Connectez-vous

Niger : la justice saisie après des « malversations » de 63 milliards de FCFA

Vendredi 13 Mai 2022

Le président nigérien Mohamed Bazoum
Le président nigérien Mohamed Bazoum
Des ONG nigériennes ont déposé une plainte au parquet de Niamey après la publication du Rapport général 2021 de la Cour des comptes faisant état de surfacturations, de fausses mises en concurrence ou « ­d’octroi d’avantages indus » dans certains services publics. « On parle de près de 63 milliards FCA [environ 95,7 millions d’euros] de manque à gagner. Il est essentiel d’aller faire cette dénonciation au niveau du procureur pour que ce dossier ne puisse pas être enterré », explique Ali Idrissa, responsable du Réseau nigérien pour la transparence et l’analyse budgétaire (Rotab).
                      
Le Rotab est l’une des ONG à l’origine de la plainte déposée le 11 mai au parquet de Niamey après des révélations de malversations dans des services publics. ... Le président Bazoum, qui a fait de la lutte contre la corruption l’une de ses priorités, avait appelé lors de sa prise de fonction en avril 2021 différents acteurs de la société, dont les ONG, à l’aider dans ce domaine.
 
Le chef de l’État a récemment indiqué qu’ « une trentaine de hauts cadres de l’État, coupables de malversation ou détournement, croupissent actuellement en prison et y resteront longtemps ». Le ministre de la Communication, Mahamadou Zada, a ainsi été écroué pour son implication présumée dans une affaire de détournement de trois milliards de FCFA (plus de 4,5 millions d’euros) lorsqu’il dirigeait une entreprise publique entre 2013 et 2021. (Jeune Afrique)
Nombre de lectures : 88 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter