Connectez-vous

Le billet du jour : Mystères Wade

Lundi 18 Juin 2018

Contre vents et marées, le parti démocratique sénégalais (Pds) s’en tient à une ligne immuable concernant la présidentielle de février 2019: Karim Wade sera son candidat, son plan B.

Cette antienne, ressassée depuis la veille de la condamnation de l’ancien ministre d’Etat par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei), est devenue un catéchisme dans l’écosystème du parti libéral. Or, l’autorité au pouvoir clame désormais plus nettement et avec plus de détermination que l’exilé de Doha est inéligible.

Cette «persévérance» de Me Abdoulaye Wade et du Pds dans une voie qui semble sans issue pour eux appelle des questionnements sur leur stratégie et les objectifs visés. Si la candidature de Karim Wade est formellement et officiellement rejetée, quelle réponse y apporteraient-ils? La réplique serait-elle de nature légale, légitime, ou les deux à la fois ? En auraient-ils les moyens d’ailleurs?

Les mystères Wade sont là, sans réponse pour le moment, enveloppés dans une posture qui ne fait pas forcément l’unanimité à l’interne. Car, au-delà des discours qui parviennent du Qatar, il faudra bien que Karim Wade remette les pieds à Dakar pour être d’abord dans la réalité…
 
Nombre de lectures : 164 fois


1.Posté par Me François JURAIN le 18/06/2018 13:05
Malheureusement, l'entêtement ne mène qu'à une seule direction: droit dans le mur. Tout le monde sait, depuis le début, que Monsieur Karim WADE, de part les textes de la constitution, plus l'amende fiscale et sa récupération qui peut aller jusqu'à la contrainte par corps, empêche, pour tout le moins, la validation de la candidature de Monsieur Karim WADE: il n'y aura pas de candidat PDS, et les militants seront vendus à Macky SALL, en échange de l'effacement de la dette fiscale: tel est le scénario que j'envisageais déjà depuis plusieurs mois, et qui est en train de prendre tout son sens et toute sa forme...
Triste scénario, surtout pour ceux qui croyaient dur comme fer à leur candidat, et triste élection, qui aurait pu, avec un candidat éligible, émanant d'un grand parti tel que le PDS, animer le débat politique et le sortir du fond des canivaux où les hommes politiques, de tous bords, avec leurs achats de conscience, leur transhumance, et autres magouilles pré-électorales, semblent se complaire, nageant dans les millards qui ne leur appartiennent pas, mais appartiennent au peuple.
Espérons et prions pour que tout cela ne se termine pas (trop) mal pour le peuple qui mérite mieux, nettement mieux, que tous les politiques de tous bords qui prétendent vouloir et pouvoir diriger le pays et améliorer le sort des sénégalais!
Profession de foi commune à tous les candidats: lutte contre la corruption, lutte contre la misère, amélioration des conditions de vie du peuple.
qui a dit: la dictature, c'est "ferme ta gu...le", et la démocratie: "cause toujours, tu m'intéresse"?
Ou sont les vrais hommes d'état?
Me François JURAIN

Nouveau commentaire :












Inscription à la newsletter