Connectez-vous

Malte a traité avec les garde-côtes libyens au sujet des interceptions de migrants (rapport)

Dimanche 10 Novembre 2019

LA VALLETTE (Reuters) - Les forces armées maltaises ont commencé à coopérer avec les garde-côtes libyens pour ramener les bateaux de migrants dans la zone de recherche et de sauvetage de Malte, a rapporté dimanche un journal, citant un accord secret du gouvernement.
 
Le gouvernement a refusé de commenter directement le rapport dans le Sunday Times of Malta, mais a déclaré à Reuters que l'Etat méditerranéen travaillait avec les garde-côtes libyens depuis de nombreuses années et respectait toujours la loi.
 
Selon les termes de l'accord, lorsqu'un bateau de migrants est repéré en direction de Malte, les forces armées de l'île sollicitent l'intervention des garde-côtes libyens pour les intercepter avant qu'ils n'entrent dans les eaux territoriales de Malte, indique le journal.
 
Des organisations non gouvernementales ont dénoncé des accords antérieurs par lesquels l'Italie avait ordonné aux garde-côtes libyens de récupérer des bateaux de migrants dans les eaux territoriales libyennes, affirmant que les réfugiés sont exposés à la torture et aux abus dans ce pays d'Afrique du Nord sans loi.
 
L'accord avec Malte semble aller plus loin en encourageant les garde-côtes libyens à intervenir au-delà de leurs propres eaux côtières, qui s'étendent à quelque 22,2 km (14 miles) de leurs côtes, et dans la vaste zone de recherche et sauvetage exploitée par Malte.
 
"Les zones de recherche et de sauvetage ne sont pas des zones où l'Etat côtier exerce sa souveraineté ou sa juridiction, mais des zones faisant partie de la haute mer où les moyens militaires étrangers ont le droit d'enquêter sur toute activité illégale partant de leurs côtes", a déclaré le gouvernement maltais.
 
Malte a accueilli plusieurs centaines de migrants au cours des derniers mois, mais presque toujours à bord de navires de secours caritatifs qui les avaient récupérés dans le centre de la Méditerranée. Peu de bateaux de migrants sont arrivés sur l'île de manière autonome.
 
Signe d'une coopération croissante entre La Valette et le gouvernement libyen basé à Tripoli, Malte a saisi en septembre une cargaison de monnaie libyenne non officielle qui aurait été destinée à Khalifa Haftar, homme fort militaire rebelle.
 
Deux conteneurs remplis de la monnaie récemment introduite, imprimée en Russie, ont été découverts lorsque le navire transportant l'argent s'est arrêté à Malte, ont rapporté les médias locaux au début du mois.
 
Le service des douanes n'a pas annoncé la découverte à l'époque et n'a fait aucun commentaire ultérieur sur l'opération.
 
Nombre de lectures : 66 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter