Connectez-vous

Me Ciré Clédor Ly revisite le procès du 23-Mai en 9 points

Dimanche 28 Mai 2023

Me Ciré Clédor Ly
Me Ciré Clédor Ly
 
Le procès du 23 Mai a fini de convaincre les plus réservés, sur l’implication etnla participation consciente de certains acteurs de la société au complot d’État ourdi contre le leader de Pastef, pour éliminer durablement ce dernier, non seulement de toute fonction élective, mais également de toute fonction publique avec une mort civile civique et politique.
 
« Décadence de l’Etat »
 
Il a aussi permis de se convaincre de la décadence de l’Etat qui ne se fixe aucune limite pour atteindre ses objectifs, avec des  détentions abusives et arbitraires de tous ceux qui sont soupçonnés être contre le 3ème mandat, des atteintes aux droits de la presse libre et indépendante, les atteintes à la liberté de circulation, les atteintes à la liberté d’opinion et de critiques des institutions, les atteintes graves au droit de participer aux affaires publiques de son pays et de compétition aux élections, les atteintes à la vie privée et à l’intimité des personnes avec l’usage des réseaux sociaux dont les administrateurs peuvent être identifiés, les menaces et usage  de violences avec l’utilisation d’une force disproportionnée contre la population civile sous le couvert de la protection de l’ordre public, le jugement d’une accusée sans l’assistance d’un Avocat (de l’ouverture du procès à la mise en délibéré) pour jugement être rendu au 1er juin 2023, sacrilège suprême ……
 
Le réquisitoire  du Procureur de la République s’abaisse comme une demande d’abandon des charges contre le principal opposant du Régime politique en place, décidé de l’écarter de la compétition pour l’accession à la magistrature suprême.
 
Il y a lieu de rappeler des principes basiques du droit criminel :
 
1- L’acte d’accusation qui est l’ordonnance de renvoi du juge d’instruction, fixe définitivement et irrévocablement les limites de la saisine de la juridiction de jugement, et l’accusé Monsieur Ousmane Sonko n’a jamais été entendu au cours de l’information sur des faits relatifs à la corruption de mineurs, de même que du point de vue de la procédure et de la technique juridique, le juge d’instruction n’avait pas provoqué une demande de supplétif et le parquet non plus n’avait pas pris un réquisitoire supplétif pour étendre les poursuites à la corruption de  mineurs de moins de 21 ans.
 
2- Seuls le présumé viol et les menaces de mort ont fait l‘objet de mise en accusation.
Les juges ne peuvent donc suivre le Procureur de la République dans ses errements et devraient dans la logique de leur serment acquitter les accusés et bouter la politique hors du prétoire. 
 
3- Les présumées menaces de mort ne peuvent être poursuivies distinctement du crime de viol qui l’absorbe en tant qu’élément constitutif de l’infraction. 
 
4- Le cumul réel d’infractions est juridiquement impossible en l’espèce. Le juge d’Instruction et le Parquet ont péché par manque de sérénité et de discernement.
 
5- La disqualification du crime de viol en délit de corruption de mineurs relève d’un sport intellectuel auquel ne peut se livrer aucun juge surtout aux vues des éléments développés supra.
 
6- En Droit criminel, chaque infraction protège une valeur sociale et la disqualification comme la requalification ne se conçoivent que sur la même échelle de la valeur sociale protégée. 
Les juges du 23 Mai se trouvent dans l’impossibilité juridique de disqualification.
 
7- Ma conviction est qu’il existe quelque part dans chaque Nation, des juges qui préservent leur âme de toutes les tentations et qui soient capables et prêts à assumer leur idéal de justice et de dire NON lorsque cela s’impose.
 
8- Le jugement qui sera rendu le 1er juin engagera un pays et pourrait influencer le comportement de plusieurs autres nations.
 
9- Les juges de Ndèye Khady Ndiaye, de Ousmane Sonko et de Adji Sarr sont déjà entrés dans l’histoire. Ce que l’histoire retiendra d’eux est différé au 1er juin 2023.
Maître Ciré Clédor Ly
Nombre de lectures : 229 fois


1.Posté par Me François JURAIN le 28/05/2023 11:42
Si je partage le sentiment de cet éminent confrère sur bien des points, notamment de procédure, je pense quand même qu'il ne faut pas perdre de vue une chose:

Monsieur SONKO n'est pas et n'a jamais été victime d'un complot hourdi contre sa personne par Macky SALL, Président de la république du SENEGAL élu démocratiquement pour un mandat qui doit prendre fin en Février 2024: Monsieur SONKO est bêtement tombé dans un piège, tendu par on ne sait qui mais à mon sens, certainement pas par Macky SALL lui même qui n'a jamais été très friand de ces histoires de fesses pour éliminer un adversaire, ce n'est pas son terrain de chasse favori. (que Macky SALL, par la suite, se soit raccroché au wagon et pris la train en marche, ca c'est une autre histoire!)

Pour ordre, je rappelle quand même qu'en FEVRIER 2023, Monsieur Ousmane SONKO, alors député de la république du SENEGAL, a bravé un couvre-feu qui s'imposait à tous et dont le respect s'imposait en premier à ceux qui doivent montrer l'exemple, donc en priorité aux députés de la république dont faisait partie, à cette époque, Monsieur SONKO (…)

(…) Alors, qu'un piège lui ait été tendu par des adversaires politiques, cela semble une évidence; un piège n'a rien à voir avec un complot! Mais si Monsieur SONKO est incapable d'éviter de tomber dans les pièges que lui tendent ses adversaires, alors je ne pense pas que la politique soit un domaine fait pour lui. Y rajoutant quand même (…) que dans un premier temps, il déclarait ne s'être jamais rendu au sweet beaute, et dans un deuxième temps qu'il y était allé, parce que depuis son enfance, il souffrait d'un mal de dos terrible (il n'est pas le seul) et qu'il n'y avait que les massages de Mlle SARR, masseuse autoproclamée, qui le soulageaient. Deux mensonges qui s'apparentent à des mensonges d'Etat: le premier, parce qu'il a été prouvé (ce qu'il a finalement reconnu) qu'il était bien allé ce soir là bravant le couvre feu, au sweet beaute, et le deuxième, sur le motif de cette visite nocturne (…)

Résumons: une violation de la loi (couvre feu) par un député de la république sensé montrer l'exemple, deux mensonges d'Etat par ce même député, cela commence à faire beaucoup.

Dans ce dossier, et je l'ai dit depuis le début, les preuves manquent, et ce dossier est mal ficelé. Il est quasiment certain qu'un piège a été tendu à Monsieur SONKO, qui dans cette opération a prouvé au moins une chose: c'est qu'il n'est pas très malin, et très peu respectueux des lois de la république. Enfin, il devrait savoir, s'il était un bon politicien, que ce qu'il a fait, tous les hommes politiques de ce monde ou 99% des hommes politiques (soyons généreux) le font: depuis que le monde est monde, le sexe a toujours marché de front avec le pouvoir et l'argent; il n'a donc rien inventé; mais le problème est de ne pas se faire prendre! Et lui a commis la faute irréparable qui le disqualifie: IL S'est fait prendre, bêtement, et comme un gamin de quinze ans!!! Qui plus est, il n'a même pas pu éviter l'humiliation par la présumée victime, et de la vindicte populaire, il en ressort et il en restera pour la postérité que cette jeune fille dit vrai. Après, chacun fera sienne sa part de vérité.

En ce qui me concerne, en tant que légaliste pur et dur, je m'en tiendrai à la sentence des juges, même si je suis au regret de constater que parfois, le parquet se comporte d'une manière totalement inadmissible et en tout cas, totalement contraire à la loi. Mais pour l'instant, nous sommes encore ici en république, et ce sont les lois de la république qui s'appliquent et qui se doivent d'être respectées. Il appartiendra à Monsieur SONKO, le jour où il sera élu démocratiquement président de la république, de changer ces lois, de faire approuver ces changements par le parlement, et de prendre ou faire prendre les décrets d'application adéquats, avec obligation pour tous de respecter lesdits changements: pour l'instant, nous n'en sommes pas encore là, et au lieu de se comporter comme une rock star, je préférerai, et de loin, pour me faire une opinion sur Monsieur SONKO, qu'il nous explique ce qu'il compte faire pour apporter ces changements et modifications le jour où il sera élu. Pour l'instant, nous ne pouvons que constater que Monsieur SONKO n'assume pas ses fautes, faisant de lui une personne non fiable.

Pour rappel, le jugement est mis en délibéré jusqu'au 1er juin; Il n'est pas douteux qu'il y a eu tractation et négociation, entre un émissaire religieux et un représentant de l'Etat (Macky SALL ayant toujours refusé de négocier quoi que ce soit avec SONKO, et qui plus est, étant absent du SENEGAL ce jour là) les tractations auraient porté sur les preuves que l'on dit accablantes, contenues dans des vidéos et des photos, qui ne figuraient pas au dossier (faute de procédure), et dont la projection avait été totalement organisée, devant créer un effet de surprise et tel un film X, devait révéler Monsieur SONKO en plein exercice physique, du genre de ceux qu'il est parait il, d'usage, de pratiquer dans ce genre d'établissement (sweet beauty). Il n'est pas complètement idiot de penser que le deal aurait porté sur la non divulgation de ces vidéos et photos, en l'échange, de la part de SONKO, de disparaitre du champ politique à jamais. Côté gouvernement, le deal aurait été respecté puisque le Président a refusé la projection, côté SONKO, il n'a pas respecté son engagement puisqu'il a entamé sa parade de rock star, histoire de vérifier si il a encore autant de souteneurs (ce qui n'est pas évident à savoir, car sur ce plan là, la vérité est souvent trompeuse et destinée simplement à remonter le moral de l'impétrant, ce qui se pratique d'un côté comme de l'autre.
Alors, maintenant, que peut-il se passer?

Personnellement, mais ce n'est que mon avis personnel, Monsieur SONKO sera relaxé sur les chefs de menace de mort, menaces avec armes, etc. Bien que je pense qu'il sera également relaxé du chef des viols répétés, deux options s'ouvrent:

La première, c'est la relaxe au bénéfice du doute: il ne faut pas oublier que Monsieur SONKO est dans l'attente du sort réservé à son pourvoi en cassation sur la première affaire (qui elle, est proprement scandaleuse quant aux faits évoqués et jugés). Donc, il ne va pas en prison sur la deuxième affaire, mais est rendu inéligible sur la première affaire.

Problème, Monsieur SONKO ne pourra pas se présenter aux élections futures, mais reste en liberté et continuera d'empoisonner accessoirement la vie de ses adversaires politiques, mais principalement la vie de tous les Sénégalais, et principalement des Dakarois qui commencent à en avoir assez de gérer leurs agendas en fonction de celui de Monsieur SONKO.

La deuxième, c'est une condamnation à cinq ou six ans ferme, pour viols répétés. Cela aurait l'avantage de faire oublier Monsieur SONKO, qui ne pourrait plus s'exprimer, ou en tout cas plus difficilement, de donner satisfaction à tous ses "amis" politiques, qui n'en peuvent plus de Monsieur SONKO qui la joue trop "perso", de ses incartades permanentes et perpétuelles (tout son entourage savait qu' une affaire genre sweet beaute allait arriver: la seule inconnue c'était la date! ). Donc, enfermer Monsieur SONKO ne serait pas pour déplaire, bien sûr à Macky SALL, mais également, à tous les membres de la coalition Yaw, qui ne verraient pas d'un mauvais œil l'enfermement de SONKO pour un bon moment, ce qui leur laisserait le temps de travailler dans la paix et la sérénité. D'autant que Monsieur SONKO sait très bien qu'il a été humilié par celle qu'il traite aujourd'hui de "guenon", ce qui ne fait que prouver que, en plus de tout le reste, Monsieur SONKO n'est ni courtois, ni bon joueur, et que les quatorze morts de 2023 dont il porte quand même une part de responsabilité ne sont pas sa préoccupation première, lui permettrait de se faire oublier et de se façonner une image de martyr, ce qui fait toujours bien sur un CV de politicien...

De toutes les façons, SONKO a été créé par Macky SALL, SONKO a été la marionnette de Macky SALL, c'est donc, en toute logique, Macky SALL qui décidera du sort de SONKO, et il s'en débarrassera lorsqu'il n'en aura plus besoin. C'est le jeu. Pour l'instant, Macky SALL a encore besoin du désordre créé par SONKO, afin de prouver que lui seul est capable de rétablir et maintenir l'ordre, face au désordre créé par SONKO. Le jour où Macky SALL voudra faire tomber SONKO, ce ne sera qu'un jeu d'enfant pour lui, et il lui tendra un piège dans lequel SONKO tombera! Mais pour l'instant, force est de reconnaitre que Macky SALL s'en est nettement mieux sorti que SONKO!

Quant à l'histoire, non Me LY, et vous le savez très bien, l'histoire ne retient que ce qui l'intéresse, et il y a de grandes chances pour qu'elle ne retienne que les histoires de fesses de Monsieur SONKO, pour le reste, ne nous faisons pas trop d'illusion! Les grands hommes d'aujourd'hui sont les oubliés de demain, et si vous interrogez des jeunes de moins de vingt ans, pour leur demander qui était DE GAULLE ou SENGHOR, ou Mamadou DIA, par exemple, il y a fort à parier qu'ils vous demandent: "Ils jouent dans quelle équipe?" Alors, l'histoire...
Me François JURAIN



Nouveau commentaire :












Inscription à la newsletter