Connectez-vous

Joe Biden veut séduire l’Afrique du Sud

Samedi 17 Septembre 2022

Le président américain Joe Biden a vanté vendredi le « partenariat essentiel » entre les États-Unis et l’Afrique du Sud en recevant son homologue Cyril Ramaphosa, sans dissiper toutes les divergences à propos de l’Ukraine.
 
« Nous devons vraiment nous assurer que nous nous comprenons pleinement », a dit Joe Biden, assis aux côtés du président sud-africain dans le bureau Ovale, avant que ne commence leur réunion.
 
« Les États-Unis sont un partenaire important de l’Afrique du Sud », a dit Cyril Ramaphosa, évoquant les centaines d’entreprises américaines installées dans son pays.
 
Il a dit vouloir « étendre » ces relations économiques, et a déclaré que sa conversation avec le président américain porterait aussi sur « la stabilité et la sécurité internationale », en faisant référence aux attaques djihadistes au Mozambique, pays frontalier.
 
Aucune mention dans ce bref échange devant les journalistes de l’Ukraine, alors que l’Afrique du Sud est restée neutre depuis le début de l’invasion par la Russie, et a plusieurs fois indiqué qu’elle ne se soumettrait à aucune pression occidentale pour condamner le régime de Vladimir Poutine.
 
Comme elle, de nombreux pays africains avaient décidé en début mars de ne pas apporter leurs voix à une résolution des Nations unies condamnant l’invasion de l’Ukraine.
 
Cette influence grandissante de la Russie sur le continent, couplée aux liens étroits tissés entre la Chine et plusieurs pays africains, a poussé les États-Unis à passer à l’offensive sur le plan diplomatique en Afrique.
 
Joe Biden, qui jusqu’ici ne s’est pas rendu sur le continent, organise en décembre à Washington un grand sommet avec des dirigeants africains. Et l’Afrique du Sud, poids lourd économique, occupe une place de choix dans cette offensive de charme.  
 
Le président américain a, chose rare, raccompagné son invité jusqu’à sa voiture à la sortie du bureau Ovale.
 
Charbon
 
S’adressant après la rencontre à des journalistes, le président sud-africain l’a qualifiée de « très fructueuse et positive », tout en rappelant que son pays ne comptait pas dévier de sa position de neutralité.
 
Il a aussi critiqué à cette occasion un projet de loi qui suit actuellement son cours au Congrès américain, et qui est destiné à « contrer les activités néfastes de la Russie en Afrique » (« Countering Malign Russian Activities in Africa Act »).
 
Si cette loi était définitivement adoptée, « cela donnerait l’impression que l’Afrique est punie parce qu’elle a la Russie pour partenaire. La majorité des pays africains sont non-alignés et nous avons fait savoir qu’il serait injuste de la part des États-Unis de punir » les pays africains entretenant des relations avec Moscou, a-t-il dit.
 
Autre sujet délicat pour le partenariat entre États-Unis et Afrique du Sud : la Chine, avec laquelle l’Afrique du Sud entretient de très bonnes relations, mais dont Washington veut contrer l’influence.
 
La discussion a sans doute été plus consensuelle sur le sujet du climat.
La Maison-Blanche avait fait savoir que les deux présidents discuteraient dans le détail de l’aide promise par les Occidentaux pour la transition énergétique en Afrique du Sud.
 
Le pays, où le charbon joue un rôle très important, s’est vu offrir 8,5 milliards de dollars par plusieurs pays développés pour s’en sevrer. Mais l’Afrique du Sud redoute que cette promesse de financement, qui passe par des prêts, n’alourdisse sa dette.
 
« Nous devons parler du changement climatique », a dit vendredi Cyril Ramaphosa, indiquant que dans son pays, « beaucoup de gens avaient un peu peur » de la manière dont s’effectuerait la transition vers des énergies plus propres. (AFP)
Nombre de lectures : 99 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter