Connectez-vous

Fraude Budgétaire - Comment la Mano River Union, agence de la CEDEAO, a dépensé 18 000 $ pour une mission électorale imaginaire

Vendredi 3 Décembre 2021

Fraude Budgétaire - Comment la Mano River Union, agence de la CEDEAO, a dépensé 18 000 $ pour une mission électorale imaginaire
Par Mohamed Kabba
 
Une agence ouest-africaine, Mano River Union (MRU), a dépensé clandestinement la somme de 18 000 $ (USD) pour une mission électorale qui n'a pas eu lieu.
 
Au cours d'une enquête d'environ deux ans, Sierra Leaks Media Network a obtenu et vu des preuves de première main, notamment des transactions bancaires sur l'escroquerie présumée.
 
En analysant les documents et les transactions effectuées par le secrétariat de la MRU, nos enquêteurs ont découvert que l'argent avait été versé pour une mission d'évaluation électorale dans la capitale de la Guinée, Conakry, du 1er au 5 octobre 2020.
 
Cependant, des sources internes, notamment des membres de la communauté diplomatique, ont insisté sur le fait que la mission d'évaluation n'avait jamais eu lieu.
 
Qu'est-ce que le MRU ?
 
La MRU (Union du fleuve Mano, UFM) est un organisme d'intervention initialement établi entre le Libéria et la Sierra Leone par la déclaration du fleuve Mano du 3 octobre 1973. L'adhésion à l'Union a ensuite été élargie pour inclure la Guinée en 1980 et la Côte d'Ivoire en 2008.
 
C'est une organisation sous-régionale et bilingue avec l'anglais et le français comme langues officielles. Son nom ramène au fleuve Mano qui prend sa source dans les hauts plateaux de Guinée et forme une frontière entre le Libéria et la Sierra Leone.
 
L'objectif du MRU est d'accélérer la croissance économique, le progrès social et l'avancement culturel des États membres par une collaboration active et une assistance mutuelle dans des questions d'intérêt commun dans les domaines économique, social, technique, scientifique et administratif.
 
Cependant, en raison de conflits internes au sein des deux pays d'origine de l'UFM (la guerre civile de Sierra Leone [1991-2002] et les première [1989-1997] et deuxième guerres civiles libériennes (1999-2003), ces objectifs n'ont pas pu être atteints.
 
L'effectif qui s'élevait à 600 en 1986 a été ramené à 300 en 1993, puis à 120 et 48 en 2000.
C'est cependant le 20 mai 2004 que l'Union a été réactivée lors d'un sommet des trois dirigeants des États de l'UFM, dont les présidents Lansana Conté de Guinée, Ahmad Tejan Kabbah de Sierra Leone et le président Gyude Bryant du Libéria.
 
Comment l'escroquerie budgétaire a été perpétrée
 
Lors de la préparation des élections générales en Guinée en 2020, le secrétariat de l'UFM a constitué une délégation de 16 personnes pour une mission d'évaluation des élections à Conakry.
 
Des documents divulgués vus par nos enquêteurs ont montré que la délégation comprenait trois équipes de délégués de la Sierra Leone, du Libéria et du secrétariat de l'UFM.
 
Les délégués sierra-léonais étaient le ministre des Affaires étrangères, un représentant de la Commission parlementaire des Affaires étrangères, le directeur général des Affaires étrangères, l'assistant personnel du ministre des Affaires étrangères, la Sécurité du ministre et deux chauffeurs du ministre et le parlementaire.
 
Les délégués libériens comprenaient le ministre des Affaires étrangères, l'assistant personnel du ministre, la sécurité du ministre et son chauffeur, tandis que les délégués du secrétariat de l'UFM comprenaient le secrétaire général, l'administrateur de programme, l'assistant personnel du secrétaire général, et deux pilotes MRU, une partie des documents divulgués a révélé.
 
Les documents divulgués ont en outre montré que la lettre d'autorisation pour le déblocage des fonds avait été signée par le secrétaire général de la MRU, Medina Wesseh, et son adjoint, Abu Bakarr Tarawallie.
 
La lettre, datée du 30 septembre 2020, était adressée au directeur des opérations de Rokel Commercial Bank, Freetown, Sierra Leone.
 
Dans l'un des documents divulgués, le sieur Amadu Bah, qui serait un assistant financier, a été autorisé à retirer la somme de 5 180 $ (USD) du compte étranger de l'Union.
 
Le montant était censé être l'indemnité journalière du ministre libérien des Affaires étrangères (2 100 USD), son assistant personnel (1 400 USD), sa sécurité (1 050 USD) et son chauffeur (630 USD).
 
Deux autres retraits ont été effectués le 30 septembre 2020, au moyen des chèques n° 02498675 et 02498677 respectivement. Ces chèques ont été encaissés par Amadu Bah (68 310 000 Leones, soit 6 900 USD) et Abibatu Kargbo (65 340 000 Leones, soit 6 600 USD) dans les guichets de Rokel Commercial Bank.
 
Dans une proposition de budget jointe au chèque n° 02498675 d'un montant de 6 900 USD, le ministre des Affaires étrangères de la Sierra Leone s'est vu allouer 1 500 USD par jour ; un représentant de la commission parlementaire des affaires étrangères de la Sierra Leone a reçu 1 500 USD comme indemnité journalière.
 
D'autres approbations, comme on le voit dans des documents divulgués, montrent que le directeur des Affaires étrangères de la Sierra Leone a reçu 1 250 $ US, l'Autorité palestinienne du ministre a reçu 1 000 $ US, la sécurité du ministre a reçu 750 $ US et les deux chauffeurs du ministre ont reçu 900 $ US, respectivement par jour.
 
Le deuxième chèque portant le numéro 02498677 (Le.65, 340 000 ou USD 6 600) a été encaissé par un certain Abibatu Kargbo.
 
Sur le montant, le secrétaire général de la MRU a reçu 1 500 USD par jour, tandis que l'agent de programme a reçu 1 000 USD, l'AP du secrétaire général a reçu 1 000 USD et le chauffeur du secrétaire général a reçu 900 USD par jour.
 
Les 2 200 USD restants ont été mis de côté pour les frais logistiques et autres, y compris les imprévus, la couverture médiatique en Guinée, le carburant pour les véhicules des délégués.
 
Une longue histoire de contradictions
 
Lorsque nos enquêteurs ont contacté des sources diplomatiques clés pour parler des dépenses controversées, les réponses reçues ont été ahurissantes.
 
« Aucune mission diplomatique de la Sierra Leone en Guinée ne peut être entreprise à l'insu de l'ambassade de Guinée à Freetown, vice-versa », a répondu l'ambassade de Guinée en Sierra Leone.
 
« La Guinée a organisé trois élections en 2020. Aucune mission de la Sierra Leone ou de l'Union du fleuve Mano ne s'est rendue en Guinée pour évaluer l'une des trois élections.
 
Pour sa part, le ministère de la Planification et du Développement économique, qui fait également partie du conseil d'administration de la MRU, a déclaré qu'aucun de ses employés n'était allé en mission électorale en octobre 2020.
 
Le ministère a toutefois confirmé que la somme de 65 340 000 Le. avait été retirée du compte bancaire MRU détenu à la Rokel Commercial Bank.
 
De même, le ministère sierra-léonais des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, dans une réponse à la demande d'information sur les droits d'accès portant la référence : 14655/158/AFR, a confirmé que son personnel ne s'était jamais rendu à Conakry.
 
« Je dois en outre vous informer que tous les responsables de ce ministère mentionnés dans la lettre n'ont pas assisté à la mission d'évaluation des élections en Guinée », a déclaré le ministère.
 
Dans un scénario plutôt conflictuel, le ministère de la Planification et du Développement économique de quel pays, dans une réponse à notre demande de FOI, a écrit : situation à la suite des élections qui ont eu lieu dans ce pays.
 
« La mission prévue a été avortée car le gouvernement de la République de Guinée n'a pas autorisé la mission à se rendre à Conakry. Ledit montant (Le.65 340 000) a donc été reversé sur ledit compte à la Rokel Commercial Bank.
 
Protocole d'initiation des voyages diplomatiques
 
L'ambassadeur de Guinée en Sierra Leone, Tidiane Condé, qui est également le ministre en charge des Affaires des Guinéens en Sierra Leone, a déclaré que le protocole pour tout voyage diplomatique entre tous les gouvernements et missions est clair.
 
Selon lui, la date, le nombre de délégués et la durée de la mission sont fixés par voie diplomatique entre les deux ministères en charge des affaires étrangères, à travers leurs ambassades respectives.
 
L'ambassadeur Condé a déclaré que pour tout voyage diplomatique dans un pays en particulier la Guinée, le ministère des Affaires étrangères de la Sierra Leone doit informer son homologue en Guinée par l'intermédiaire de l'ambassade de Guinée à Freetown avec copie à l'ambassade de la Sierra Leone à Conakry pour un suivi. En haut.
 
Il a expliqué que la réponse à tout voyage diplomatique est donnée par le ministère des Affaires étrangères à travers l'ambassade de Guinée à Freetown avec copie à l'ambassade de la Sierra Leone à Conakry.
 
Le consultant en gestion du Centre du Protocole et de l'étiquette d'Essbee (EPEC), Soulay Daramy, consultant certifié en matière d'étiquette et de protocole avec plus de 13 ans d'expérience, a déclaré que le protocole pour visiter des diplomates dans n'importe quel pays est établi dans les deux jours ou deux semaines dans le monde selon l’urgence.
 
Il a déclaré que de tels protocoles sont établis par le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale d'un pays d'où le diplomate voyagerait, avec des détails sur les personnalités attendues lors du voyage.
 
D'autres informations nécessaires, selon l'ambassadeur Daramy, incluraient le but de la visite, le nombre de délégués nécessitant un visa en fonction de l'accord bilatéral entre les deux pays, et la position respective des visiteurs.
 
Il a déclaré que le ministère des Affaires étrangères, à son tour, informerait le bureau des Affaires étrangères du pays de visite, en utilisant en copie leur ambassade étrangère à l'étranger.
 
Le consultant du protocole a déclaré que dans une situation où un groupe établi comme la MRU entreprendrait une mission impliquant des ministres des pays membres, le secrétariat de l'organe initierait une action au sujet de la mission et informerait le ministère des Affaires étrangères de la mission, sa composition, sa date, et la durée de la mission, avec copie à l'ambassade du pays de visite.
 
L'ambassadeur Daramy a déclaré que la raison pour laquelle les protocoles diplomatiques sont établis et suivis est de s'assurer que les représentants du gouvernement et les diplomates en visite sont reçus en toute sécurité et sont accueillis par le ministère des Affaires étrangères et celui de leur bureau des affaires étrangères dans ce pays.
 
"Le non-respect du protocole diplomatique est une violation et lorsque cela se produit, le diplomate en visite devra attendre que cela soit corrigé avant d'être autorisé à atterrir sur le sol du pays en visite", a-t-il déclaré.
 
De faibles démentis du ministère du Plan
 
Une enquête menée par notre équipe a révélé que jusqu'au 30 septembre 2020 (un jour avant le début de la mission en Guinée), aucun des délégués de la mission n'a été contacté par le secrétariat de l'UFM.
 
Mais le ministère du Plan et du Développement économique de ce pays a déclaré que la mission prévue avait été avortée parce que le gouvernement de la République de Guinée n'avait pas autorisé le voyage à Conakry.
 
Le ministère du Plan savait également que la MRU n'avait pas obtenu l'approbation de la mission du président guinéen comme l'a confirmé le ministère des Affaires étrangères.
 
Il n'a cependant pas expliqué pourquoi les responsables de la MRU ont tout de même procédé au retrait des fonds pour une mission avortée le 30 septembre 2020.
 
Le ministère a également noté que les personnes mentionnées comme délégués n'avaient jamais assisté à la mission d'octobre 2020 et que la somme de 65 340 000 Le. Précédemment retirée de la Rokel Commercial Bank avait été restituée à la banque.
 
Malheureusement, le ministère n'a pu présenter aucune preuve démontrant que les fonds avaient été restitués.
 
Malgré ce que le ministère de la Planification a dit dans sa réponse aux questions de nos enquêteurs, Sierra Leaks Media Network pense que des actes d'illégalité ont été commis par les plus hauts responsables de la MRU.
 
Alors que le ministère a convenu que seulement 6 600 USD ont été retirés et donc remboursés, nous avons des preuves irréfutables que 18 680 USD ont été retirés.
 
Nous avons également des lettres d'autorisation et des chèques par lesquels les fonds ont été retirés.
 
Mais nous n'avons aucune preuve pour montrer que les 18 680 USD retirés du compte MRU pour la mission électorale controversée ont été remis dans les coffres de l'organisation.
 
Cependant, selon la position du ministère de la Planification et du Développement économique d’après laquelle l'Union n'a retiré que 6 600 USD, qui, selon lui, ont été restitués par la suite (sans montrer aucune preuve), le ministère n'a pas comptabilisé le solde de 12 080 USD qui n'est toujours pas comptabilisé à le secrétariat de la MRU à Freetown.
 
Il est possible que le ministère ait une connaissance limitée des missions d'évaluation électorale controversées ou qu'il se fasse délibérément l'avocat du diable en la matière.
 
D'un autre côté, nous pensons que le ministère de la Planification et du Développement économique a pu être induit en erreur par le secrétariat de l'UFM concernant le total des retraits effectués ainsi que le statut et le but de la mission.
 
Le secrétariat de la MRU garde le silence
 
Contacté pour parler des conclusions de nos enquêteurs, le secrétariat de la MRU a insisté pour que le ministère de la Planification et du Développement économique réponde.
Cela nous a été communiqué dans une réponse à la demande d'accès à l'information déposée par notre bureau.
 
Nombre de lectures : 105 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter