Connectez-vous

L’AIEA « regrette » la poursuite du programme nucléaire de Pyongyang

Mercredi 7 Septembre 2022

Les activités nucléaires de la Corée du Nord demeurent « la source de graves préoccupations », selon le rapport annuel de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) rendu public mercredi.
 
La poursuite du programme militaire est « profondément regrettable », affirme l’organisme onusien, selon lequel il s’agit « d’une violation manifeste des résolutions permanentes du Conseil de sécurité de l’ONU ».  
 
La réouverture du site d’essais nucléaires est « vraiment troublante », tout comme « l’expansion de l’installation d’enrichissement » et « la poursuite de l’exploitation du réacteur d’une capacité de cinq mégawatts », estime le rapport.
 
Sur le site d’essais nucléaires de Punggye-ri, des travaux ont également eu lieu, note l’AIEA, notamment pour rouvrir un tunnel d’essai. La construction de routes a repris fin août.  
 
À Yongbyon, dans le principal complexe nucléaire du pays, la construction d’une nouvelle annexe a commencé en septembre 2021 et revêt désormais un aspect « achevé depuis l’extérieur », selon l’Agence, qui ne peut en déterminer l’objectif.
 
L’avenir de ce complexe nucléaire fut l’un des points de contentieux du deuxième sommet du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un avec le président américain Donald Trump qui s’est soldé par un échec en 2019.
 
La Corée du Nord avait proposé d’en démanteler une partie, mais pas ses autres infrastructures de production nucléaire, en échange d’une levée « partielle » des sanctions économiques.  Cette offre avait été rejetée par Washington.
 
En août, Pyongyang, qui a mené cette année une série record d’essais d’armement, a rejeté une offre d’aide économique de la part de la Corée du Sud, en échange de sa dénucléarisation.  
 
Le rapport, qui intègre toutes les « informations pertinentes disponibles » à l’agence, sera examiné par la Conférence générale de l’AIEA dans le courant du mois de septembre.
 
Le régime reclus est sous le coup de multiples sanctions internationales pour ses programmes militaires, notamment nucléaires, interdits et qui ont considérablement progressé sous le règne de Kim Jong-un.
 
Les inspecteurs de l’AIEA, dont le siège se trouve à Vienne, en Autriche, ont été expulsés de Corée du Nord en 2009. Ils la surveillent désormais depuis l’étranger. (AFP)
 
 
Nombre de lectures : 71 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter