky Sall) ferme les yeux devant les agissements de Aliou Sall et de Franck Timis », ont-ils indiqué devant une presse venue en masse.
 
« Les ressources naturelles appartiennent au peuple sénégalais », ont rappelé Dièye et Kanté citant la Constitution de mars 2016 validée par un référendum populaire sur initiative du président Sall lui-même. « Des manifestations ont été organisées au Sénégal comme dans la diaspora pour exprimer l’indignation des Sénégalais face à l’accaparement des ressources publiques par un petit groupe de personnes proches du pouvoir, parrainés par des réseaux mafieux étrangers », lit-on dans la déclaration liminaire ayant précédé le point de presse de la plateforme. Or, ajoute la même source, « à aucun moment, le président Macky Sall et son gouvernement n’ont daigné accorder du crédit aux légitimes demandes du peuple sénégalais et ses exigences, préférant les prendre comme des vociférations venant de l’opposition. »
 
Selon « Aar li niou bokk », la cécité des autorités sénégalaises est étonnante alors que « les faits révélés jusqu’ici montrent que des actes d’une gravité insondable ont été posés à différents moments (et) ont eu pour effet de soustraire frauduleusement des milliers de milliards de francs Cfa de notre patrimoine au profit de Franck Timis et ses acolytes. »
 
Les membres de la plateforme sont : Cos M23, Legs Africa, Y en a marre, Pastef, Agir, Cajust, One Million Marche, FDS, Congrès pour la Renaissance Démocratique (CRD), Dafa Jott, Avenir Sénégal Bi Niou Bëgg, Frapp France Dégage, Imam Ahmadou Kanté (indépendant).
Nombre de lectures : 72 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter