Connectez-vous

INTERVIEW-OUSSAMA HAMDANE (CHEF DU DEPARTEMENT DES RELATIONS EXTERIEURES DU HAMAS): « Les Palestiniens n’attendent rien de Donald Trump »

Mardi 15 Novembre 2016

INTERVIEW-OUSSAMA HAMDANE (CHEF DU DEPARTEMENT DES RELATIONS EXTERIEURES DU HAMAS): « Les Palestiniens n’attendent rien de Donald Trump »

Propos recueillis par Momar Dieng

A Nouakchott pour prendre part au deuxième Congrès d’Al Quds de soutien ouest-africain à la cause palestinienne, Oussama Hamdane, ministre des Affaires étrangères du mouvement Hamas, a accordé à Impact un entretien, le premier à des journalistes sénégalais.

 
D’abord une rapide présentation de vous-même et du Hamas ?
Je suis le responsable des Relations extérieures du Hamas, le mouvement de la résistance islamique palestinienne après en avoir été le porte-parole. Je suis à Nouakchott avec mes frères et collaborateurs du Hamas dans le cadre du renouvellement de l’engagement de l’Afrique de l’Ouest pour la cause d’Al Quds en particulier, et pour la cause palestinienne de manière plus globale. Le Hamas, comme vous le savez, travaille pour la libération de tous les territoires de la Palestine occupés par les sionistes. Il a pris part aux dernières élections législatives organisées en Palestine et participé au gouvernement formé à cet effet sous la conduite de son leader Ismaïl Haniyeh.
 
Le Hamas est connu au niveau international, mais son implantation dans les pays d’Afrique de l’Ouest n’est pas encore efficiente. Comment comptez-vous mieux faire connaître votre cause, par exemple au Sénégal ?
Le travail que le Hamas effectue à l’intérieur de la Palestine est différent de celui qu’il fait à l’extérieur. Dans notre pays, nous sommes un mouvement de résistance à l’occupation sioniste, protégeant et soutenant les populations palestiniennes. A l’échelle internationale, nous travaillons à développer des partenariats avec différents acteurs. C’est dans cette perspective que nous nous attelons à mettre en place une communication avec des porte-parole chargés de diffuser une bonne information concernant la cause palestinienne, notamment en Afrique de l’Ouest.
 
Aujourd’hui, qu’est-ce qui différencie le Hamas de l’Autorité palestinienne ?
Le Hamas fait partie du peuple palestinien. L’Autorité palestinienne se compose de plusieurs mouvements comme le Fath de Mahmoud Abbas, le Djihad Islamique, le Front populaire de libération de la Palestine (Fplp). Le Hamas n’est pas dans l’Autorité palestinienne alors qu’il détient la majorité parlementaire depuis les dernières élections législatives.
 
Le Fath de Mahmoud Abbas est-il un obstacle à une résistance plus efficace contre Israël ?
Le Fath a été le premier mouvement à combattre l’occupation sioniste des territoires de la Palestine. Par la suite, il a préféré la négociation comme une solution. Or, le Hamas considère que la négociation et la résistance active doivent aller ensemble, de front. C’est pourquoi nous estimons que la composante Fath doit revenir à la résistance armée pour renforcer les capacités du peuple palestinien face à l’occupation israélienne de nos terres.
 
Le Hamas attend quoi de l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis ?
Le peuple palestinien et le Hamas n’attendent rien des Etats-Unis et de l’administration qui arrive au pouvoir. Jusqu’ici, tous les présidents américains ont soutenu l’entité sioniste aux dépens du peuple de Palestine. C’est une constante. L’élection d’un président raciste à la tête de l’Amérique va donc aggraver la situation dans le monde, et pas seulement en Palestine.
 
On sait que Donald Trump est très proche de Benjamin Netanyahou. Peut-on craindre une reprise des hostilités entre Israël et le Hamas ?
L’Etat sioniste d’Israël va avoir plus d’audace pour agresser le peuple palestinien car c’est le Parti républicain qui va gouverner avec tous les pouvoirs dont il dispose maintenant au Congrès, car c’est également l’ami américain du sioniste Netanyahou qui a été élu à la tête des Etats-Unis. C’est pourquoi nous pensons effectivement qu’Israël va poursuivre ses agressions contre les Palestiniens. Mais il y a une chose importante à souligner à ce niveau : Donald Trump peut bien soutenir les sionistes, mais il partira bien un jour ou l’autre. Ce sont les peuples qui restent, les dirigeants passent.
 
Est-il possible actuellement de reconstituer un gouvernement palestinien et une Autorité palestinienne qui intégreraient le Hamas ?
Le Hamas a toujours souhaité la mise en place d’une Autorité qui engloberait toutes les composantes du peuple palestinien. Il était convenu d’ailleurs qu’il y aurait une élection présidentielle, des élections législatives. Et qu’après la création de cette Autorité, il serait établi un programme d’activités pour la résistance palestinienne…
 
Un dernier mot.
Je suis satisfait de cette première rencontre avec des journalistes sénégalais. Le Sénégal et son peuple jouent un rôle important dans le soutien international à la cause palestinienne. Du temps du président Abdoulaye Wade, votre pays a d’ailleurs participé à une tentative de réconciliation entre les composantes palestiniennes. Nous espérons très bientôt vous accueillir quand Al Quds sera libéré, ainsi que nos territoires aux mains des sionistes. (Avec Barka BA, du Groupe Futurs Médias).
 
 
Nombre de lectures : 367 fois

Nouveau commentaire :










Inscription à la newsletter