Connectez-vous

Iran - Protestations après l'effondrement d’un édifice ayant fait 26 morts

Vendredi 27 Mai 2022

Des centaines de personnes ont défilé dans des villes du sud-ouest de l’Iran pour réclamer des poursuites à l’encontre des responsables de l’effondrement d’un immeuble plus tôt cette semaine ayant fait 26 morts, ont rapporté vendredi des médias locaux.
 
Lundi, l’immeuble Metropol de 10 étages, en construction à Abadan, l’une des principales villes de la province du Khouzestan, s’est partiellement écroulé au cœur d’une rue très fréquentée.
 
Il s’agit de l’une des catastrophes de ce type les plus meurtrières depuis des années en Iran.
Des vidéos et des photos publiées sur le site internet de l’agence de presse Fars montrent des centaines d’habitants défilant dans les rues d’Abadan jeudi soir pour pleurer les victimes en frappant sur des tambours traditionnels. Certains ont scandé « mort aux fonctionnaires incompétents ».
 
Un magasin appartenant à la famille du propriétaire de l’immeuble — également mort dans l’effondrement du Metropol — « a été incendié et détruit par des inconnus jeudi soir », a rapporté l’agence Tasnim.
 
À Khorramshahr, ville de la même province, des manifestants ont notamment demandé un procès « sérieux » pour les responsables de ce drame, selon Fars.
 
Plus de quatre jours après l’effondrement de l’immeuble, des équipes de secours retrouvent toujours des corps sous les décombres. On ignore si des personnes en vie sont encore piégées sous les décombres.
 
Vendredi soir, le bilan s’élevait à 26 morts après la découverte de deux cadavres, a rapporté la télévision publique.
 
Selon des responsables, 37 personnes ont également été blessées.
Le premier vice-président Mohammad Mokhber s’est rendu vendredi à Abadan, selon l’agence de presse Isna.
 
Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a présenté ses condoléances aux habitants d’Abadan, appelant à poursuivre et punir les responsables de cette tragédie.
 
La justice locale a annoncé mardi l’arrestation d’au moins 10 personnes, dont le maire d’Abadan et deux anciens maires, accusés d’être « responsables » du drame.
 
En 2017, l’effondrement dans le centre de Téhéran du Plasco Building, un centre commercial de 15 étages datant du début des années 1960, avait fait 22 morts, dont 16 pompiers. (AFP)
Nombre de lectures : 96 fois












Inscription à la newsletter