Connectez-vous

Festin sur les deniers publics au PRODAC: les sanctions préconisées par l’Inspection Générale des Finances (IGF)

Mardi 12 Juin 2018

Jean-Pierre Senghor, ex-coordonnateur du Prodac
Jean-Pierre Senghor, ex-coordonnateur du Prodac
La gouvernance du Programme des Domaines Agricoles Communautaires (PRODAC) vient d’être l’objet d’une Vérification administrative et financière (VAF). La mission était dirigée par l’Inspecteur Général des Finances Samba Laobé Dieng. A l’issue des investigations qui ont débuté le 22 février 2017, des recommandations d’ordre disciplinaires précises ont été transmis au ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, Amadou BA.
 
Ainsi, l’IGF demande à l’Agent judiciaire de l’Etat (AJE) de «traduire M. Ibrahima Cissé, gérant de la société TIDA devant les juridictions pénales pour: faux et usage de faux, escroquerie sur les deniers publics ayant entraîné un préjudice financier de 517.864.401 FCFA.»
 
L’IGF recommande aussi de «traduire M. Jean-Pierre Senghor devant la Cour des comptes pour: validation de demandes de paiement de l’avance de démarrage avant même et la notification de l’enregistrement du contrat ; validation des trois premières tranches de l’avance de démarrage (3.762.287.946 FCFA) sans versement, par Green, de la caution exigée ; validation des demandes de paiements sans aucun contrôle préalable pour un montant de 5.957.099.077 FCFA.»
 
L’Inspection Générale des Finances recommande de «traduire M. Mamina Daffé devant la Cour des comptes pour: validation de quatrième tranche de l’avance de démarrage (1.254.095.982 FCFA) sans versement, par Green, de la caution exigée; validation des demandes de paiement sans aucun contrôle préalable pour un montant de 6.818.541.823 FCFA; validation d’une demande de paiement d’une dépense de communication de 63.950.000 FCFA en violation des procédures de la commande publique et d’exécution des dépenses publiques.»  
 
 
 
 
 
Nombre de lectures : 211 fois

Nouveau commentaire :










Inscription à la newsletter